mardi 22 septembre 2009

La Poste demain ...

manif PostiersLes postiers sont en grève aujourd'hui. J'ai peur que ma déclaration de TVA ne se perde dans un sac qu'on jettera aux "encombrants" dans un mois, pour rattraper le retard du tri. Fantasme ! Le Service Impôts Entreprises de mon centre m'a déjà proposé d'abandonner le formulaire 3310-K-CA3 et de déclarer et payer en ligne. Zen ! Pourquoi ne l'ai-je pas fait ? L'administration modernise ses procédures et réduits ses coûts de fonctionnement, du moins dans les services extérieurs car pour ce qui est des tableaux d'effectif statutaire, il n'y a selon l'iFrap que transferts de la nationale à la territoriale. Au total, le mammouth continue d'enfler ! C'est la gangrène gazeuse.
Les mauvais citoyens seront-ils ceux qui refusent le médium électronique et persisteront sur le circuit pâte à papier ? N'en doutez pas. L'Administration électronisera jusqu'aux hospices où un bureau de "poste-éclair" sera ouvert un jour par semaine pour opérer les transmissions en ligne. Quid de la Poste donc ?

Tout d'abord rendons à César ...: les gnomes de Bruxelles qui ont obtenu la mise en concurrence des entreprises de courrier n'ont jamais exigé la privatisation des PTT. C'est bien le cabinet Fillon qui a traduit la directive européenne en banalisation de l'entreprise publique qui de service public central devient une société anonyme, mais pas si anonyme que ça puisque l'Etat détiendra 100% du capital ! C'est une privatisation, au sens où le droit privé des sociétés s'appliquera à la nouvelle entité. N'y voyez aucun autre avantage pour l'Etat que de sortir du statut et de pouvoir appliquer aux nouveaux employés le code banal du travail. Mais le plus sûr sera la création de fromages de direction bien plus goûteux qu'aujourd'hui puisque les salaires des nouveaux patrons sortiront de la grille indiciaire à lettres du statut et pourront s'aligner sur ceux du CAC40. Il y a du monde dans les starting blocks.

avion DHLLa Poste créée par le roi Louis XI (mon préféré avec Frédéric II de Prusse) est un service public à part. Le périmètre de sa fonction sociale n'est pas réellement défini car il déborde les textes. C'était à l'origine le canal de transmission des ordres de l'Etat et celui de son information, système plus sûr que les tours à signaux médiévales ou l'alphabet sioux que d'ailleurs on sut améliorer avec les systèmes de télégraphie optique, puis définitivement avec le télégraphe filaire de Samuel Morse, ti.ti.ti.ta.ti...
Mais cela ne portait pas les paquets !
Vinrent vite les malles-poste véloces, et les malles à navire, énormes artères de communication au sein des empires. Le trafic croissant obligea à créer en 1874 une grosse machine de coordination mondiale appelée l'Union Postale Universelle, UPU, qui organisait le traitement du courrier de bout en bout, ainsi que paquets et colis, jusqu'aux transferts de numéraire.
Pourquoi donc fut-il besoin de créer les intégrateurs que tout le monde connaît aujourd'hui, UPS, FedEX, DHL, TNT etc. ? La mise en concurrence de la Poste date de la révolution dans la transmission de données sécurisées apportée par le télégraphe aux Etats-Unis. Wells Fargo ou Western Union devinrent des banques rapides qui communiquait entre agences instantanément quand les maisons classiques rédigeait sur papier à entête d'une plume élégante.

