Accéder au contenu principal

Ayrault Zéro

Le zéro pensant
Mercredi, questions d'actualités au palais Bourbon. La France d'en-bas (c'est moi) entre à la Chambre par le truchement de la télévision. Question au premier ministre d'une députée de Moselle, Anne Grommerch, sur l'accord Matignon-ArcelorMittal de Florange ; rien d'extraordinaire, les questions que tout le monde se pose. Avant de continuer, précisons que cette procédure est encadrée par un règlement pointilleux ayant survécu à la sanction du ridicule ici : le temps global consacré à chaque question est de 4 minutes. Des chronomètres ont été installés dans l’hémicycle, afin que chacun puisse vérifier que ce temps de présentation de la question de 2 minutes et celui identique de la réponse ministérielle soit respecté (sic). M. Ayrault a longuement remercié monsieur le Président, mesdames et messieurs les députés, madame la députée du nouveau groupe R-UMP qui lui avait communiqué le texte de cette question avant séance par pure courtoisie ce dont il remerciait son président de groupe de lui poser la question de savoir pourquoi elle avait été informé par un grand journal du soir de la teneur des dits-accords pour la simple raison qu'il avait tenu à respecter les parties prenantes et devant recevoir les syndicats aujourd'hui même et les élus régionaux demain matin et chacun comprenait qu'il n'ait pas divulgué auparavant ces informations et caetera.
En vieux routard de l'hémicycle progressant en crabe, il a atteint la cloche des deux minutes, cloche tenue au perchoir par l'inénarrable imbécile heureux Bartolone, sans même commencer à répondre à aucune des questions posées. Questions bénignes à mon sens, j'aurais été plus "franc".
Que fait ce type à Matignon, fut ma réaction. On ne peut demander la lune et le charisme, la compétence, l'intelligence, l'empathie, le courage ou l'élégance oratoire au chef du gouvernement, mais au moins l'une ! Ayrault, à l'aune de cette liste, n'a rien ; c'est un zéro. Ses cours d'allemand devaient être un désastre d'ennui. Maire de Nantes il fut, dit-on. Autoritaire en plus, laissent filtrer ses "amis" de là-bas, c'était déjà franchir le seuil d'incompétence au principe de Peters. La lamentable affaire de ND des Landes dont les comptes ont été déjà trafiqués en est le point d'orgue. Les cadres d'ArcelorMittal qui sont venus négocier à Matignon se sont pincés pour ne pas rire quand ils ont dû s'expliquer sur le trading de quota de CO² ou le marché de la bobine mince... et à la fin tout rapporter au patron : "c'était facile, chef !".

le poker-sidérurgiste
Mittal père et fils ne voulaient pas conserver la filière chaude de Florange pour de bonnes raisons géographiques et conjoncturelles. ArcelorMittal ne dispose pas de cash pour investir dans de nouveaux procédés, et la famille ne semble pas vouloir en remettre en Europe occidentale du moins. Ils font de l'optimisation et jonglent avec les charges d'exploitation entre tous les sites européens, les subventions, quotas, crédits d'impôt, abattements divers ; ils n'ont pas les moyens d'une stratégie, surtout avec une notation "spéculative" des agences qui jugent que c'est un casino. Les Mittal¹ en bons gamblers de table sortent du tunnel politique français inentamés. Les hauts fourneaux seront éteints l'un après l'autre et la filière refroidie cédée plus tard à l'Etat dans un projet fumant de fonte verte abandonné déjà par Bruxelles. D'ici là, ArcelorMittal doit "absorber" 629 ouvriers de la filière condamnée. C'est un job pour une direction des ressources humaines affûtée, et Dieu sait qu'elle l'est. Reste la vraie question, celle de Montebourg malgré tout : l'industrialisation.

Si nous laissons fonctionner la liberté des plus forts, nous sommes en accord avec le dogme libéral défendu par la Commission européenne, mais nous allons continuer à perdre notre industrie, un peu par la mondialisation, beaucoup par la politique imbécile des gouvernements qui se sont succédé depuis 1997 et qui ont négligé le secondaire au profit du tertiaire, proclamé graal du XXI° siècle. Notre tertiaire n'a d'ailleurs pas démérité, nous avons conquis de fortes positions mondiales dans la bancassurance, mais il est aujourd'hui évident que c'est le secondaire qui fournit l'emploi de masse ; à condition bien sûr que les activités roulent librement, les nouvelles remplaçant les anciennes comme les feuilles caduques de l'arbre. C'est là que les gouvernements sont coupables : les créations ont toujours été entravées par des règles absconses et inéconomiques, parfois avec les meilleures intentions du monde, parfois à défaut de capitalistes "souchiens" dont nous avons très peu vraiment. Le MEDEF est en plus présidé par un riche marchand de vent, échappée de SciencesPo, qui n'a rien à faire là !


Alexeï Mordachov
Ce gouvernement d'idéologues dépassés ne peut à la fois réindustrialiser le pays et punir le succès de ceux qui s'y collent. Il faut être très bloqué mentalement pour articuler cette contradiction ; mais ils le sont par moment ! Au-delà de la dialectique socialiste archaïque, on peut quand même accepter que la ré-industrialisation comporte un volet conservatoire de ce qui existe déjà. Elémentaire, mon cher Watson. Les syndicats, conservateurs par nature, sont aussi sur cette ligne de défense. Pourquoi dès lors ne pas avoir tenté le coup d'accordéon de Montebourg qui reprenait de force tout le site de Florange pour le donner le lendemain au consortium CMI-Severstal, prêt à mettre un demi-milliard de cash sur la table pour rénover l'outil et partir à la guerre... à la seule réserve de la réalité constatée d'un pacte entre le belge et le russe (soyons prudent) ? Tant Alexeï Mordachov que Bernard Serin ne sont des miquets à vendre des cravates dans un parapluie devant les Galeries Lafayette comme Bernard Tapie. Ce sont de vrais industriels, de la partie, qui n'ont pas fait l'ENA, capables et... bénéficiaires même en période de crise, donc compétents.

Bernard Serin
A les voir venir - Severstal avait joué le chevalier blanc lors de l'OPA hostile sur Arcelor en 2006 - on comprend bien que les Mittal aient contre-attaqué immédiatement en menaçant l'emploi des autres sites sidérurgiques français pris comme gage dans la dispute ; mais sans être prétentieux (si quand même mais tant pis), on pouvait leur passer sur le ventre dans la phase de basse conjoncture actuelle, avec un mauvais bilan de la holding, et compte-tenu que les aciéries n'entrent pas dans une attaché-case, comme le racontent certains "experts" qui défilent dans les lucarnes. Pour ce faire, il fallait travailler au Projet avant ! Avant ? quand M. Hollande, juché sur le fourgon de l'intersyndicale à Florange, promettait l'embellie. La construction de ce Projet dépasse de beaucoup les capacités techniques du couple Hollande-Ayrault, simples apparatchiks n'ayant jamais bossé en vrai, ni misé leur bon argent dans une aventure industrielle ou commerciale. Des rentiers de la République.
On en revient au syndrome du puceau économique, terrible handicap de la France au milieu d'une crise avant tout économique et financière, deux domaines où ces messieurs qui nous gouvernement sont vraiment de mauvais étudiants.
En pleine dépression, nous avons mis aux affaires le chef-magazinier de la Quincaillerie Duluc à Tulle, excellente maison rue du Docteur Valette pour les connaisseurs.
Nous allons le payer cher.



(1) Lakshmi Mittal (le père) n'est pas un sidérurgiste indien comme le répètent des journalistes sous-informés, dont Yvan Rioufol. MM. Mittal n'ont aucune activité en Inde où les lois sociales et industrielles sont trop contraignantes pour eux. Indiens de naissance, cosmopolites de nature et londoniens par commodité.


Postscriptum de 14h30:
Le sous-préfet hors-cadre de Thionville va donc être le gendarme en charge d'Arcelor-Mittal. Pétaing, je tremble ! A moins d'en avoir une paire à sortir la brouette pour aller chercher le pain, il va se faire bouffer cru. Le cabinet de M. Ayrault aurait dû recruter un ingénieur d'affaires ayant usé sa vie professionnelle à faire des contrats en Inde, avec qui il aurait pu comprendre comment la famille Mittal allait les enkroumer.
Un Marwari du Rajasthan c'est plus subtil qu'un breton. Pour ne pas saisir le bâton merdeux de l'ULCOS ? retirer immédiatement sa soumission à Bruxelles, quasiment acceptée puisque la Commission avait mis le dossier en tête de pile et sécurisé les crédits.
Remonter un projet technologique complexe qui prendra du temps pour la tranche qui sera jugée en 2013, supputant un gel drastique des crédits sous l'impulsion des britanniques et leurs suiveurs. Revenir à la Noël 2013, désolés, mais ravis ! On a fait plus que l'impossible !
Entretemps, toute la panoplie des contretemps va être utilisée par les négociateurs réputés les plus retors au monde, du grand art ! Il va se passer chaque jour quelque chose aux Galeries Mittal ! Pauvre monsieur Ayrault, il ne pouvait pas savoir que ces salopards n'obéissent pas aux 35 heures.


PPS: on consultera avec profit le Rapport officiel de Pascal Faure sur Florange, remis au ministre Montebourg le 27 juillet 2012 (rapport Faure). Il démontrait la viabilité du site sidérurgique intégré et pressait le gouvernement d'agir vite, ce qui était beaucoup lui demander avec le mariage pour tous, le vote étranger, les repentances et vingt urgences de ce calibre.




On dit le fils plus fort que le père !



Commentaires

  1. L'économiste de Charlie-Hebdo et Paris-VIII, Bernard Maris, dit Lippe-Molle, a déclaré chez Lechypre (BFMBusiness) que Florange était condamné car le minerai lorrain était de mauvaise qualité. Cet expert payé au mois ignore que la minette de Lorraine est épuisée depuis longtemps. La dernière mine a fermé en 1997.
    Florange est approvisionné depuis la Mer du nord certes, mais toute aciérie a des coûts de transport soit en amont depuis ses ressources, soit en aval vers ses clients.
    Il y a des claques qui se perdent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais vu ça aussi. Il n'y connaît rien et rabâchait un article du Figaro de cet été, qui remontait au PDG d'Arcelor de jadis, Guy Dollé.
      Je ne sais pas pourquoi on invite ce type sur BFMBizness. Parce qu'il ne fait pas d'ombre à Lechypre ?
      Lippe-Molle, bien vu, tout à fait ça.

      Supprimer
  2. Pour moi, Ayrault et Hollande ont eu peur d'aller au clash avec l'équipe de managers d'ArcelorMittal. Ils sont des "guerriers" d'Assemblée nationale, ça s'arrête là. Hors du Palais Bourbon ou des plateaux télé, ils sont moins agressifs. Les syndicalistes ont ce ressenti.
    Terral

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modération a priori. On peut utiliser dans la rédaction du commentaire les balises "a", "b" et "i" pour formater son texte.

Posts les plus consultés de ce blog

OTAN-POLOGNE

Ce billet consécutif au sommet atlantique de Varsovie est paru dans l'Action Française 2000 du 21 juillet 2016 sous le titre Varsovie sollicite l’Otan face à Moscou (n°2936 p.6). Il entre en archives chez Royal-Artillerie sous le libellé AF2000 avec quelques notes en bas de page. logo officiel du sommet Parmi les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) la Pologne a pris la tête du combat de confinement des appétits russes. Historiquement les relations russo-polonaises ont toujours été tumultueuses et sanglantes. Après mille ans de disputes, elle fut déplacée de trois cents kilomètres vers l'ouest par Staline en 1945, qui voulait un glacis à son occident. Acquérant jusqu'à l'Oder des terres prussiennes à poloniser, elle y perdit les vieilles provinces de Polésie, Volhynie et Galicie avec des capitales importantes comme Lvov et Brest(-Litovsk). Les républiques augmentées d'Ukraine et Biélorussie furent dotées d'un siège à l'ONU pour marquer définit

