Accéder au contenu principal

La Royale pop !

Sur un tempo de Partenaire Particulier, Rex Appeal propose à La Faute-à-Rousseau canal historique une interprétation dynamique de La Royale, chant des Camelots du Roi écrit au début des années 20 par Maxime Brienne (†1926). Ça décoiffe certainement à la fin du banquet royaliste traditionnel mais il faut savoir en sourire :


Français, parlons avec courage
Nés sur le sol qu'ont rassemblés nos rois
Nous recevons en héritage
Un champ moins riche et moins grand qu'autrefois
C'est pourtant bien la même graine
La même terre aussi pourtant
Qui donc a pillé le domaine ?
Il faut savoir, il est grand temps.

Refrain
Si tu veux ta délivrance
Pense clair et marche droit
Les rois ont fait la France
Elle se défait sans roi.
Si tu veux ta délivrance
Pense clair et marche droit
Français, nous voulons une France
Mais à la France il faut un roi !


Sans ordres, sans chef et sans guide
Le peuple errant n'est qu'un pauvre troupeau
Le Nombre est un tyran stupide
Que les flatteurs poussent à son tombeau
Le pouvoir n'est que la proie
Que se disputent les partis
Pour sauver la France qu'ils broient
Autour du chef, soyons unis !
Refrain

Tu n'étais pas un prolétaire
Libre artisan des métiers de jadis
À l'atelier comme à la terre
Le roi seul fort protégeait les petits
Abandonné, l'ouvrier peine
Esclave hier, forçat demain
Entre les dictateurs de haine
Et ceux du capital sans fin.
Refrain

Protégeant nos foyers prospères
Le roi tenait nos rivaux désunis
La démocratie unitaire
A fait le bloc des Teutons ennemis
Menant les peuples aux carnages
Elle armera le genre humain
La paix n'est qu'aux mains du roi sage
Qui rompait le faisceau germain !
Refrain

Sur le pays sans monarchie
L'ennemi fond quatre fois en cent ans
Nous avons sauvé la patrie
Mais qu'a-t-on fait du prix de notre sang
Le roi, qui, si l'on croit l'histoire
Ne le versa jamais en vain
N'eût pas livré notre victoire
Au saboteur américain.
Refrain

Transformant en ghetto immonde
Notre Paris qu'on ne reconnaît plus
On voit la vermine du monde
Prendre gaîment la place des poilus
Vainqueurs, porterez-vous ces chaînes
Est-ce pour subir un tel sort
Que reviennent ceux qui reviennent
Et que sont morts ceux qui sont morts ?
Refrain

Enfin, des chimères fatales
Un grand penseur délivre nos cerveaux
Assez de sang et de scandales
Hommes petits qui criez de grands mots
Pour les rhéteurs, l'heure est mauvaise
Notre force est d'avoir raison
Et partout l'Action française
Fait reculer la trahison !
Refrain

Commentaires