Index alphanumerique

mardi 20 mars 2012

Un goût de cendre (mis à jour)

Je ne sais pas si c'est bien de donner son point de vue sur la série d'assassinats en Midi-Pyrénées. La piste du loup solitaire semble la plus probable, et malheureusement celle d'un ancien militaire se découvre sous le tapis de feuilles des évènements. Détermination, préparation, calme et vitesse, c'est de l'acquit. Par contre le mobile n'apparaît pas, même si on évoque la vengeance à froid d'une exclusion ancienne des rangs de l'armée (cf. Secret Défense). Mais l'attaque des petits juifs au Faubourg Bonnefoy de Toulouse ne colle pas au reste, à moins d'habiter le quartier.

La précipitation montrée par la plupart des candidats à venir faire une télé compassionnelle dans la ville du drame m'a mis mal à l'aise, et l'augmentation à "écarlate" du plan Vigipirate est vraiment surjouée. Normalement on ne devrait plus boire l'eau du robinet par crainte d'un empoisonnement des citernes municipales.
Mais le comble n'est-il pas de suspendre la campagne électorale ? Comme on fermerait le temps de l'enterrement la foire aux manèges d'à côté ! C'est bien la preuve en creux de la superficialité de cette procédure tout entière captée par la réclame et le tapage, le désordre.
Quant à l'invocation ressassée des Valeurs de la République par une classe politique si corrompue dans ses idées, elle donne la nausée. C'est chez eux pavlovien, les "valeurs" !

On peut aussi s'interroger sur la légitimité de l'agence officielle sioniste à stigmatiser sans preuves l'islamisme, après que l'ambassade d'Israël se soit exprimée de manière plus mesurée et confiante sur la protection de ses ressortissants.

Avec une pensée pour les trois enfants, le professeur d'hébreu, nos trois parachutistes, un quatrième est très mal en point, nous terminerons sur un encouragement aux autorités policières à retrouver le tueur très vite, car son agenda n'est peut-être pas terminé.


Actualisation du 21.03.12 08:00

Le loup est un Français pakistanisé de 24 ans qui fait son djihad individuel. Coincé au fond de sa ratière à la Côte Pavée, il n'a aucune chance depuis que M. Sarkozy pilote l'opération du RAID depuis l'Elysée (RTL 07:40). M. Sarkozy va partir d'un moment à l'autre à la Côte Pavée, son avion chauffe à Villacoublay (Le Point 07:40). M. Sarkozy ira aux obsèques de Montauban, puis M. Sarkozy recevra les communautés à problème.
Mais le vrai, problème, est que l'assassin ne soit pas le skinhead fou à svastika un moment entrevu en songe, qui aurait ruiné le grappillage de Mme Le Pen sur l'électorat carpentrassisé du président sortant, mais le salafiste ami des trotskars à son insu, qui peut déshabiller les candidats révolutionnaires au profit de qui ? Du vote utile, un certain Hollande complètement dépassé par le cirque ambulant, voire le costaud des Batignolles & Neuilly réunies, lui-même, vainqueur à poigne malgré tout.
Si la théorie d'assassinats ne fut jamais un fabrication politique (quoique le Mossad en ait fait de belles), son interruption rapide en a toutes les vertus.
Chapeau quand même aux services de police ! Quand on les laisse travailler, le résultat est là.



Bandeau d'hommage à nos gars

Sapeur de 1ère classe Mohamed Farah Chamse-Dine Legouade, 23 ans
Caporal Abel Chennouf, 25 ans
Maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans

Une gerbe de chagrin pour les enfants et le prof de l'école d'Ozar Hatorah




Print Friendly and PDF

11 commentaires:

  1. Postscriptum : les trois anciens paras mis en cause par Jean-Dominique Merchet ont été lavés de tout soupçon par le SRPJ de Toulouse (Reuters 13:08).

    RépondreSupprimer
  2. Seule candidate à douter de la sincérité de la classe politique, Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à la présidentielle, trouve que ces appels à l'union nationale sont tout simplement une «comédie». Tout en qualifiant les événements de Toulouse de «barbares et horribles», elle a jugé mardi «indécente l'instrumentalisation politique de ces actes».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poutou a eu pour première réaction que ça tombait comme par hasard en campagne électorale.

      Je suis tombé aussi sur un article d'Atlantico, dans lequel Goldanel déclare qu'il ne faut pas "instrumentaliser" le drame de Toulouse.

      Supprimer
    2. L'instrumentalisation est inévitable dans une démocratie d'opinion et M. Sarkozy s'y emploie à plein temps. La découverte du tueur rebat les cartes, mais les joueurs restent au jeu.

      Supprimer
  3. Posté sur Newsring ce matin :
    Il est vraiment "rapide" de la part de Mme Le Pen d'affirmer que le risque fondamentaliste a été sous-estimé quand on voit par quels moyens les services de police ont très vite logé le tueur de Toulouse. Ce ne sont pas que des procédures classiques du SRPJ local qui ont abouti, même si elles ont été déterminantes à remonter le fil du véhicule, c'est aussi le moulinage de tous les fichiers de renseignement constitués de longue date qui ont éclaici l'enquête, en dédouanant instantanément des suspects hors de cause et en triant les données du terrorisme. Chapeau ! Quand on sait aussi les moyens importants déployés au nord du Sahel pour traquer les franchises AQMI, on ne peut parler en même temps de sous-estimation de la menace !

    Mme Le Pen a de la chance que le tueur ne soit pas quelque Andres Breivik français que les ligues d'orthodoxie cérébrale auraient vite amalgamé à l'idéologie du Front. Des signes avant-coureurs (Dominique Reynié) montraient que les percuteurs de la bienpensance étaient armés contre elle.

    Par contre il est vrai - et peut-être voulait-elle dire cela - que les laboratoires d'idées ont trop longtemps fait l'économie d'une analyse de la morbidité du discours salafiste djihadiste. On ne sait pas jusqu'où iraient les conclusions de tels travaux, confinés ensuite comme des barres d'uranium irradiées. Nous devrions demander à M. Tariq Ramadan, qui est un expert reconnu (clic) que personnellement j'apprécie - mais ça ne le valorise pas plus -, de nous donner son analyse en finesse. Viendra-t-il sur Newsring ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tariq Ramadan a fait son exégèse des attentats de Mohamed Merah sur son blogue. Emaillées d'alibis - je n'ai pas dis ça puisqu'ailleurs j'ai dit ci - il fait peser la responsabilité du passage à l'acte sur la société française qui n'a pas fait la place qu'elle mérite à la génération issue de l'immigration. C'est un peu facile, et exonère la propagande salafiste qui matraque les jeunes fidèles d'incantations mortifères.
      Les commentaires liés à l'article de Ramadan sont édifiants.

      Supprimer
  4. Le loup n'était qu'un chacal. Il s'est rendu sans combattre, tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean, ce n'est pas fini. Il est encore dans la ratière.

      Supprimer
    2. Aux lecteurs de passage, je signale que les heures indiquées sur les commentaires viennent de chez l'hébergeur californien : GMT-7, soit Paris-8 en heure allemande.

      Supprimer
  5. ... et le canard était toujours vivant !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".