mercredi 25 juillet 2007

Congé d'été

Les fûts du Royal-Artillerie vont cesser d'être chargés au mois d'août. Pour traverser ce silence, la rédaction vous offre deux poèmes de "chez nous", de belles images, et vous invite à passer sur le blogue militant du professeur CHAUVIN qui n'a pas son égal sur la toile, et où d'ailleurs je puise régulièrement des sujets de méditation pour faire les miens.

Blog royaliste de M. Chauvin
Ce blogue, créé au moment de sa campagne législative partielle contre Patrick Devedjian dans la 13è des Hauts de Seine, n'a jamais levé le pied. Incisif, pertinent, tenace, Jean-Philippe Chauvin a conquis un large public dans le milieu royaliste et particulièrement chez les lycéens - c'est sûr que la pédagogie y aide - qui voient s'élargir aux réalités politiques du moment les cours d'histoire-géo proposés au bahut par l'auteur ; et cela sans grand effort de leur part car il leur mâche les liaisons. C'est du travail de pro !
Il compte livrer trois billets par semaine. Ne lui tenez pas rigueur s'il s'attarde à la plage au cas où le soleil reviendrait enfin sur le duché de Bretagne.

GARDER ESPOIR

Une image évocatrice de la bataille de Denain (24 juillet 1712, 295 ans hier) qui renversa le sort des armes dans la guerre de Succession d'Espagne quand tout nous paraissait perdu, laissant entre nos mains 60 drapeaux qui allaient tapisser les voûtes de Notre-Dame. Nos voisins avaient mal pris que le duc d'Anjou succèdât à Madrid à Charles II de Habsbourg, roi malade sans postérité, et craignaient peut-être la confusion future des royaumes. Nous dûmes accepter la Paix d'Utrech (11 avril 1713 ) dont on parle encore aujourd'hui puisqu'elle interdit aux Bourbon d'Espagne de régner à Paris, contrevenant ce disant à la loi fondamentale d'indisponibilité de la couronne ! Cette victoire sauva la France et rendit un dernier rayon au Soleil qui se couchait ; "Le Roi" - ainsi qu'il était simplement nommé dans les cours au-delà les mers - allait mourir dans les trois ans.

bataille de Denain

A bientôt. En attendant ...

POEME de CHARLES MAURRAS

Ni peste, ni colère…

À Chrysès, prêtre d'Apollon.

Silencieux, longeant la mer retentissante,
Ô vieillard, tu t'en vas, sous le poids des destins ;
Ils ne t'ont pas rendu la vierge florissante,
Dorure de l'automne en son rose matin.

Chryséis, ô vieillard, était plus que ta fille,
Sa corolle s'ouvrait au milieu de ton cœur ;
Étant prêtre du Dieu qui réchauffe et qui brille,
Tu te rêvais du Temps le facile vainqueur.

Mais sur un lit lointain t'apparaît le carnage,
Tu vois fuir et pleurer la pourpre de ton sang,
Ô Père ! un pâle lys de cette ombre surnage
Où s'apaise la honte et le bonheur descend.

La vierge entrelacée au maître qui l'opprime
Connaît quelque douceur de son rude ennemi ;
Sous le sceau flamboyant qui marque la victime,
Amour, en Chryséis, ô Chrysès, a gémi.

Lave tes froides mains dans l'écume de l'onde,
Mais ne maudis personne et tiens-toi de nourrir
De nouvelles douleurs les tristesses d'un monde
Où d'eux mêmes tes maux avec toi vont mourir.

(C. Maurras, 19 janvier 1944)
Courtoisie de Maurras.net.


lever de soleil

POEME DE PIERRE BOUTANG

Poème delphique(extrait)

Pierre BoutangSi tu te fais juive
pour refuser le dieu venu
pour tuer tout le faux des dieux
et même pour retrouver les eaux vives
des jours de l’origine
je me ferai amalécite
je ravagerai les plaines,
y étant descendu.

Je meurtrirai l’ancien corps de ta haine
du dieu qui n’est pas venu
je mettrai sur la croix ton ignorance
j’enfoncerai ton refus avec les épines
du chemin que j’ai parcouru
où j’ai meurtri mes pieds,
rêvant d’anéantir ton ombre qui dit non.

Mais si tu te fais vraie
non aveugle
d’un seul éclair sur ton temple réel
si tu te retrouves
fais renaître
l’ancien corps gardé de serpents
de l’enfant Apollon plus vrai dieu dans ses sources
alors je me ferai juif
pour mêler ma prophétie criarde à ton oracle net
ensemble nous irons
juif neuf et Pythie non diseuse
ravager, extirper sur les pentes
mes vergers incertains de haine amalécite
si tu te fais vraie.

(P. Boutang, Oraison pour une fin d'été)
Coutoisie des Provinciales.





Post scriptum


CatoneoJe remercie mes lecteurs pour leur assiduité et leur indulgence tout au long de l'année. Les billets publiés offrent un espace de copmmentaires qui est trop rarement utilisé (cet été les commentaires sont modérés). Un blogue vit aussi de l'intérêt que lui manifestent ses lecteurs, car comme tout ouvrage il traverse des périodes de moindre élan où l'échange avec autrui est réconfortant. S'il ne s'agit pas pour moi de "coller" aux attentes du lectorat, il est - vous vous en doutez bien - utile et rassurant d'avoir un certain retour pour mieux vous comprendre, même si la fréquentation des forums y supplée.
A bientôt si Dieu le veut.
Amitiés royalistes,
Catoneo

2 commentaires:

  1. Parmi les livres de l'été je signale Histoires des Iles de Jack London, en poche (moins de 10 euros).

    C'est le recueil de deux nouvelles titrées à l'époque House of Pride et On The Makaloa Mat.

    Bon livre de plage d'un grand auteur d'aventures.

    RépondreSupprimer
  2. Où pourrais-je trouver des poèmes de Boutang sur Internet? Pour l'instant les moteurs de recherche ne m'ont rien trouvé.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly