lundi 8 juin 2009

Oooups !

renard et raisinsLes blogues royalistes s'observent quant à commenter les mauvais résultats de l'Alliance Royale aux élections européennes d'hier. Royal-Artillerie ôte ses tapons de fûts et tire.
Les chiffres sont très capables de détruire l'enthousiasme des plus pugnaces mais ils cachent une vérité impalpable immédiatement : on a parlé du roi en dehors des cryptes autrement qu'au "Pipolland et images du Monde", le roi est allé sur mainstreet et la lumière du jour l'a peut-être ébloui ! Car tout commence et fini dans ce débat autour du mode opératoire d'une restauration - c'est le mot consacré bien qu'il n'y ait plus rien à restaurer mais tout à inventer -, débat qui oppose les tenants du mat en trois coups et ceux de la conviction patiente de l'Opinion par une propagande de masse, adaptée.

Royal-Artillerie ne s'est jamais caché¹ de regretter la "carbonarisation" de la démarche d'accès au pouvoir, à divers motifs dont le moindre n'est pas le manque d'imagination du rédacteur qui ne voit pas une minute le surgissement de la surprise royaliste au détour d'une rupture de régime, parce qu'elle n'est pas portée par un état-major de comploteurs-nés prêts au combat et au sacrifice de leur vie, disposant de réseaux convergents, mais par des intellectuels de cénacle, de haut niveau certes, mais terriblement retenus s'il s'agissait d'assaut plus loin que dialectique.

barricadeA preuve, les ruptures de régime furent assez marquées pour ne nous laisser voir aucun de ceux-là à la manoeuvre, pas plus d'ailleurs que de princes accourus aux barricades, acharnés à sauver la nation.
Que ce soit préalablement ou après-coup (c'est le mot), nous serons obligés de requérir l'assentiment sinon même le désintérêt de l'Opinion pour pérenniser la nouvelle main en combattant des adversaires attelés à notre écrasement, mais dès ce moment incapables d'agréger les masses pour la sauvegarde d'un régime catastrophique et ruiné par eux. A nous de le démontrer jusqu'à provoquer la réponse populaire attendue.

Ce matin, d'aucuns se gaussent des déboires électoraux de l'Alliance, comme celui qui déclarait la semaine passée que « résister à ces petites satisfactions vaines est du domaine du courage et du réalisme politique quand on n’a pas la quasi assurance du succès. » Dans le fair-play, on a fait mieux ; et le même d'asséner dans le même élan « mieux vaut dans ces conditions concentrer ses efforts sur un travail plus patient, apparemment moins ambitieux, assurément moins tapageur et plus humble mais finalement plus constructif ». Que répondre à ça, sinon par des chiffres qui usent terriblement la patience :
4244 bulletins² royalistes sont tombés dans les urnes pour simplement dire "je suis là". C'est ridiculement faible. Ridicule est bien le mot, que l'on peut compléter de trois autres chiffres :
- 62 : c'est le nombre d'années de propagande de la Restauration Nationale rescucitant l'AF après la Libération en 1947 ;
- 38 : c'est le nombre d'années de propagande de la Nouvelle Action Royaliste (scission RN de 1971) ;
- 11 : c'est le nombre d'années de propagande du Centre Royaliste d'Action Française (scission RN de 1998) ;
Soit un total de cent onze années de propagande royaliste qui nous conduit à quatre mille bulletins aux Européennes d'hier. Et l'on voudrait faire porter le chapeau à l'Alliance Royale qui n'a que huit années d'existence ? Sa part dans le "ridicule" est évaluée à 6,7%, ce qui reste faible (8/119). Restent 93% à se distribuer ; bon appétit !

Mais qu'est-il besoin de cette épicerie ? Il suffit de sortir en ville et de parler autour de soi pour mesurer la profondeur du désert. J'y ai passé mon mois de mai de ponts en ponts, et j'ai retenu ce billet jusqu'à ce matin.

Par contre il est vrai que les traces de l'Action française sont visibles dans les milieux intellectuels, et il en va autant de la tradition légitimiste que René Rémond a enterré trop vite. Mais à quoi servent-elles ? L'effectif prestigieux est renouvelé pat attrition naturelle et il ne se passe rien. Jamais rien ! Sorti des cénacles académiques, on ne trouve pas d'hommes politiques faisant un coming-out royaliste ; pourtant les doctrines sont épaisses, documentées et solides. Même Paul-Marie Coûteaux, à qui fut confiée l'oraison funèbre de Pierre Pujo à La Madeleine, se garde autant à droite qu'à gauche et ne parle jamais de ses convictions discrètes jusqu'à se chevènementiser complètement dans une impasse, alors qu'il avait le moyen de sortir de l'embarras souverainiste par le haut.

fumerie d'opium
Même si cette démarche électorale n'a pas été payée de retour, elle a été courageuse et maladroite à la fois. Au moins ses promoteurs ont-ils appris quelque chose d'utile à la progression future. Et puis, de vous à moi, je préfère les voltigeurs enthousiastes aux mandarins recuits dans les vapeurs de l'opium doctrinal.

Postscriptum :

Pour les autres résultats, on ne peut que constater la victoire totale du président Sarkozy. L'opposition "historique" (le PS) et son miroir alternatif (le MoDem) ont littéralement explosé en vol. Deux partis de taille inégale demeurent en face de l'UMP : le Front national éreinté mais pas mort, et le parti Europe-Ecologie qui est bien celui de l'étranger et ne s'occupera pas de politique française sauf à la faire redescendre de Bruxelles ; hors champ politique normal, il ne reste aux "révolutionnaires" qu'à convaincre les syndicats de foutre le bordel comme ce matin sur le RER A, au motif faisandé de la mise à pied d'un conducteur fautif, réintégré depuis, bien avant la grève !
La contestation, relativement modérée jusqu'ici même si elle a produit ci et là des images spectaculaires, pourrait changer de braquet, quoique les vacances d'été approchent trop vite pour faire la révolution. Finalement le pouvoir a un boulevard.

Note (1): à propos, tout est dans l'A-propos de ce blogue !
Note (2): source Intérieur




Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

18 commentaires:

  1. Vous pensez que la démarche a été "maladroite" ? Je ne suis pas sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que les difficultés de constitution de listes mixtes aurait pu être anticipées ; de même, la campagne a démarré trop tard, comparée à ce que firent Cohn-Bendit et Bové il y a plusieurs mois déjà, avec de plus gros moyens c'est vrai.

    Par ailleurs, j'avais signalé la maigreur du programme européen qu'il aurait fallu fabriquer pour crédibiliser la démarche. Dix propositions à comparer aux 69 positions dont j'ai parlé pour le Modem par exemple, mais chez les autres c'est tout autant.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas que ce résultat soit ridicule même s'il est insuffisant.

    Ce qui m'inquiète pour AR bien que je ne partage pas ses idées - mais tant d'efforts gâchés pour un résultat qui ne viendra jamais si elle ne change pas de procédé - c'est la fermeture de tout ce qui est royaliste (en général et pas seulement AR) au bons sens, à la modération, au renouvellement. Sa conviction d'être habité d'en-haut, son marquage dans la pire Droite, qui est pour l'instant celle du type au pouvoir.

    Ceux qui veulent un avenir royal en France devront changer de comportement vis-à-vis de ceux qui ont quelque chose à leur dire. Ce n'est pas en continuant dans la voie tenue jusqu'à présent que les Français (à défaut des royalistes) pourront se reconnaître là-dedans.

    Car il y a une différence entre acquiescer à des généralité vagues, et se trouver confronté à des positions rétrogrades dont les Français ne veulent pas.

    Même Villiers en subit le résultat : à force de sa fâcher avec tout le monde, sauf avec ceux avec qui il aurait dû le faire depuis longtemps, et à continuer dans les obsessions anti-gauchistes, catholisantes, etc. il a fini par perdre le peu de crédibilité qui lui restait.

    On ne peut pas compter sur ces gens-là. Depuis le temps que je le dis, va-t-on enfin l'entendre ? Les royalistes veulent-ils maintenir en vie la mémoire de ce qui a plombé certaines idées ? Si oui, continuez. Tous les blogs royalistes le font admirablement. Mais ce faisant, on ne peut pas compter sur eux.

    RépondreSupprimer
  4. Le terme de "ridicule" que j'ai employé était un peu une clause de style. Vu les conditions de propagande et d'accès aux bulletins et compte tenu que deux grosses circonscriptions n'étaient pas couvertes, le résultat n'est pas à négliger.
    En aurait-on fait autant depuis 50 ans que le mouvement serait assurément plus visble.

    RépondreSupprimer
  5. 4000 types qui ont reçu le message pour télécharger un bulletin de vote pour leur première fois, je trouve cela pas si mal !
    Vous êtes dur, Caton !

    RépondreSupprimer
  6. Je reconnais avoir eu un plaisir certain à le faire moi-même.
    Voter pour le roi, une fois, ça fait drôle.

    RépondreSupprimer
  7. Dans mon bureau de vote il n'y avait pas helas de bulletin AR et donc je me suis abstenu de voter.

    RépondreSupprimer
  8. Les bulletins de l'AR devaient être téléchargés à partir de leur site par chaque électeur, puis imprimés.
    Cette procédure a largement été diffusée avant le scrutin.

    RépondreSupprimer
  9. "je préfère les voltigeurs enthousiastes aux mandarins recuits dans les vapeurs de l'opium doctrinal." Vous ne comprenez pas les stratégies de ses personnes mais votre posture ne participe pas au rassemblement des royalistes.
    Un membre de l'URBVM (donc de la RN) qui a collé pour l'AR !

    RépondreSupprimer
  10. Que je sache, en tous lieux et en tous temps, les mandarins ne collent pas. Donc la réflexion ne vous est pas destinée.
    Je me borne à lire leurs déclarations en français courant et je les commente.
    Mais je ne suis pas une garantie d'objectivité, non plus.

    RépondreSupprimer
  11. Il suffit de lire le dernier numéro de LA TOILE publié par la conférence monarchiste internationale pour savoir tout le mal que pensent les patrons de la RN et de l'AF de la démarche électorale de l'Alliance royale. C'est clair et sans fumigène !

    RépondreSupprimer
  12. Les collaborations de terrain bien réelles montrent surtout que les caciques des états-majors sont pétrifiés dans leurs petites différences, alors que la mouvance AF ne devrait avoir qu'une seule organisation, unissant éventuellement les sensibilités diverses mais convergentes.

    Maintenant que le prince Henri est rentré en grâce au Saint-Siège, il ne devrait plus y avoir d'ostracisme à son endroit.

    RépondreSupprimer
  13. Je confime bien que, localement, loin de leurs directions parisiennes déconnectées, les groupes d'AF ont bossé avec l'AR, fournissant même parfois un travail "de pointe".

    Personnellement, je trouve que les 4000 voix ne sont pas un échec (il suffit de comparer ce qui est comparable, c'est à dire les résultats de l'AR avec les résultats des autres listes qui ne fonctionnaient qu'au téléchargement... Et l'AR fait donc un bon score).

    Par contre il y a "sentiment" d'échec... Pourquoi ? Parce que l'AR, au lieu de donner un objectif clair, a abordé ces élections comme si elle était en position de rivaliser avec n'importe qui. J'ai lu parfois des commentaires hallucinant qui montrait que certains roycos "de base" imaginaient carrément que nous allions flirter avec les 1, 2, 3 ou 4 % des voix. Et pourquoi pas un siège ?! L'élection ne s'improvise pas. Jamais.

    De plus, les responsables de l'AR devraient très rapidement maintenant s'exprimer sur le sujet, livrer leur analyse, fixer les objectifs à venir... Attention en effet à la dépression post-électorale, syndrome courant...

    Sinon, je ne commenterai pas le ridicule papier d'autosatisfaction publié sur le blog de l'AFE. Les cons, ça osent tout... et c'est un ancien d'AF qui parle...

    RépondreSupprimer
  14. Se targuer d'avoir fait l'abstention est pour un parti politique le comble de la connerie, puisque par définition cette attitude trahit aussi un refus de la politique en bloc.

    RépondreSupprimer
  15. "J'ai lu parfois des commentaires hallucinant qui montrait que certains roycos "de base" imaginaient carrément que nous allions flirter avec les 1, 2, 3 ou 4 % des voix".

    Espérer dépasser les 1 % et plus, effectivement c'est moyen... Mais soyez clairs : qui sont les royalistes de base comme vous dites ? C'est dégueulasse de juger les royalistes qui ne sont pas à votre hauteur intellectuelle ainsi. Non, vraiment, ça ne me plaît pas du tout. Vous êtes content de les retrouver les royalistes "de base" pour aller voter et mettre la main à la patte lorsqu'ils le peuvent.Je trouve ceci insultant. Avec tout ce qui a été donné, il n'est pas interdit de supposer : tout le monde ne bénie par l'AR, tout le monde peut donc espérer les 1 %... Sinon quel est l'intérêt pour tous les royalistes de divers horizons de voter ?! Quoiqu'il en soit, montrez moi par un lien, ceux qui ont parlé de 3 voire 4 %...
    C'est le genre de propos imbu qui me met hors de moi, même avec des guillemets.

    RépondreSupprimer
  16. Je souhaite que bientôt, une perspective monarchiste soit audible, au-delà des différences entre sensibilités royalistes ou dévouement à un Prince.

    Audible par le contenu du projet, comme par le renouvellement qu'il devra comporter dans ses fondements, et aussi dans sa capacité à exister sans se raccorder à des tendances politiques déjà existantes.

    Le royalisme, au sens large, n'a d'avenir en France que s'il se renouvelle autour de pôles d'initiatives incontestables, s'il consent à sortir de la marginalistion où il s'est enfermé. l'AR devra se raccorder à d'autres énergies. L'effet de nouveauté pouvait lui permetttre d'escompter en théorie aux dernières européennes jusqu'à 1,5 %, à condition aussi de disposer des moyens complets.

    Je souhaite pour ma part qu'il se trouve une candidature aux prochaines présidentielles, bénéficiant d'un large consensus chez les Français qui partagent un certain nombre de valeurs de base, que les "meilleures" formules politiques actuellement à l'oeuvre ne savent pas rassembler et représenter avec efficacité.

    RépondreSupprimer
  17. Si c'est une déclaration de candidature, il n'est pas trop tôt pour publier le programme afin de le propager déjà !

    RépondreSupprimer
  18. Non, il ne s'agit pas de cela !

    Mais votre conseil pourra servir à l'éventuelle candidature à émerger.

    par contre, un Sénat représentatif des institutions monarchiques (différentes familles de pensées, sensibilités, devrait être constitué. Liberté de mouvement de chacun, organe servant de repère et de porte-voix dans les grandes occasions.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly