dimanche 31 décembre 2006

C'est pour quand la Révélation ?

l'ange et Jean de l'ApocalypseLe motu tarde comme dirait l'évêque de Dijon. Veut-on laisser passer le happening marial à la grotte de Massabielle de ce soir, jamboree-rave que l'épiscopature nationale a lancé en concurrence des fêtes de l'Aïd el-Kébir ?

Il était temps que l'Eglise catholique surenchérisse sur les Evangéliques sauteurs, Les Jéhovistes rythm & blues, voire les Derviches tourneurs en tutus longs qui frappent à la porte de l'Oecuménisme, à peine de voir le denier du culte fondre comme neige au soleil. Car la guitare sèche en soutien de chansonnettes insignifiantes, comme ma paroisse m'en a infligé le jour de Noël, ne fait plus le poids contre les caissons de basse et les gongs !

Et puisque les ascendances davidiques de la Vierge Marie sont chargées de psaumes, dont nous avons perdu la partition musicale, vive le "Rock à Bernadette" en guise de prières. Ca peut faire du chiffre, en comptant en âmes bien sûr.

En France, notre religion s'est embourbée dans le siècle, et elle brasse pour s'en défaire comme l'imprudent dans les sables mouvants. Elle chasse les phénomènes de société. Le "sociétal", la rue, sa misère ! L'Eglise catholique a été phagocytée par le Secours catholique. Les fidèles sont obsédés par l'humanitaire, les saints nouveaux ont pour la plupart couru au secours des affligés pour leur propre mortification, les figures de proue actuellement sur scène ne sont vues que dans le caritatif ou le larmoyant, voire la provocation délibérée.

Une réflexion de madame Catherine Vautrin, en charge des indigents d'ordre et pour compte du gouvernement Villepin, m'a beaucoup surpris. Les foyers d'hébergement public assortis d'un parcours de réinsertion bien encadré, sont presque vides ! Il ne faut pas longtemps pour comprendre que les malheureux mis à la rue sont devenus d'abord des "a-sociaux" et que le fond de la question est avant tout mental, physiologique ensuite. Subissent-ils un syndrome d'autodestruction ? Les spécialistes payés pour leur expertise ont la réponse.
En l'attendant, j'ai la conviction intime que c'est le désarroi spirituel qui initialement jette les gens dehors à l'occasion d'un accident de parcours.
Le "qu'est-ce que je fous là ?" est la question déclenchante.

Y répondre par un "Jésus vous aime" ne sert à rien si le spirituel n'a pas été ensemencé d'une vraie doctrine théologique donnant un sens, un axe de parcours à la vie.

L'Eglise catholique se fourvoie dans sa mission sociale qui a pris toute l'énergie sur sa mission didactique spirituelle. Elle se met en compétition avec de nombreuses structures de charité profanes ou religieuses, et, ne faisant ni mieux ni moins bien qu'elles, disparaît dans le paysage de "l'humanitaire".
Sa vocation n'est pas de faire du chiffre et elle n'y parvient d'ailleurs plus. Sa vocation est d'être un pôle de Vérité, facilement accessible à tout un chacun, donnant une garantie de bonne fin par la grâce de la Foi.
Tout le reste n'est qu'agitation, prosélytisme corrupteur de l'essence même de la religion.

Le motu proprio qui devrait réunir la Fraternité sacerdotale saint Pie X à l'Eglise romaine est attendu par certains comme le signal d'un renversement d'alliances, au moins de priorités. Remettre la primauté du spirituel sur le temporel allumera un phare que les âmes perdues auront le choix d'atteindre.

Cette mise en marche vers l'Explication est commencée depuis si longtemps vers les églises des faux prophètes, des lamas, des gourous. On n'y sert pas la soupe à heure fixe ! Le contact y est même rude parfois, mais la gnose distillée rétribue l'impétrant d'une sérénité longtemps enviée par celui qui s'est rendu à elles.

Quand l'Eglise qui détient sa vérité universelle, se contente de bondieuseries enfantines et calme ses ardeurs évangéliques dans le soulagement des misères humaines ou dans le tapage du boogie-woogie, elle passe à côté de la mission centrale assignée : l'Explication de l'homme.

S'il reste du temps pour la soupe, tant mieux ; mais il y a aussi la société civile pour s'occuper des contingences matérielles ! On n'a pas besoin d'avoir fait le séminaire pour allumer un camping-gaz.

Au fait, au cours de ses dix-huit apparitions à Bernadette Soubirous, l'Immaculée Conception ne lui a jamais parlé de monter une soupe populaire, ni de soulager la misère du monde : « Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l'autre. »

Elle a réclamé la pénitence des pêcheurs et l'adoration.
Programme désuet ?


Par contre celui de la Discothèque de Dieu est accessible par un simple CLIC sur la pochette d'EXO en concert ci-dessous.

EXO

Bonne rave !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly