Blog translation online

President Cash !



A quelques jours de la commémoration du Onze Septembre, Donald Trump a renvoyé la barbarie barbue au fond de ses grottes empuanties au bouc ! Traiter avec des hommes normaux pour négocier le retrait d'Afghanistan du contingent américain contre la destruction des métastases d'Al-Qaïda et de l'Etat Islamique était jouable au plan stratégique ; moins sûr au plan de la paix intérieure afghane ; d'autant que dès l'origine le groupe de Mollah Omar se considérait "occupé" par les étrangers de la bande à Ben Laden. Il dénonça l'attaque des tours jumelles comme une connerie majuscule qui allait emporter tout l'ouvrage de subversion des tribus pachtounes patiemment construit. La suite lui donna raison. Mais les Talibans d'aujourd'hui sont apparemment incapables de mesure et de négocier autre chose qu'une reddition finale : après certes quelques modalités diplomatiques convenues pour une période de transition que l'on écourtera au possible avant de ranger les accords au musée des traités pourris.

Mais il y a Trump ! On ne la lui fait pas. Il ouvre toutes les portes, même celles que ses services tiennent fermées et il deale à longueur d'année avec les pires dictateurs, mais il réagit en homme au besoin, ce qui passait pour ringard dans la sphère occidentale où nous avons pris l'habitude de nous excuser de tout. Trump "ne comprend pas". Ce n'est pas un diplomate. Le dernier attentat de Kaboul a démontré s'il en était besoin qu'il ne faut pas parler aux cons ; ça les instruit ! (merci M. Audiard). « They are dead !» tweetait-il lundi dernier.

Sans doute et sauf incinération par l'Etat central qui se renforce patiemment, les Talibans reviendront-ils un jour à la table de négociation si les Etats-Unis les y invitent, mais ils ont perdu la main. Ils chercheront de toute façon à la reprendre par la terreur, comme d'habitude, mais devraient se méfier d'une réaction drastique du locataire de la Maison Blanche qui pourrait vouloir laisser une trace indélébile dans l'histoire, en souvenir des tours jumelles.

Qu'importe à la fin le sort de ces crasseux ! Une pensée ce soir pour les trois mille victimes de Manhattan. L'incapacité islamique était devenu insupportable à des fils de famille de l'Arabie heureuse, à un point tel qu'elle les frustrait des succès de l'Occident, cet Occident maudit qui renvoyait une image dévalorisée du croissant vert et qu'il fallait effacer. Plus surprenant, la bourgeoisie arabe fit partout la nouba au spectacle des avions percutant les tours jusque tard dans la nuit. Cette réaction est parfaitement documentée, surtout au Caire ! Méfions-nous de nos amis ; de nos ennemis c'est facile !


Commentaires