Blog translation online

Le Bhoutan a voté

Sauf les moines et les nonnes retranchés des listes électorales par la Constitution de 2008, les Bhoutanais ont voté jeudi dernier pour députer quarante-sept des leurs à l'Assemblée nationale de Thimphou. Contrairement à une opinion répandue dans les médias occidentaux chaque fois qu'une nation nous imite, le régime parlementaire fondé sur le suffrage universel ne fait pas l'unanimité des sujets du roi-dragon, qui sont plus nombreux que partout ailleurs à penser aujourd'hui, avec un recul de dix ans, que le modèle démocratique a surtout apporté des disputes, des discordes, et une effervescence stérile jusque dans les familles, sans même citer une insupportable démagogie des candidats en campagne que ces montagnards détectent de loin.

Qui promet d'asphalter la route, d'agrandir l'école primaire ou d'augmenter le débit de l'eau de ville est vite vu comme celui qui justifiera demain une hausse des impôts afin que les usagers subviennent eux-mêmes aux promesses électorales réalisées. Les deux défis du pays sont la santé avec la carte sanitaire et le sous-emploi qui force à partir. Nul ne comprend vraiment en quoi la transformation de la monarchie absolue antérieure en une monarchie constitutionnelle avec parlement bicaméral accroît les chances d'avancer vers la solution de ces deux vrais problèmes. La surenchère des programmes, le porte à porte des agents électoraux avec du riz, du bétel ou des gâteaux sucrés ne convainc pas ; à dire vrai certains commencent à imaginer qu'on les méprise assez pour les prendre à l'hameçon d'un paquet de clopes !

Une des plus belles reines du monde
C'est le roi Jigme Singye Wangchuck qui décida du bonheur obligatoire, puis de moderniser le régime tout en le bhoutanisant : il expulsa manu militari des communautés népalaises et assamaises qui profitaient sans titres de l'accueil bhoutanais pour déstabiliser leurs pays d'origine. Sur ce, il abdiqua en faveur de son fils (sans attendre le deuil de la nation) lequel fut chargé d'exécuter l'idée. Si on juge le succès de l'entreprise à la participation des inscrits (71,46% cette fois), la phase de choix des représentants fonctionne. Qu'en fait-on ensuite est une autre histoire.

Ce "petit" pays de 760.000 habitants répartis sur un territoire plus grand que notre région PACA n'est pas très riche mais debout. Avait-il besoin d'adopter les simagrées démocratiques pour s'en sortir plus vite ? Il y a des fondamentaux difficiles à ignorer comme la géographie himalayenne, la fertilité des sols ou la force de travail éduquée que le changement paradigme ne transformera pas. Une sortie par le haut semble possible par l'éducation de pointe afin de distinguer ce peuple fier des masses miséreuses de la plaine alluviale du Brahmapoutre ; elle ne convoque en rien un régime plutôt qu'un autre pour y parvenir, sauf à croire, comme moi, qu'un despote éclairé dans la grande tradition frédéricienne a fait ses preuves dans les pires difficultés comme nous l'enseigne l'histoire.
Croire au bonheur par le prince plus que par la foule !




Pour les lecteurs impatients, le résultat des législatives vient de tomber : on peut cliquer ici.