mercredi 19 mars 2008

Une affaire d'honneur

Vepee Dick CheneyDick Cheney fait ces jours-ci la tournée des popotes pétrolières au Moyen Orient. La presse s’accorde à y voir une tentative de desserrer l’étau dans lequel l’OPEP tient les boules de l’Occident et de ses fournisseurs orientaux. Mais il est un motif non développé.
Oussama bin Laden, le phénix fou, rescapé de la vitrification des Monts Tora Bora, nargue toujours le maître du monde. Georges Walker "Texas Ranger" Bush ne peut quitter la Maison Blanche laissant le bon Dr NO enfouillé dans les cavernes du Waziristân après qu’on lui ait plié deux tours à Manhattan et le Pentagone. C'est une question d'honneur de ranchero ! Ranchero avec la vraie ceinture à boucle Long Horn, santiags pointues turlututu ...

Nous devrions donc assister au redéploiement des OPS américains sur l'Afghanistan oriental, à charge des pays de l'OTAN de flytoxer les provinces centrales et méridionales de cette contrée mythique aux effluves irréelles. Manque de chance, les Européens ne veulent pas mourir pour l'honneur du Texas et l'ont fait savoir, non en ces termes, en aucun terme d'ailleurs. Ils ne veulent pas faire plus que la garde aux passages cloutés à la sortie des écoles. Que ce pays de guerriers indomptables s’organise afin de chasser les freux de l’islam dévoyé ! Et que les Yankees se vengent une bonne et dernière fois ! L'honneur de la maison Bush serait-il en péril ?

Hollywood Tora Bora
Le vice-président Dick Cheney passera donc en Arabie Saoudite pour cent bonnes raisons à commencer par celle que vous devinez : couper les vivres au grand malfaisan. Et accessoirement accroître le débit aux postes de l'ARAMCO car à 110$ le baril, les pigeons de contribuables vont bientôt s'apercevoir que ce sont toujours les mêmes qui encaissent. La maison de Saoud est, on le sait, partagée sur l'empathie à l'endroit du fils prodigue en sourates explosives ; mais on ne peut refuser l'honneur à la famille Bush qui a organisé les charters saoudiens du 11 Septembre après le bouquet final, et les imans devront pousser leur serviette à carreaux dans la gueule de la pieuvre jusqu'à l'étouffer un moment.
Prendre Oussama tarira-t’il le fleuve des soldats terroristes qui se répand sur le monde occidental et déborde largement sur tout le Croissant vert ? Ils abandonnent le treillis, les brelages et la barbe même, se vêtiront en Armani et RayBan miroirs, et appuieront sur le contact du portable avec leur ongle manucuré. Al Qaïda est devenu une marque de luxe comme Dior, Chanel ou Hermès. Ces créateurs sont morts mais la légende leur survit. Le génie des commandants alqaïdistes du Waziristân fut de franchiser le concept. Ainsi a-t-on vu Al Qaïda ouvrir boutique en Irak sunnite et le succursaliste al-Zarqawi recevoir ses lettres de créance. Elles ne lui ont pas porté chance longtemps mais il a beaucoup tué en sainteté ! C’est la même chose au Maghreb où le Groupe salafiste pour la prédication et le combat a acheté l'enseigne prestigieuse et se rembourse des royalties sur le dos de l'Autriche aujourd'hui, et tout autre réservoir de touristes demain. Mais ceux-là ne sont pas les plus dangereux, ils trafiquent dans les leads & lags de la lutte islamiste intérieure, comme en Algérie. Ce sont les nôtres le vrai danger puisqu'ils sont devenus comme nous, à l’image des islamistes britanniques, ou d’Abou Dheim qui a tué huit élèves de l’école talmudique de Jérusalem, le jeudi soir du 6 mars.
L’assaillant était un fils de bourgeois palestiniens de Jérusalem-Est, décrit par sa fiancée comme un garçon gentil, apolitique et pieu. Au signal – le Hamas endurait les représailles israéliennes à ses tirs de roquettes sur Sderot – il a mis dans un carton de téléviseur son fusil automatique, deux pistolets et des chargeurs, a téléphoné à sa copine pour une journée shopping le lendemain, puis a pris le volant vers le fameux institut Mercaz Harav du centre-ville. Il y a retrouvé son équipier (selon les premiers témoignages) et ils ont rafalé les jeunes sans mollir.

drapeau d'al-Qaïda
Il est intéressant de savoir les motivations qui emportent la décision d’entrer dans les brigades Ezzedine Al-Qassam du Hamas, ou dans une franchise Al-Qaïda quelque part dans le monde. Des études ont été menées aux Etats-Unis, peut-être à Guantanamo. Il en ressort que la misère, la superstition et l’illettrisme ne sont pas les fourriers du terrorisme islamique. Problème ! Il ne suffit pas d’apporter l’American Way Of Life aux pouilleux pour dormir tranquilles. Les djihadistes cherchent d’abord un but à leur vie, l’excitation d’une activité risquée et un statut dominant dans le milieu intégriste qu’ils ont pénétré. Notre société de consommation génère un ennui mortel pour les âmes embrasées qui ne peuvent s'accomplir dans le management à stock-options.

Plus intéressant pour nous est de savoir ensuite quelles sont les causes personnelles de leur défection. Car beaucoup quittent le schmilblick terroriste avant d’avoir connu les cent vierges à la fraîche fontaine murmurante. Le motif le plus courant de désertion est le décalage entre la vie fantasmée du chevalier sans peur et sans reproches et la réalité du quotidien militaire. Si l’exaltation survit au camp de formation – le programme est fait pour cela – elle périt sous les affres de l’anxiété jusqu’à la dépression quand le conscrit est remis en section de combat sur la zone d’effort. Les déserteurs enrobent cette vérité derrière des invocations coraniques qui interdiraient de tuer n’importe qui, ou une relecture des hadiths du Prophète. En réalité ils se dégonflent et c’est tant mieux.
Cet aspect nouveau du profil « djihadiste » a conduit une douzaine de pays* à mettre en route des « programmes de déradicalisation » pour leurs prisonniers afin de renforcer leur désenchantement, en commençant par une véritable instruction religieuse destinée à creuser le fossé entre le dogme et sa traduction terroriste. Le programme est complété d’une resocialisation professionnelle.

Les résultats sont mitigés car on s’aperçoit que les esprits ne sont pas tout à fait normalisés mais le pourcentage de récidivistes – ceux que l’on capture une nouvelle fois – est inférieur à 50%, démontrant que le pas est devenu difficile à franchir pour l’autre moitié qui a réalisé sa chance d’en avoir réchappé.

émeutes en FranceLes services occidentaux n’ont jamais pensé que les alqaïdistes montent à l’assaut à visage découvert. Si la queue de trajectoire est la guerre sainte généralisée pour aboutir au califat, l'analyse primaire voudrait qu'ils se noient parmi les masses musulmanes, jusqu’à ce que l'opinion publique des pays hôtes n’oblige les gouvernements à pénétrer ces communautés pour en extirper le mal, parfois brutalement, jusqu’à retourner l’ensemble des « croyants » contre Al-Qaïda. Ce serait le signal. Aussi craint-on que la jeunesse arabe désoeuvrée des cités ne soit utilisée comme supplétifs inorganisés dans l’affrontement permanent avec les forces de l’ordre, comme incendiaires ou tueurs, afin de désorganiser le semblant de défense passive que l’on tente de mettre en place, comme en France. A mon avis c'est le leurre. Je dirais même que c'est le leurre involontaire, celui que nous avons nous-mêmes créé dans nos obsessions sécuritaires simplistes.

Al-Qaïda est autrement averti pour ne pas s'embourber dans la fréquentation de « gangsters de pissotières », tous fichés. S’ils doivent sortir de leurs tranchées, ils viendront des tours de La Défense et non pas des tours des Quatre Mille ! Espion lève-toi ! A la sanctification du martyr succèdera l’appétit du pouvoir. Peut-être Jérôme Kerviel leur a-t-il donné des idées de destructions massives ?
Réagir ! Un coup d'avance pour l’Occident ? Commençons par mettre de l’ordre.
La résolution pleine et entière du plan de paix au Proche Orient dans les semaines qui viennent est incontournable. Dick Cheney ne peut faire l’impasse, car cette guerre sourde est la mère de toutes les guerres asymétriques du moment. Israël et l’Administration palestinienne avec un Hamas réintégré, doivent partager maintenant le territoire équitablement. Chacun chez soi. Chacun pour soi. La coopération économique indispensable aux deux états se fera toute seule au niveau des individus et des entreprises, sans qu’il soit nécessaire de protocoler des accords spéciaux.
Gaza bombardéeLe cirque sémitique a assez duré. Le monde est las de ces foutaises bibliques, le Hébreux, les Philistins, les Bédouins, les Arabes, et pourquoi pas les Hittites. Ces gens ont incapables de dépasser leurs antagonismes et offrir un avenir normal à leurs enfants. L'eau doit être partagée par une Agence de Bassin indépendante sous contrôle onusien, voire turc. Il faudra aussi vider les colonies juives et laisser le temps au temps pour une réinstallation pacifique des Juifs en Cisjordanie dans deux ou trois générations selon les intérêts particuliers des uns et des autres. C'est la même souche abrahamique si personne ne ment.
Pour sûr, il faudra forcer la paix.
A défaut de quoi, l'honneur de la maison Bush sera perdu.

Nota * : parmi ces pays, l’Indonésie, Singapour, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, le Yémen, la Grande Bretagne et les Etats-Unis en Irak.





Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

3 commentaires:

  1. OBL commémore le 5è anniversaire de l'attaque américaine sur l'Irak en nous menaçant :
    La video c/o LiveLeak. Le billet était prémonitoire.

    RépondreSupprimer
  2. Le cancer Al-Qaida a métastasé. Même s'ils arrivent à détruire le centre nerveux de la pieuvre les Américains ne pourront en venir à bout tout seuls.
    Il faut la coopération pleine et entière de l'Europe et surtout des états musulmans, Iran compris. Grosse problématique pour le candidat à la Maison Blanche quelqu'il ou elle soit !

    RépondreSupprimer
  3. Quand on regarde les faits et oublie les intentions, on voit que les Sunnites se sont retournés contre Al-Qaida Irak et donc qu'ils adoptent une position sur le même axe que les Chiites.
    En fait le combat classique au fusil garde son efficacité.
    Parce que le meilleur des djihadiste sera toujours le djihadiste mort !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly