Index alphanumerique

lundi 19 janvier 2015

La Houle se creuse, nous sommes à sec !

C'est un billet spécial, à mâcher lentement.

- Hanuman roi des singes -
Au douteux privilège de l'âge, il me souvient qu'en mai 68, ne restait d'exécutif à Paris que le Préfet de police Grimaud et le Premier Ministre Pompidou, entourés l'un et l'autre de leur état-major de crise. Toute la volaille gaulliste, qui d'ordinaire marchait torse bombé et fesses cambrées, avait calté. Les plus courageux allaient dormir chez leur mère, un peu comme le Général d'ailleurs qui dormait, lui, à Trianon. Baden Baden étant fermé, on ne savait plus où se terrer ! Et pourtant il ne s'était rien passé de très grave, physiquement. J'en témoigne, les lanternes ne portaient personne, les sectionnaires n'allaient chercher personne. La Maison de la radio était défendue et la hache était prête à couper les câbles vers la Sarre et le Luxembourg. On était dans un grand happening mais sans doute que les souvenirs historiques glaçaient d'effroi une classe politique arrogante qui redoutait déjà qu'un lacet puisse la prendre au col. C'est mentalement que les gens étaient devenus incontrôlables. Tout "pouvait" arriver car tout était "acceptable", on jugerait a posteriori en laissant faire déjà.

L'occasion manquée

Mais la révolte étudiante restait une révolte étudiante parce qu'au delà de la sympathie générale pour ce grand bordel et la grève générale par tout le pays, la coagulation souhaitée avec les bataillons organisés d'une classe ouvrière qui existait encore, ne s'était pas faite ; au grand dam des intellectuels dont le schéma de "libération contrôlée" s'effritait chaque jour un peu. Le bon sens syndical avait prévalu à la grille de Billancourt, convaincus qu'ils étaient dans les fédérations qu'on obtiendrait plus des ministères que des tribunaux mao-spontex peuplés de cheveux longs. A l'évidence, on n'avait tué aucun poulet*, sauf quelques statues et soixante voitures rue Gay-Lussac, que les singes étaient montés aux arbres. Dans la banque où je travaillais, rue d'Antin, les compteurs tournaient sans aucune émotion ou précaution. Quel contraste avec la panique générale de la classe politique qui était déjà "à Bordeaux" !

La grande émeute aura bientôt un demi-siècle. Il ne me semble pas que la classe politique en cour ait amélioré sa résilience à la crue populaire, peut-être sa vitesse d'accrobranche, et on peut penser que l'eau passant la digue un jour prochain ne trouvera plus grand monde à noyer sous les ors des palais, des huissiers à chaîne peut-être, perdus là comme des hallebardiers d'opérette. Ce vide ne le restera pas longtemps, la nature en a horreur, dit la sagesse des nations. Mais cet intervalle, ou ce calme précaire dans l'oeil du cyclone, sera la "fenêtre d'opportunité" pour tous les mouvements à vocation régalienne. Il y en a peu. Les royalistes en sont-ils ? Vous vous demandiez pourquoi ce titre ? J'y reviens plus loin.

11 mai 1968 - rue Gay-Lussac

La houle se creuse à nouveau

Le Défenseur des droits, un amateur de musique militaire pourtant, vient de reprocher au Ministère de l'Intérieur d'avoir voulu tuer le poulet pour avertir le singe en matant les manifestants qui s'opposèrent au mariage homosexuel à Paris (clic). M. Toubon marque le coup pour signaler sa prise de fonction, mais ce qui est intéressant pour une fois, c'est d'observer que la mèche lente fuse encore. La répression imbécile s'est heurtée, si l'on peut dire, à la résistance de l'édredon. Le mouvement contestataire existe toujours, avec quelques scories dérangeantes pour l'Autorité comme les #Veilleurs de Vendôme ou le #Hollande-démission. Ce coup-ci le dicton chinois n'a pas marché. Il s'en est suivi - et je raccorde volontairement ces faits - un réveil des silencieux, ceux qui ont acheté (et pas tous lu) le bouquin de Zemmour, et qui vont sans doute acheter celui de Houellebecq, les deux instruisant à charge la responsabilité des pouvoirs en place depuis vingt ou trente ans dans notre déclin. Apparaissent logiquement les prémices d'une révolte populaire, et les poulets ne servent plus à rien, la brutalité du contrôle des foules a seulement tué la peur. Bien malin qui saura prévoir l'élément déclenchant. Au moins faudrait-il s'y attendre !

Ce brûlot anarchiste a poussé le Système au ridicule sous la présidence Sarkozy


Les royalistes ?

Le peu de renforts que les structures offensives ont reçu après le succès de La Manif pour Tous laisse croire que l'énergie n'a pas été canalisée. Il y en a quatre à ce jour : l'Action française, ramassée sur ses deux noyaux derrière les deux princes d'Orléans ; les légitimites actifs, dénoncés comme libéraux par les contemplatifs, orthodoxes, eux ; l'Alliance royale constituée en parti politique classique, souhaitant évacuer la querelle dynastique ; le cénacle empathique de M. Renouvin. La première est bien vivante mais ne croît pas ; elle ne produit plus de concepts en propre, elle répète ses classiques et forme le cercle de chariots en attendant quelque chose d'indéfinissable. La deuxième vient de se voir retirer son agrément princier, le prince de Bourbon ayant décidé de se cantonner à l'exaltation du patrimoine et aux messes à travers un institut éprouvé** pour son impassibilité dans la contemplation de l'âge d'or. La troisième n'a pas obtenu le centième des résultats escomptés et se maintient avec difficulté, je me demande bien pour faire quoi, n'ayant aucun organe de masse à sa disposition pour vendre son organisation des pouvoirs, aussi remarquable fut-elle. La quatrième a demandé l'asile politique à l'ambassade de Russie.

Le royalisme français passe-t-il à côté du grand mouvement d'opinion qui peut changer de paradigme ? La rénovation du pays est-elle possible, probable ? Tout le laisse penser. Nous partîmes quatre mille et quatre mille furent comptés en arrivant au port. Chou blanc ! L'offre royaliste est multiple, contradictoire et inaudible parce que déconnectée du réel. Freud ou Carl Jung - je ne sais plus - disait que les mots désignent au départ des choses, désignent ensuite des choses qui ne sont pas là et c'est ce qu'on appelle un symbole, et finissent au bout du bout par ne plus rien désigner de réel. A ce moment là, on soumet sa réflexion à un slogan. C'est l'effondrement de la dialectique royaliste qui par exemple veut opposer "pays réel" et "pays légal" en emplissant ces locutions de réalités disparues depuis longtemps que l'interlocuteur d'aujourd'hui ne peut reconnaître. Sans parler de remugles fâcheux comme "la fortune anonyme et vagabonde" qui décrivit longtemps les banques israélites dans les milieux antisémites. On peut citer aussi le corporatisme contre lequel toute la société moderne se bat, la centralisation qui étouffe les initiatives locales tout en promouvant le folklore et le bavardage stérile des provinces, etc. Sauf à être tombé dans la marmite petit, chacun a du mal à passer de l'épure au terrain tant la différence de perceptions est grande. L'aggiornamento tarde trop pour que l'affaire ne nous passe pas sous le nez une fois encore. D'autant qu'elle n'intéresse pas les bénéficiaires.

Les princes

Les princes disent peu et ne demandent rien de plus que des manifestations d'affection. Ils n'ont aucune envie de compromettre leur statut social et leurs décorations par des extravagances qui n'ont aucune garantie de succès. Quelle révolution en aura jamais ? Charles Maurras écrivait dans Anthinea : « Aucune origine n'est belle. La beauté véritable est au terme des choses ». Le terme peut-il arriver sans eux ? Sans nous ? Probablement. L'intemporalité du beau discours académique que le prince Louis Alphonse de Bourbon a prononcé samedi dernier à Paris après la messe expiatoire pour Louis XVI nous le laisse croire. Une semaine auparavant, près de quatre millions de Français (de souche à 99,9%) sont descendus dans la rue pour manifester contre la barbarie islamiste et pour la liberté d'expression, sans que ce sursaut imprévu de la majorité silencieuse ne fasse dévier d'un iota l'exercice rhétorique convenu.
Le jeune prétendant d'Orléans ne communique de nouvelles que familiales et met en scène ses enfants d'une semaine l'autre ; son père nous a donné ses voeux 2015 d'un tweet ! Seul, depuis son duché portugais, Charles-Philippe d'Orléans a publié son exécration du fanzine satirique décapité par al-Qaïda ; moins pressé, Charles de Boubon Parme vient de livrer un billet d'enfoncement de portes ouvertes chez Vexilla Galliae. Voilà passée la revue des renforts !


- Clin d'oeil à Rodolphe C. -

En attendant l'embellie, allez à la messe pour le roi mort cette semaine - il y en a partout - non pour vous y montrer ou pour voir les vedettes de la commémoration, mais pour vous recueillir intérieurement sur le destin tragique d'un homme bon et pieux que les Lois fondamentales avaient désigné comme bouc émissaire d'une nation en grand désordre moral. Ce sera utile pour la suite.

Notes (*): 把雞殺了警告猴 (tuer le poulet pour avertir le singe)
(**) Institut de la Maison de Bourbon (et de Bauffremont réunies)


Print Friendly and PDF

3 commentaires:

  1. Excellente analyse des occasions manquées où les royalistes et les princes ont été aux abonnés absents.
    La suppression de l'Institut Duc D'Anjou par le fait du prince lui-même est la pour en témoigner.
    En conclusion de votre billet, vous invitez néanmoins vos lecteurs à assister aux différentes messes en mémoire de la mort de Louis XVI; eh bien figurez-vous que c'est la première année où je n'y suis pas allé. Cela ne m'a pas empêché de la commémorer à ma manière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A tout vous dire, je n'y suis pas allé non plus mais j'avais un mot d'excuse de mon docteur car j'ai la crève depuis un mois :)
      Pour le reste, nous nous sommes compris.
      Côté D'Orléans, le désordre s'installe aussi à l'IMRF.
      Il serait pourtant si facile de prendre un axe et d'avancer sans se soucier des contingences ! mais non, on fait dans la "chevalerie", les coteries, les rumeurs... l'accessoire !

      Supprimer
  2. Si vous lisez Présent, l'ex-secrétaire général adjoint s'explique sur sa démission de l'Institut de la maison royale de France. Un certain désordre à en attendre probablement :
    https://www.present.fr/article-32757-8282.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".