dimanche 6 septembre 2009

Amerrissage de l'utopie

armes d'AraucanieSi vous brassez le ciel de votre imagination d'un grand éventail à chimères, il peut transmettre une vibration dans le manche vous indiquant que vous avez touché quelque chose. C'est l'incarnation fortuite d'une idée. Vous en sentez la masse et les contours, quelque chose s'est métamorphosé venu de l'impalpable et a pris corps. Ainsi en va-t-il de certaines utopies que la force mentale peut faire naître dans la réalité.
Il s'agit ce matin d'un royaume liquide, un empire marin, quelque avatar moderne d'une Atlantide archipélagique, possédé par l'esprit mais sans souveraineté établie, autre que celle livrée par l'intense chaleur des coeurs : j'ai nommé l'incroyable réalité du royaume de Patagonie. Seule la psychanalyse du maître saurait nous dévoiler les ressorts intimes de cette création, mais le royaume attendu en France et absent, ce royaume tant désiré et qui ne viendra plus, justifie à lui-seul son dérivé patagon. On lui a fait un site par ici et certains sujets de la nation résidente, les Mapuches, y croient, du moins s'en prévaut-on pour "exister".

J'ai eu plus que l'honneur, la grâce que m'a fait le vice-consul de Patagonie à Hong Kong, d'une présentation de cet espace utopique sur lequel on peut marcher comme sur le lac de Tibériade, et j'ai vu un royaume mental très concret, plus concret à maints égards que bien des Républiques soutenues par le mensonge et tissées de fabrications qui tiennent lieu de liens à la nation, mais n'en sont que les chaînes. Ici le lien est un consentement très fort de gens de qualité.

le drapeauLe royaume de Patagonie dispose de l'ancien royaume d'Araucanie, des îles Saint-Marcouf (au large de St Vaast-la-Hougue), de l'île de Molène et de Port Tounens, ainsi que furent rebaptisées les Minquiers arrachées à la couronne britannique. Quelques autres pouces de territoires ont été annexés dans la plus grande discrétion, comme le phare du Goulphar à Belle-Isle, Europa, Juan de Nova et les Glorieuses du canal de Mozambique, mais le royaume est fort surtout de son réseau diplomatique consulaire qui fait la pige au Quai d'Orsay. Où que vous alliez un vice-consul veille aux intérêts de l'empire et secourt le Patagon perdu. Spitzberg, Ouzbékistan, Mexique ou Djibouti... sont pourvus d'un poste diplomatique convenablement staffé. Un annuaire diplomatique est publié chaque année pour s'y retrouver car avec les terres métropolitaines c'est carrément un océan consulaire dont on parle. Et que dire du gouvernement plus nombreux que celui de monsieur Fillon, mais surtout plus "qualifié". Médailles, timbres et croix sont émis par la chancellerie pour divertir et honorer les sujets méritants. Amiraux, généraux de la vraie guerre, académiciens, industriels et représentants de la petite roture sont unis dans cette "folie douce" en nombre incalculable. Et si le coeur vous en dit, sachez que tout honnête homme peut se faire naturaliser patagon auprès du secrétaire général. Demandez au vice-consul de chez vous.

Antoine de Tounens reviendrait-il qu'il ne serait pas dérouté par cette survivance d'un royaume patagon de cent cinquante ans qui, s'il a perdu ses territoires, a conservé ses attributs. Le fondateur est entré dans la "dormition" des esprits simples, à se demander d'ailleurs s'il est bien toujours à Tourtoirac ou s'il nous voit d'en-haut.

RaspailJean Raspail, consul général, disait un jour que nous n'avions pas besoin d'un prince de magazine mais d'un roi de vitrail. A l'évidence, le vitrail auquel il pensait est encore de verre blanc¹. Il lui a substitué le sien en attendant mieux si d'aventure...
L'an prochain verra la commémoration à Tourtoirac de l'avènement d'Orllie-Antoine Ier, roi d'Araucanie & Patagonie, il y a 150 ans, un certain 20 novembre 1860.
Le sel de l'affaire est que si la diplomatie impériale de Napoléon III y avait cru, la France aurait pris tout le cône austral d'Amérique du Sud, alors vide de colons et d'ambitions tierces.

Même au milieu de la cohue et du vacarme moderne, la clé imaginaire s'affranchit de tous désagréments comme l'invasion de Ushaïa par les Allemandes en short : « Pour retrouver le sud du sud, la marche extrême du royaume, il faudra rentrer en soi-même. Je ne vois pas d'autre issue.» (J. Raspail)


le royaume
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Note (1): ... quoique la nation mapuche a(ura)it investi le sieur Philippe Boiry (1927 -) comme roi de jure et que le tribunal d'instance de Paris a(ura)it reconnu à celui-ci par un arrêt du 4 juin 1971 la qualité de successeur légitime en exil du trône d'Araucanie & Patagonie, avec le traitement d'altesse royale.

5 commentaires:

  1. J'avais l'intention d'en parler et vous m'avez devancé !

    RépondreSupprimer
  2. L'affaire est énorme. On n'a jamais vu la virtualité d'une utopie prendre corps dans cette dimension.
    L'annuaire diplomatique et général est ... époustouflant.
    :)

    RépondreSupprimer
  3. Ce billet, m'informe le vice-consul de HKSAR, a été transmis au margrave.
    ;)

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais peut-être lu, puis oublié, je ne sais plus, mais lorsque Maurice Druon est mort au printemps dernier, PdVue a écrit que l'héritier théorique d'Araucanie était le Poète Charles Cros, dont la petite fille était la mère de l'écrivain.

    RépondreSupprimer
  5. Soirée d'anniversaire de S.A.R. le Prince Philippe d'Araucanie.

    Samedi 20 mars 2010 20:00

    Paris XVI, Pavillon Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny.

    Code: tenue de soirée, costume sombre (black tie), médailles.

    Coût: 100,00 euros.

    Inscription: Baron Raoul de Lavalette, "La Grillère", 87380 Saint Germain Les Belles - chèque à l'ordre d'Auspice Stella.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly