jeudi 8 février 2007

Le prince et la gnose

Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt, dit le mandarin ! Mais celui qui est allé sur la lune déjà, regarde le sage en souriant ...

La lune est cet astre féminin que les antiques appariaient au soleil, source de toute vie, leur permettant d'attendre chaque nuit sauf quelques unes, le retour du jour rassurant. L'homme, grand complicateur pour se désennuyer peut-être, inventa aussitôt qu'il eut un auditoire moins sot que le chasseur de mammouth lambda, la genèse de toutes ces belles choses inexplicables au moment. Quant aux brutes, on les convertit aux dieux tonitruants qui seuls pouvaient leur faire peur et les rabattre vers quelque intercesseur onéreux.

dieu celteLa démographie de l'espèce multiplia les mythes bienveillants ou vengeurs, l'imaginaire collectif exigeant qu'ils soient réglés par une histoire propre et recueillis dans des canons religieux, parfois frustres, parfois très élaborés. Plusieurs parvinrent jusqu'à nous. C'est un peu normal dès lors que le hasard de la Dérive des continents nous a placé au finistère de l'Europe comme la cage de football visée par tous ceux qui vont vers le soleil couchant.
La trinité hindoue, les baals de Phénicie, le culte solaire égyptien, le polythéisme foisonnant des Celtes, premiers occupants du territoire, la tradition chrétienne a tout ramassé, comme le dit un jour le prince Henri d'Orléans.

Mais c'est la religion hittite, que l'on n'attendait plus, qui resurgit maintenant. Elle vient du bon endroit, l'Asie mineure, berceau de "notre" monde.

Elle transpose aux yeux des croyants les forces mythologiques qui président à l’ordre de l’univers, et règle les relations de l’humanité avec elles. Les dieux-Soleil des Cieux répondent aux dieux-Soleil de la Terre. La plus importante de ces puissances créatrices est la déesse-Soleil d'Arinna qui transcende la déesse-Terre de la souche indo-européenne. Une divinité consort de moindre importance qui l'aide bien, l’Eau. Ces puissances doivent être vénérées pour attirer leur bienveillance. Chaque village a possédé ces propres lieux de cultes, ses propres divinités, sa mythologie enracinée dans le terroir, ses fêtes votives et rogations.
Mais très surprenant est le syncrétisme hittite qui a phagocyté tous les dieux conquis avec leurs vaincus. Mille dieux au moins, dit-on. C'est une religion aspirante, oecuménique, new age ! Ca marche toujours !
Notre mythologie moderne s'appelle écologie. Mais il y a écologie et Ecologie.

Chez Occulture(*), le prince avait précisé lors de la parution de son excellent roman, Le passeur de miroir (Ed. du Châtelet, 2001) :
" Nous, êtres humains, participons à la création, au cosmos ; c'est cela que j'appelle « l'écologie divine ». Et c'est de cela que je voudrais que soit faite une véritable politique [...] La véritable écologie ne peut être que divine, c'est-à-dire trouver notre point d'harmonie par rapport à l'univers que nous avons pour mission de gérer."
L'entretien complet est archivé sous le titre "Le Roi revient".

thème astral d'Henri d'Orléans
Le basculement annoncé de l'axe magnétique terrestre qui l'inquiète beaucoup à ce que j'ai lu, accompagne-t-il l'inversion du Chiffre ? :
" Les enfants de la bête portent le chiffre 666. Ceux-là s'amusent à véhiculer de fausses paroles ou des images virtuelles. Heureusement, tous ne seront pas atteints par le chiffre maudit. Il est vrai aussi que toutes les ondes négatives, soumises au pouvoir de la bête, disparaîtront au moment même où le chiffre s'inversera [...] Je ne crois pas au hasard. Les évènements commencent à inverser le sens de l’Histoire. Mais je vous dirai qu'il m'arrive souvent des signes qui me sont donnés et ces visions concernent tout particulièrement la France."

Dans ses voeux 2007 aux Français, le prince Henri revient sur son thème favori de l'écologie divine. Il la fonde sur cette tradition spirituelle née des premiers âges : " Depuis l’origine des temps, les textes sacrés de même que les contes et les mythes nous parlent un seul et même langage. Par le truchement des paraboles, des archétypes, les contes initiatiques ne cessent de nous indiquer la voie pour que la vie soit harmonieuse et pour que l’humanité accède à la royauté de l’homme."

Sur ces prémonitions dont il nous honore, Mgr Henri d'Orléans quitte les lices du tournoi politique et la rhétorique d'une restauration monarchique en désignant mardi dernier son favori dans la course présidentielle, celui que tous les sondages propulsent vers la charge suprême, M. Sarkozy.

Celui-ci portera-t-il le souci du prince ? Moins sûr et pourtant !

Altermondialiste adversaire des organisations internationales qui gèrent la macroéconomie avant de s'inquiéter de l'homme, écologiste fervent qui ajoute le volet mystique de "Gaia" au grand oeuvre du XXIè siècle, le prince est un homme de convictions, écouté, qui veille à la pérennité de la Maison de France. Avec l'adoubement royal du 6 février, nul doute que le champion bonapartiste passera haut la main sur le ventre de ses compétiteurs. Pour le moins devra-t-il s'inquiéter de comprendre l'essence même de l'écologie divine, à peine d'entendre un jour au détour d'un salon le fameux "qui t'a fait roi ?".

Note (*): Occulture n°12 - printemps 2001 sous le titre Le roi revient

3 commentaires:

  1. Votre prince est un gourou lui-même. Pourquoi il aimerait pas les contes paiens, les voyantes (comme Mitterand), les tarots ?
    Ca peut rapporter gros ^^!

    RépondreSupprimer
  2. Véronique de M.9 février 2007 à 16:39

    J'ai cru voir passer un candidat royaliste chez Ruquier.
    Le prétendant officiel vient donc de lui planter un couteau dans le dos en choisissant Sarkozy en pleine campagne de signatures.
    Ils sont à couteau tiré ou quoi ?

    Un Orléans qui adoube, comme vous dites, le candidat bourgeois, c'est aussi reconnaître sa classe sociale ?
    Orléans roi-bourgeois, c'est un vieux film.

    RépondreSupprimer
  3. Les raisons du comte de Paris sont impénétrables. Ils reprochait en son temps à son père d'avoir pris parti dans une élection présidentielle en soutenant Mitterrand.
    Au même moment il s'élevait contre la mise en quarantaine de Jörg Heider en Autriche au motif qu'il avait été légitimé par la démocratie !
    Je pense qu'il cherche toujours sa voie ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly