jeudi 24 janvier 2019

In memoriam Henri d'Orléans

Courtoise Paris-Match 2019
Feu le comte de Paris a laissé un entretien avec Camille Chen sur Radio La Chine en Français peu de temps avant ce mois de janvier qui a vu sa disparition. On y croise un artiste délicat et distingué, mais finissant doucement. Ceux qui connaissent sa vie* retrouveront dans ces quelques minutes le souvenir d'un prince au destin encombré, élevé mais bien mal par un père absent et autoritaire à la fois, et une mère un peu tumultueuse accaparée par des grossesses à répétition. De la fratrie de onze enfants, nul ne réussira vraiment, aucun ne fit de hautes études, et les cicatrices de l'enfance, dans les turbulences politiques que l'on sait, déchaîneront à la mort du patriarche en 1999 la bataille des hoirs tant attendue.
Henri d'Orléans, un prince dont je n'ai jamais vraiment percé le projet politique s'il en eut, apparaît finalement comme un gaucher contrarié qui révèlera ses talents sur le tard, dans la chaleur d'un foyer simplifié et aimant. Bien que l'aîné des garçons, il n'était pas fait pour être le prétendant que son père voulait voir après lui, du moins joua-t-il le jeu convenablement sur le registre imposé, même en se fourvoyant parfois dans les ordres de chevalerie et les titulatures, mais de bonne foi. Grâce au site Noblesse & Royautés nous découvrons un homme attachant et sensible. Gardons cette belle image de lui et oublions beaucoup.




(*) Plusieurs sites proposent une biographie d'Henri d'Orléans mais nous avons choisi ces deux-là :

* Une vie en quête d'amour (clic) de Jerôme Carron sur Point de Vue ;
* Adieux Monseigneur (clic) de Julien Auroux & Matthias Samyn, un article très illustré sur le site de La Couronne.

Par ailleurs, Royal-Artillerie avait publié un article sur l'appétence ésotérique du prince en 2007 : Le prince et la gnose (clic)




Nous renouvelons nos condoléances à ses épouses et ses enfants. Les obsèques du comte de Paris auront lieu le samedi 2 février 2019 à 15 heures, en la chapelle royale Saint-Louis de Dreux. Une chapelle ardente sera accessible au public les deux jours précédents. R.I.P.

Printfriendly