Index alphanumerique

lundi 14 mars 2011

No-fly zone

Au Caire samedi dernier, la Ligue arabe a demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies de décréter une zone d'interdiction aérienne au-dessus de la Libye. Et dans le même mouvement elle a reconnu la légitimité du Conseil National Transitoire de Benghazi comme représentant des intérêts libyens. OK ! What next ?
Normalement les armées de l'air des deux pays les plus puissants du Machrek devraient incinérer la chasse libyenne et ses infrastructures militaires pour la clouer au sol ! Je vise l'Algérie et l'Egypte. L'Algérie dispose de Mi-25, Mi-29, Su-24 et Su-30 au nombre d'environ 175 plus une vingtaine de Mig-23 d'entraînement. L'Egypte met en ligne des F16, des Phantom, des Mirage 2000 et des Mirage 5 au nombre de 340 plus 120 Mig-21 russes et chinois vieillissants.
L'armée de l'air de Mouammar K. est équipée des mêmes matériels que l'Algérie, Migs et Soukhoïs, dans les mêmes quantités¹. Attaquée des deux côtés elle ne fera pas le poids. L'Egypte seule en avait fait la preuve en juillet 1977 quand elle dut engager ses forces pour soigner l'urticaire du Guide suprême, exaspéré par Anouar el-Sadate.
Attendons donc le feu vert onusien.

Plus surprenant est le fameux CNT qui a conquis BHL et Sarkozy. Présidé par l'ancien ministre de la Justice de Kadhafi (ça c'est un cv !), il a distribué largement les maroquins du futur gouvernement intérimaire qu'il se refuse d'être. Trente-et-un courageux (un peu ambitieux quand même) s'y sont mis comme on va le voir par ici. En fait c'est un directoire constitué par trois personnalités, Mustafa Abdul Jalil Fudail déjà cité, Ali Al Issawi, ancien ministre de l'économie et du commerce de Tripoli, qui est en charge des affaires étrangères, et Mahmood Jibril, docteur en plannification stratégique de l'Université de Pittsburgh.
Ce CNT a quand même obtenu la reconnaissance de l'Ue et de la Ligue arabe, ce qui n'était pas écrit même en terre d'Islam.

La vocation du CNT est de surveiller l'administration des villes libérées. Il a déjà pondu un Comité de crise sous l'autorité du Dr Mahmoud Gebril Elwarfally (il est venu à Paris) qui va lui servir de fusible si le temps se gâte. Et c'est le pronostic du Pentagone, le temps va sérieusement se couvrir pour l'insurrection car elle a le dessous militairement et aucun voisin n'a prévu d'entrer en guerre contre Kadhafi et ses fils. Pourquoi ?

carte de Libye

Pourquoi ne veulent-ils pas y aller ? La solidarité arabe entre gouvernements malgré tout, mais surtout l'artillerie sol-air et les missiles d'infanterie dont les armées libyennes sont abondament pourvues. L'Afrique du Sud vient de les conforter dans leur attentisme, qui a proclamé qu'elle ne monterait pas contre Kadhafi. Ne resterait donc que "nous" !
Que pouvons-nous faire sans les Américains, mais avec nos amis anglais, et le blanc-seing réédité de la Ligue arabe ?
Amener deux groupes aéro-navals devant la Cyrénaïque et flinguer tout ce qui vole à l'est du 18° méridien et en profondeur jusqu'au 28° parallèle N; sachant pertinemment que des pilotes décidés passeront malgré tout au ras des dunes. Mais y en a-t'il tant que ça ?

La faiblesse de Kadhafi est plus que morale. Il va manquer de pièces et de munitions embarquées puisque il y a embargo. Son seul renfort, les mercenaires sahéliens et touareg ne lui sera pas d'une grande utilité en cas de No-fly-zone sauf à manoeuvrer les affûts quadruples, mais la chasse alliée ne va pas faucher les marguerites non plus !

Le plus sage, même électoralement parlant, serait pour M. Sarkozy d'attendre comment tourne le vent arabe, ce qui ne doit pas le priver de se préparer. Le Charles-De-Gaulle est à 72 heures paraît-il, mais il faut ré-embarquer et valider la flottille... et accepter de perdre un ou deux Rafales. Vous savez, l'histoire de l'omelette.