avion TNTLe portage express de colis entra bientôt dans la course de vitesse et United Parcel Service fut monté à Seattle en 1907 avec cent dollars de mise de fonds ; Thomas Nationwide Transport fut lancé en 1946 en Australie puis gagna le monde ; FedEX fut lancé à Memphis en 1971 sur le même créneau avec une flotte de Falcon Dassault transformés ; en 1998, DHL était créé à san Francisco avec une participation minoritaire de Deutsche Post et de Lufthansa, etc...
Pourquoi ?
On peut faire une thèse doctorale sur la concurrence postale, mais il est plus simple de chercher un témoignage d'usager ; en l'espèce le rédacteur de ce blogue. Dans le commerce international, les liaisons et la logistique sont vitales car elles engagent le pronostic de toute affaire en exécution et peuvent déclencher des pénalités. La Poste est capable de porter une affaire, en théorie elle dispose de tous les outils, mais ses procédures internationales sont (étaient) très bureaucratiques et ses délais d'information trop longs. La globalisation de l'économie, que l'on peut dater des années 80, demandait une vitesse accrue et une sûreté plus grande des transferts complexes (remise d'offres à 15000 km sous délais stricts, colis précieux ou fragiles¹, documents douaniers et bancaires, etc.). La Poste, en France du moins, vivait alors sous le régime antique du Programme commun depuis mai 1981 et les esprits n'en étaient pas à se décarcasser. D'ailleurs, les postes d'aucun pays n'y parvinrent et le boulevard de l'efficacité était offert aux intégrateurs².
Leur succès incita les chargeurs (ceux qui confient biens et documents à autrui) à livrer par ces canaux sûrs les marchés de proximité et nationaux, mettant en concurrence directe les postes nationales chez elles.
Celles-ci décidèrent de profondes réformes et les progrès sont sensibles avec l'informatisation des maillons, mais le retard relatif dans le développement de la chaîne logistique demeure, malgré toutes les automatisations, car c'est aussi une question de combativité, d'initiatives et des responsabilités au bas de l'échelle. Pour parler vrai, le niveau de qualification de certaines usines de tri postal fait peur tant il est bas.

TGV postalEst-il besoin de privatiser la Poste pour qu'elle tienne son rang dans les décennies qui viennent. Théoriquement non, si l'esprit "fonctionnaire" est abandonné, si les dirigeants ne soustraitent pas le tri à des zombies, et si les agents de la Poste ont envie de se battre.

Reste la question des services non définis : C'est la question du lien social en zone rurale, voire en banlieue. Les facteurs incarnent l'Etat de proximité et en campagne rendent moult services aux usagers. Une société anonyme gérée les yeux rivés sur les compteurs ne fera pas l'économie d'un audit de ces services non définis, pour les supprimer. Les syndicats ont raison d'anticiper cette dérive.
Quelque chose est à repenser dans l'aménagement du territoire avec ce que nous pourrions appeler "l'imagination au pouvoir".
Serons-nous aussi bons que Louis XI ?

Note (1): La Poste traite les colis "fragiles" sans précautions particulières.
Note (2): Un colis par intégrateur est suivi sur votre propre écran d'ordinateur minute par minute au fur et à mesure de ses traitements. Exemple bref : le colis remis chez UPS Saint-Augustin partira par l'avion du soir et sera dédouané à Shanghaï sur papier dans la nuit, l'avion étant en vol. Toute intervention humaine sur le code-barre du colis est retransmise en temps réel au client. Le colis sera présenté physiquement au destinataire sans traverser la chaîne douanière sauf s'il y a un doute de quelqu'un à l'arrivée de la palette-avion. La signature du destinataire sera scannée instantanément à l'expéditeur avec le date-heure. What else ?



Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

3 commentaires:

  1. C'est un sujet qui va mettre en vedette les royalistes tendance Mélenchon ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, mais grâce à Louis XI quand même !

    RépondreSupprimer
  3. Supplique pour la poste. N’allez pas vous laisser fourguer un de ces monstres hybrides à bien vous pomper votre oseille

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/08/01/partenariat-public-prive-gaver-d%E2%80%99argent-public-l%E2%80%99accapareur-prive/

    Danger, arnaque, danger, arnaque, danger, arnaque.
    Paul Laurendeau

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly