lundi 2 mars 2009

Une pétition anti-NATO

clé anglaise rouilléeJe ne croyais pas revenir sur ce sujet de sitôt après les trois billets¹ groupés du mois de février. Le Forum pour la France fait circuler une pétition universelle contre le retour de la France dans l'OTAN. Dans un long argumentaire que vous pouvez lire ici et signer en bas, les rédacteurs ont synthétisé leurs griefs. C'est la première fois (à ma connaissance) qu'un vrai travail de vulgarisation de l'affaire OTAN est mis en ligne.
L'angle d'approche très démocratique n'est pas criticable si l'on prend le parti de préjuger de la pertinence du choix populaire majoritaire, non plus que des croyances aussi respectables que la souveraineté du peuple si c'est une question de foi.
Je trouve dommage que, au principe meurtrier du compromis nationaliste, les royalistes se jettent dans le camp gaulliste sans passer ses propositions au laboratoire d'idées dont ils disposent dans leur "école de pensée". Je n'ose croire qu'ils avalent tout cru du prêt-à-penser débité par l'argument d'autorité (ne citons personne), le plus mauvais des arguments puisqu'il masque le plus souvent la vacuité de la thèse. Nous nous limiterons à contester certains assertions par des faits, parfois sous la forme d'un commentaire bref. Sortons donc la clé anglaise (ça commence mal) et réglons la molette.


FPLF : Vous avez comme nous noté toutes les déclarations orales lénifiantes, de nos dirigeants comme du Secrétaire Général de l’OTAN, selon lesquelles la souveraineté de la France resterait garantie et notre pays garderait la disposition exclusive de sa force de dissuasion nucléaire qui fut l’un des principaux motifs de la décision du Général de Gaulle en 1966.


La nationalité française de la force de dissuasion est d'autant plus sûre que l'extension éventuelle de ce parapluie atomique a toujours été refusé par nos voisins qui craignent que le prétexte ne soit saisi par les Américains de retirer le leur, le seul en lequel ils croient (à tort peut-être, mais c'est un autre débat). Quant à notre liberté d'en user souverainement, elle s'arrête où celle des autres commence, et d'abord celle de nos voisins, sauf à l'actionner bien sûr sur notre propre tête ! Ce concept est fou.

char Abrams

FPLF : Politique à l’extérieur : la France, aux yeux du monde, n’est pas un simple espace géographique indifférencié aux frontières en pointillés, ni une boutique d’épiciers, ni une enseigne commerciale ou une compagnie d’assurances, sociales et autres.


C'est de la bouillie. Les frontières en pointillés sont celles de Schengen pas de l'Otan. Passons sur nos épiceries de luxe inégalées et demandons aux candidats à l'émigration ce qu'ils pensent de notre image "d'assureur social".


FPLF : Sa soumission à l’empire américain et anglo-saxon qui tient l’OTAN laisserait un grand vide et serait une immense forfaiture.


C'est faux. Au lieu de remâcher cette histoire de soumission, il vaut mieux demander leur avis à ceux qui subissent le joug anglo-saxon de l'OTAN, comme la Belgique qui héberge 2 sièges majeurs de l'Alliance, la RFA qui met en ligne la composante blindée du corps de bataille, la Turquie qui sert de base de surveillance et d'attaque du flanc sud de l'empire russe et de belvédère sur le Moyen-Orient, et le Canada, dominion britannique devenu "européen" par le sacrifice d'immenses cohortes à notre profit dans les deux guerres mondiales. Aucun des quatre n'a suivi l'Administration Bush-Cheney en Irak, quand les nouveaux alliés s'y précipitaient.


FPLF : La réintégration serait en outre très dangereuse pour la France comme pour le monde, car les intérêts dominants des maîtres d’une OTAN passée d’une alliance défensive qui n’a plus de raison d’être à une alliance offensive, voire agressive, sont très loin de se confondre avec les nôtres.


Mise à part la marche vers l'Est qui doit stopper, mais elle l'est déjà puisque Obama-Clinton ont vu l'incongruité du procédé rapporté aux vrais enjeux, je préfère appartenir à une alliance offensive, car je fais partie de ces Français saoulés de se battre toujours dans nos riantes campagnes et jamais chez autrui ! Le "réduit breton", pas pour moi ! Quant à soutenir qu'il n'y a plus de raison de se défendre, ... glissons !

char Leclerc FR

FPLF : Nous le voyons bien dans la destruction de la Yougoslavie, le bombardement de la Serbie traditionnellement amie de la France, le viol du droit international et des résolutions de l’ONU pour favoriser puis reconnaître l’indépendance du Kosovo, l’intervention en Irak, l’enlisement dans le nouveau Vietnam qu’est l’Afghanistan au nom d’un combat douteux contre le terrorisme qui n’est ni le bon ni le nôtre, et où meurent pourtant nos soldats en « supplétifs » ou valets d’armes.


Si le Kosovo a bien été instrumentalisé pour insérer la camp US Bondsteel au sein des Balkans - si nous n'étions pas d'accord, il fallait le dire tant que nous n'étions pas "réintégrés" :) - tout le reste de l'argument est faux :
La Yougoslavie s'est auto-détruite dans sa libération du joug communiste serbe. Que ceux des Serbes qui commandaient dans cette guerre civile atroce aient été de nos "amis" ne laisse de m'étonner. Les juges du TPIY de La Haye viennent de condamner cinq officiers généraux serbes pour participation « à une entreprise criminelle destinée à modifier l'équilibre ethnique du Kosovo (peuplée à 90 % d'Albanais) dans le but de maintenir le contrôle des autorités serbes et yougoslaves sur la province ». Pour ce faire, dit le jugement, les accusés ont imposé « une campagne de terreur et de violence systématique et de grande ampleur" incluant notamment "des meurtres, des destructions de propriétés, des violences sexuelles » et la déportation de "715 158" personnes vers l'Albanie, la Macédoine ou le Monténégro jusqu'au 1er mai 1999. Le président Milutinovic a quant à lui été relaxé, trop loin du théâtre d'opérations.

L'intervention anglo-américaine en Irak fut éxécutée en dehors du Traité de l'Atlantique Nord et légalisée par l'ONU que M. De Villepin ne sut convaincre. Ce n'est pas parce que nous sommes les seuls intellectuels sur cette planète que les autres pays du Monde doivent suivre impérativement nos préconisations véhémentes.

L'enlisement en Afghanistan est possible, mais c'est un combat légitime et légal, livré par l'Alliance tout entière (renforcée de 15 pays non alliés) en application de l'art.5 du Traité sus-mentionné et de l'article ad hoc de la Charte des Nations Unies. C'est le président gaulliste Chirac qui a répondu à l'appel, comprenant qu'il fallait excaver la pieuvre de son trou plutôt que de mordiller ses tentacules en Europe.
Mais si De Gaulle n'a pas osé sortir de l'Alliance pour éviter ces "convocations", ses héritiers auront-ils le courage de l'exiger pour que les choses soient définitivement claires dans le camp occidental : la France seule dans son pacifisme tous azimuts ! La posture n'est pas exactement traditionnelle pourtant.

Le termes de supplétifs est insultant pour nos soldats, mais est-ce peut-être la rémanence mentale de nos Harkis abandonnés par les gaullistes ; celui de valets d'armes trahit une sous-information grave sur ce théâtre d'opérations où ce sont les Américains qui fournissent les services et le meilleur appui-feu aux corps expéditionnaires alliés et pas l'inverse. Mais à quoi bon chercher à comprendre puisqu'on raisonne par postulats.


FPLF : Nous le pressentons aussi dans l’affaire d’Iran et dans les diverses formes d’encerclement par l’empire otanien tant de la Chine que de la Russie, avec lesquelles la France et l’Europe ont pourtant tout intérêt à entretenir les meilleures relations possibles.


Pourquoi associer la France et l'Europe dans un discours souverainiste ? Pense-t-on faire ainsi le poids ? Parce que dans l'affaire du gaz qui est primordiale dans les relations russo-européennes, la France ne pèse rien, et dans aucun autre domaine non plus à l'exception de l'aérospatial. Autant le savoir. Quant à la Chine, elle attend officiellement nos excuses publiques (condition réitérée plusieurs fois par le Premier ministre Wen Jiabao lors de son tour européen qui a zappé la France bouddhiste). Si la Chine se met en position d'insulter le cinquième membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, c'est qu'elle le compte désormais pour quantité négligeable. Nos apparaux de souveraineté n'y changeront rien. Et pour dire que l'OTAN va menacer la Chine, il faut acheter d'abord un globe terrestre.
Quant à l'affaire d'Iran, laissons d'abord le président Obama prendre position sur l'armement atomique d'une seconde république islamique, car il serait idiot d'ouvrir des pourparlers avec les ayatollahs s'il prend la décision de les vitrifier. Jusqu'ici les délégations iraniennes n'ont fait que gagner du temps pour leurs centrifugeuses.

char Léopard DE

FPLF : La réintégration risquerait d’entraîner encore plus la France dans des conflits qu’elle n’aurait pas voulus, contraires à ses amitiés traditionnelles et à ses intérêts fondamentaux.


Revoir le commentaire liant la Belgique, la RFA, la Turquie et le Canada. Mais il semblerait surtout que la France de M. Chirac, que semble regretter le FPLF, n'ait jamais voulu aucun conflit, quitte à se coucher. Quand ferons-nous la liste de nos propres intérêts fondamentaux stricto sensu, non partagés ?


FPLF : Faute diplomatique découlant de la précédente. Notre diplomatie mondiale, servie par un réseau et un personnel d’ambassades, d’institutions culturelles, de soins, de recherche, etc. d’une dimension exceptionnelle, s’en trouverait réduite, rétrécie, abaissée. Quelle autonomie diplomatique nous resterait-il si les décisions affectant l’un de ses moyens importants : la force armée, nous échappait ?


L'époque de Vergennes est révolue (hélas!). Sauf en Afrique et pour combien de temps, nous n'avons plus de forces armées capables de soutenir notre diplomatie. La dernière crise israélo-libanaise l'a montré aux yeux des Arabes qui ont vu le président Chirac, leur ami et fier-à-bras au pupitre du Conseil de Sécurité, se dégonfler comme une baudruche au pied du mur, laissant passer ensuite l'Italien Prodi aux manettes ! Ne pas être capables de sanctuariser l'espace aérien libanais (qui n'est pas bien grand), quelle honte après tant de discours !
Quant au réseau diplomatique français, s'il est étendu et très coûteux, il n'a pas une réputation de franche efficacité, un peu comme La Poste. Depuis que les Européens ont libre accès aux ambassades de l'Union, les agents d'affaires français empruntent de préférence le réseau allemand. Mais ce sont choses améliorables certes ; OTAN ou pas n'y changera rien.


FPLF : Faute sur le plan militaire : comment pourrions nous envoyer nos forces, réduites par ailleurs, soustraites à notre libre disposition, aux déplacements soumis à autorisation étrangère, dans nos territoires outre-mer et dans les 11 millions de km2 de notre espace maritime pour les défendre, ou en Afrique, ou ailleurs, pour soutenir nos intérêts propres auxquels bien des membres de l’Alliance sont totalement étrangers, voire hostiles ?


Ce n'est pas faux ; c'est une ânerie. L'Outremer français n'est pas inclus dans le Traité de l'Atlantique sauf les possessions que nous avons dans cet océan au nord du tropique du cancer (art.6), qui se résument donc à St Pierre & Miquelon ! Les opérations coloniales françaises ont toujours été disjointes des opérations intégrées, depuis le tout début du pacte. L'empire fut toujours à part, sauf les trois départements algériens qui étaient "métropolisés" et inclus nominativement dans cet article, puis retirés à l'indépendance.


FPLF : Le Président de la République espère promouvoir de l’intérieur même de l’OTAN une « défense européenne » - elle-même illusoire si elle n’est pas d’abord nationale - sans avoir, pour autant, obtenu de véritable participation aux décisions de planification de la stratégie et des armements, et surtout d’intervention sur le terrain.
Or, nos partenaires, presque tous satisfaits de leur couverture par les Etats-Unis, ne veulent pas d’une « défense européenne » autonome, distincte de l’OTAN, car ils n’ont simplement pas les mêmes intérêts à défendre, tant au sein qu’en dehors de l’Union européenne, qui ne pourra former un peuple, une nation, un Etat, avant bien longtemps.


Ce qu'espère un président en CDD est toujours flou et ajusté à sa cote de popularité. Ce qui est sûr : la PESD est insérable dans l'Alliance, l'Eurocorps est inséré dans le commandement intégré NATO en tant que NRF² certifiée. Si les choses se sont faites ainsi c'est bien qu'il n'y avait aucun consensus ni argent pour les faire autrement. Personne ne nous fait confiance en Europe dans un crise de haute intensité, à commencer par la Pologne et la Tchéquie (devinez pourquoi).


FPLF : Faute sur les plans industriel et social, car - trop d’exemples antérieurs le montrent - l’interopérabilité des forces de l’OTAN et l’harmonisation corrélative des armes aboutissent à favoriser outrageusement l’industrie militaire américaine, à asphyxier les beaux restes de la nôtre, et à faire disparaître chez nous les compétences si précieuses et les centaines de milliers d’emplois correspondants.


Ce n'est pas entièrement faux, sauf que : il n'y a que 4 industries militaires en Europe occidentale ; et seulement deux d'entre elles (en gras) sont dans le commandement intégré ; ces deux-là auraient mauvaise grâce de s'en plaindre au vu de leurs résultats. Ces pays sont l'Allemagne, la France, le Royaume Uni et la Suède. S'y ajoute les Pays-Bas spécialistes de frégates qu'ils exportent dans le monde entier, et l'Italie qui entre à la carte dans des programmes communs.

Exclus volontaires du commandement intégré, nous ne pouvons pas préjuger de l'intérêt industriel que représentera notre réintégration. Pour le moment, l'Allemagne a vendu ses chars Léopard par milliers³ dans les armées OTAN et autour, parce qu'ils étaient certifiés "nato" et plus tard "warmint". Le Royaume Uni exporte de tout pour les trois armes dans le monde entier, son identification "nato" est un plus. Il arme Israël en munitions spéciales et a vendu ses Chieftains à l'Iran et à l'Irak (comme dans l'Oreille Cassée), à la Jordanie, au Koweït et à Oman. Leur Challenger-2 est en promotion "Milanproof" au Moyen-Orient, il résiste au missile français ! Avec son tube lisse Rheinmetall L/55 Nato, il va cartonner même devant l'Abrams. Heureusement pour nous, la Sagem et Thalès sont dedans. Londres reste le vrai guichet neutre d'armement pour tous les pays ; son atlantisme ne l'handicape pas, au contraire.

char Challenger2 UK

FPLF : François Mitterrand : la France n’est jamais plus utile à l’allié américain que lorsqu’elle a les mains libres.


Oui à 100% ! Faudrait-il déjà qu'elle retrouve les forces armées du niveau requis par ce très bon concept stratégique de la "déception" que l'on étudiait à l'Ecole de Guerre, niveau hors de portée de nos capacités budgétaires actuelles, anéanties par la Dette publique, ce cancer initié par les gouvernements Mitterrand & successeurs. Il faudra au moins deux générations pour s'arracher à pareil déclin de notre puissance.

En attendant notre renaissance, soyons intelligents et revenons au commandement intégré de l'OTAN qui nous ouvre plus de portes qu'il n'en ferme. C'est notre vraie famille et tout le monde est ravi d'avance de notre retour.
Certes, rien ne peut être parfait dans les constructions humaines et nous aurons bien des occasions de rouspéter. Pour atteindre à la perfection, nous devrons accéder au Paradis où la vie éternelle sera d'un ennui, je ne vous dis pas !


Note (1): Royal-Artillerie a commis 4 billets sur la question OTAN :
- PESD in NATO (2008)
- L'étoile polaire
- L'aimantation atlantique
- La porte du Nord
Note (2): NRF : Nato Response Force = force OTAN de réaction rapide
Note (3): - Plus de 6000 Leopard 1 ont été livrés en Belgique, Danemark, RFA, Grèce, Italie, Canada, Pays-Bas, Norvège, Turquie and Australie.
- 3200 Leopard 2 sont en service dans les brigades blindées ci-dessus plus : Autriche, Chili, Finlande, Pologne, Suisse, Suède, Espagne.




Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

4 commentaires:

  1. Très bon article ! La manière dont vous approchez le sujet est pertinent.Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair. Comme les 3 autres aussi. Attendons la réponse des "autorités" ; j'ai ri à l'impair "diplomatique" sur le tropique du cancer.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  3. JeanDo, là et ailleurs, les Autorités ne répondent jamais, sauf à perdre leur "autorité" qui leur sert de raison.
    Ainsi les peuples sont-ils parfois guidés par des aveugles, d'autres fois, par des joueurs de pipeau.

    RépondreSupprimer
  4. Le cahier tiré-à-part annoncé pour le débat parlementaire est à peine ébauché faute de temps.
    Son édition est reportée sine die.
    Désolé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly