Blog translation online

Dac !

En ces jours de grand tumulte où chacun renvoie son prochain à ses racines, il est rassurant d'écouter pour le quarante-cinquième anniversaire de sa mort, la reprise de volée de Pierre Dac au micro de Radio-Londres contre l'orateur vedette du régime de Vichy, Philippe Henriot, qui lui déniait tout patriotisme au seul nom de son nom.
Sans être aborigènes comme les Celtes de nos forêts, les Juifs sont une ancienne race de France héritée de l'Empire romain et qui prospéra avec des hauts et des bas dans le royaume pendant des siècles, puis sous l'Empire et la République, effaçant à jamais l'idée qu'ils puissent venir d'ailleurs, même si l'Eglise catholique ne manquait aucune occasion de leur imputer le Cruxifié du Golgotha, sans le supplice duquel elle n'aurait jamais existé !
Mais le sionisme du vingtième siècle ayant rattaché les communautés israélites (et les juifs hors-communauté) au projet israélien, les fils de Sem se sont retrouvés ensouchés en Palestine, et contre leur gré pour certains. Le retour aux sources a recréé des amarres qui avaient disparu depuis vingt siècles même si Jérusalem est toujours restée la cité mythique ! S'il avait vécu jusqu'à nous, Pierre Dac aurait fait un sketch excellent sur le sionisme obligatoire sous peine de poursuites !

A la fin de l'envoi, Dac souhaitait une bonne fusillade à Henriot. Six semaines plus tard, en juin 1944, il était tué dans les locaux du Ministère de l'Information à Paris par un commando FFI. Le régime lui fit des funérailles nationales très courues sans que l'on sut pourquoi tant de monde était venu, saluer l'orateur lâchement assassiné ou féliciter les FFI de leur audace. Des messes d'anniversaire seront dites à Paris chaque 28 juin jusqu'aux années 70 et une plaque orne sa tombe avec des mots dont l'ironie a échappé à ses amis : Passi Pro Veritate Patriaque. Les cendres d'André Isaac nous attendent au colombarium du Père-Lachaise depuis 1975. Passez-y rire un peu !

Commentaires