Profiteroles

Il n'y a rien d'important d'ici au débat Clinton-Trump du 26 septembre. Ce billet sera donc pur remplissage. Tout est de savoir si le magnat newyorkais va tuer politiquement le fondé de pouvoir de l'autre establishment , ce qui ne serait pas une bonne idée pour lui car elle est une proie facile. Va-t-il dégager ce faisant la voie d'accès à la Maison blanche pour le chien de prairie mort qu'il porte sur le crâne ? Si l'élection du 8 novembre amène Donald Trump au pouvoir suprême de l'Occident, nous entrerons dans une ère nouvelle où tout reste à écrire. 2017, année première en arithmétique, année zéro de la reconquista apocalyptique ? A défaut de quoi nous connaîtrions l'amateurisme de la dinde cupide de l'Arkansas, sous influence et médicaments spéciaux inscrits au tableau B, une agonie dans le droit fil du déclin obamesque. Pendant ce temps, celui qui nous sert de tête de Turc dans la brume crépusculaire d'un quinquennat raté, a décid

Arès

« Très puissant Arès, fardeau des chars, au casque d'or, au grand cœur, porte-bouclier, sauveur de villes, armé d'airain, aux bras vigoureux, infatigable, puissant par ta lance, rempart de l'Olympe » Juste avant l'ouverture du combat de coqs, ce billet est paru sous le titre Pour faire la guerre, il faut un chef... à la rubrique Les libres propos de Catoneo dans Le Lien Légitimiste n°70 tombé dans les boîtes aux lettres la veille de la Saint-Louis (p.3 et 4). Il se termine sur l'absence visible d'un chef capable de mener la reconquista, mais il appelle une suite au gré des révélations. Il entre en archives Royal-Artillerie sous le libellé LLL. C'est le dieu de la guerre à outrance qu'invoque le vieil Homère. On serait bien en peine de trouver son avatar moderne dans notre classe politique française affairée aux prébendes. Et pourtant ! C'est de pugnacité autant que de stratégie dont nous avons besoin maintenant, pour vaincre l'ennemi intérieu

Développement intelligent

  Ce billet n'est pas rédigé. Le piéton du roi propose cette semaine d'encourager le projet de Jean-Louis Borloo Energies pour l'Afrique (clic) , ce qui nous changera des gamineries de la pré-campagne présidentielle française. Point de "commentaire", deux cartes, un bref rappel et la voix de son maître :   RAPPEL: Royal-Artillerie s'était penché sur la question de l'électrification du continent noir, couplée à la création d'un réseau ferroviaire résilient, dans un billet du 10 juin 2012 titré La Double Grille Africaine (clic) , une idée de développement lourd sur la base du plan chinois de mise en valeur du piémont himalayen. Et maintenant place à Monsieur Borloo :

Exeunt !

ACTE I - Scène II la scène I fut jouée ici Comme à la fin de l'envoi, ils sortent. Sortent de l'Histoire les socialistes éreintés par le premier secrétaire du parti que leur système avait choisi. Habile et manœuvrier, il avait séduit par son art de la synthèse qui revenait à stopper le funambule au milieu de la corde. Il choit ! Les chiens de guerre se jettent au sol sur le corps démembré du grand cadavre à la renverse (dixit Jean-Paul Sartre jadis) chacun tirant à lui LA Vérité. Les Français ne sont pas intéressés par cette curée et la primaire de gauche annoncée aura besoin du renfort nombreux des trolls de la Fachosphère pour faire du chiffre. Déjà l'accès à l'isoloir est soldée à un euro ! Le prix d'une baguette, quand même ! Emmanuel Macron Premier mort, une morte, Marie-Noëlle Lienemann. Il est sûr qu'avec pareil prénom, tu ne passes pas le concours de La Libre Pensée. Affolée sans doute par le succès du golden boy Macron qui sans autocars ameute

Saint-Sylvestre colonaise

Croisières et feux d'artifices sur le Rhin, concerts, cotillons, confetti partout, Cologne veut oublier la ruée des barbares de l'an passé. Il faut dire aussi que le tourisme s'est effondré et que la ville et tout le secteur festif se mettent en quatre pour relancer l'économie de plaisir. Participons à notre façon mais le mieux est de prendre un TGV pour soutenir la résistance rhénane. Et pour finir, une évocation ferroviaire du Lido Schpountz rien que pour la longueur de jambes : BONNE ANNEE !

Hollande bâché

SIC VOLVENDA ÆTAS COMMUTAT TEMPORA RERUM QUOD FUIT IN PRETIO FIT NULLO DENIQUE HONORE¹ (1) Ainsi le temps aux biens donne et reprend leur prix / Ce qui fut honoré rentre dans le mépris Le président Hollande qui fut éduqué chez les Frères des Ecoles Chrétiennes a pu méditer ces beaux vers de Lucrèce en ce funeste jour de sa résignation. Sépulcral, mais digne et au besoin, émouvant, il a réussi l'examen de sortie... de la vie politique qui fut toute la sienne, ne sachant rien faire d'autre, affairé depuis toujours à la manœuvre et aux combinaisons d'appareil. Cela ne pouvait suffire dans l'éminente fonction qu'il avait visée et le livre assassin² de Davet et Lhomme nous l'avait démontré. - cliché Lionel Bonaventure/Pool/AFP - Bon administrateur de profession, François Hollande va expédier les affaires courantes délivré du stress de sa réélection et libéré des soucis d'image qui littéralement le bouffaient. Sans doute va-t-il tranquillement peaufiner

Hermosa Reina

  Marie-Marguerite de Bourbon ©Hola L'hebdomadaire madrilène ¡HOLA! offre à ses lecteurs un reportage* sur l'épouse de Louis de Bourbon, duc d'Anjou, héritier de la branche aînée par le rameau du dauphin de France que Louis XIV envoya à Madrid pour succéder à Charles II l'Ensorcelé. On peut trouver ce magazine en France dans les grandes villes et voir un peu de quoi s'agit-il en cliquant ici . La jeune duchesse nous apparaît sous les traits d'une femme séduisante, au charme intact, avec ce regard dévastateur qui vous fait chavirer dès qu'elle le plante dans le vôtre. Sans doute est-ce l'explication d'un zeste de timidité. Elle est maintenant ambassadrice de la Fondation We pour la section "équitation" en tant que cavalière émérite bien connue du circuit hippique espagnol. La fondation est une ONG sociale multicartes à caractère entrepreneurial. On peut s'en faire une idée en cliquant là pour naviguer ensuite parmi ses nombreux s

Trois réformes-mères

L'heure est à la campagne présidentielle, l'heure est à la réforme, comme chaque fois depuis, depuis... depuis 1848. Relire les bons auteurs de l'époque. La liste est longue chez ce pays empêtré dans un soviétisme que tous ses voisins ont abandonné et nous vous en ferons grâce, mais il est trois réformes, décisives pour mettre en œuvre toutes les autres, les voici en version courte : I.- Séparation du Parlement et de l'État L'État est ici l'administration du territoire et des peuples. En attendant qu'un roi simplifie l'épure constitutionnelle, le parlement est souverain en ce qu'il porte l'expression de la Nation. Il n'est pas logique que le parlement soit investi par les corps constitués publics, intermédiaires voire élémentaires, chargés de mettre en œuvre la politique de la Nation. Ils ne peuvent décider d'un côté et exécuter de l'autre. La pénétration de la fonction publique dans les rouages parlementaires est une absurdité

Purges démocratiques

Ce long billet a paru en Libres propos dans les pages 5 et 6 du bimestriel Le Lien légitimiste n°73 qui vient de tomber dans les boîtes. Rédigé le dix février , il n'anticipe aucun événement grave pouvant faire dérailler la campagne électorale pour un prochain président de la République. Il constate et explique la situation de chaque camp à une date donnée. Il entre en archives Royal-Artillerie sous le libellé LLL. L'iconographie est propre au blogue. Sommaire du numéro 73 (janvier-février 2017) * Editorial de Gérard de Villèle : Autour de Saint-Denys... * Les libres propos de Catoneo : Purges démocratiques * L'impôt juste existe-t-il ? par Gabriel Privat : Causes du poids de l'impôt. Une croissance continue de l'État face à une société décomposée . * Points d'histoire d'Alain Cohen : Les procès des anciens intendants durant la Révolution * Commentaires et apostilles de Franck Abed : Les Monarchies dans l'Europe moderne... Avec l'aide d