Note (1): il semblerait que beaucoup d'aéronefs soient indisponibles et que l'offensive en cours ne soit appuyée que par une vingtaine de Soukhoïs russes. Garde-t-il sa chasse pour "nous" ?
Print Friendly and PDF

9 commentaires:

  1. La Libye est en Méditerranée orientale en dehors de la zone d'intérêts français. Le seul motif d'intervention c'est la politique arabe du Quai d'Orsay, qui a reçu l'appui de la Ligue arabe.
    Aux actes !

    RépondreSupprimer
  2. D'accord avec vous. Le problème a toujours été de mettre en oeuvre effectivement cette politique arabe de la diplomatie française.
    La réalité du terrain risque de résoudre le problème avant que les enceintes de bavardage aient terminé les joutes rhétoriques.
    60km par jour, comptez !

    RépondreSupprimer
  3. La réaction des pays arabes militairement capables d'intervenir sera effectivement significative.
    J'en sais déjà l'issue.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vois pas ce qui empêche des raids aériens sur le front d'attaque des troupes de Gaddafi.
    Le ministère de la Défense nationale n'a pas été consulté avant de proclamer la guerre à l'Elysée. C'est BHL qui a fait les plans d'attaque dans l'avion de retour de Benghazi. Peut-être est-ce infaisable sans le ziva américain ?

    On commence doucement à être ridicules.
    Pas grave. L'habitude.

    RépondreSupprimer
  5. hier soir sur la chaîne parlementaire le député Didier Julliard (comités France-Libye, France-Irak) a déclaré ne pas vouloir croire qu'il y aurait la semaine prochaine une minute de silence au Palais Bourbon suite au massacre de Benghazi !
    Et pourtant, l'Allemagne, la Russie, l'Inde et la Chine distribuent les kleenex sans états d'âme.
    Bizarre !

    RépondreSupprimer
  6. Y aurait-il dans l'une des informations rapportées ci-dessous comme une esquisse d'explication à la volonté de sarkozy d'en découdre avec Khadafi ?

    Ils vont nous faire mourir de rire ! …
    http://cril17.fr/

    RépondreSupprimer
  7. Sur son blog perso Alain Juppé affirme que des pays arabes sont prêts à se joindre à la France et à la Grande Bretagne pour stopper Kadhafi.
    C'est une première bonne nouvelle.

    >> http://www.al1jup.com/?p=869

    RépondreSupprimer
  8. François Miclo dans Causeur éreinte le chancelier prussien de fort brève manière :
    "On notera le retournement de la position allemande : hier, Angela Merkel s’entêtait à faire partie de l’Union Pour la Méditerranée. Pour un peu, elle aurait juré, main sur le cœur, que les tyroliennes ne sont que des airs napolitains juste jodlés. Aujourd’hui, la Méditerranée, Mme Merkel ne voit même plus où ça se situe."

    RépondreSupprimer
  9. Sarkozy joue et gagne en 3 coups.
    (1) Il remonte dans l'estime de la nation arabe qui le voyait jusque-là comme un juif de Salonique et la politique arabe du Quai reprend des tours au bon moment.
    (2) Il coupe le lien de vassalité qu'on lui reprochait avec les Etats-Unis en emmenant Obama-Clinton sur son coup de poker. La VI° Flotte US ne pouvait pas se maintenir en Méditerranée si elle restait neutre car sa vraie mission aurait été trop clairement affichée, protéger seulement Israël.
    (3) Il sort l'Allemagne de l'Union Pour la Méditerranée et pourra revenir au schéma premier ne concernant que les pays riverains (RU compris, pour ses possessions stratégiques de Gibraltar et Limassol).

    Chapeau quand même !

    Des contrecoups sont moins visibles :
    La Chine n'est pas encore une vraie puissance internationale car elle reste dans le logiciel Tiananmen. Chez moi, je tue qui je veux.

    La Turquie qui pesait de tout son poids pour bloquer l'OTAN en Méditerranée orientale, son "mare nostrum", est simplement mise sur la touche.

    La Syrie n'a pu empêcher le Liban de déposer la résolution au CS avec les anglo-français.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".