Index alphanumerique

dimanche 15 septembre 2013

40 ans sous la couronne SKF

Ce billet est paru il y a dix jours dans l'Action française 2000 du 5 septembre 2013 (n°2869) sous le titre Quarante ans de règne pour annoncer le jubilé du roi de Suède Charles XVI. Il entre en archives Royal-Artillerie dans sa version originale.

Charles XVI Bernadotte de Suède
On astique les grands landaus noirs au palais royal de Stockholm et la Garde recoud ses boutons de vareuse. La fête du jubilé dans dix jours s'annonce populaire puisque les comptes publics du pays sont à l'équilibre. C'est d'ailleurs une routine chez les royaumes du Nord que d'avoir cette sérénité budgétaire. Les pays scandinaves sont "socialistes" en diable, redistribuent beaucoup, chôment peu et partagent un handicap terrible : leurs habitants sont rares sur de vastes territoires inhospitaliers que le soleil boude la moitié du temps. Hormis les bords de mer, l'Etat y gère un désert mais dégage de l'excédent budgétaire ; cherchez l'erreur. La théorie des climats nous dirait après Montesquieu que l'Arctique forge des caractères sérieux alors que les pays de cocagne latins induisent l'indolence et la procrastination, mais pour ce qui concerne le royaume de Suède, on peut parler aussi de maturité citoyenne ancienne et de perspicacité d'une classe politique honnête, non engoncée dans des principes à déclamer comme nous en assène ici la logorrhée républicaine.
Deux observations étayent cette qualité mature du modèle froid : de vieille tradition parlementaire – leurs Etats généraux remontent au Moyen-Âge - le pays a reconverti son système représentatif en parlement monocaméral économique, la Diète royale où les députés entrent à la proportionnelle. On ne truque donc pas les scrutins.
Deuxième observation, le droit social ne subit pas l'effet de cliquet qui interdit chez nous de mordre sur les "avantages acquis". Quand l'ombre de la banqueroute du fameux modèle suédois s'est dessinée dans les années 90, la société fut réformée complètement, et on peut discuter aujourd'hui d'un projet de départ à la retraite à 75 ans sans que les interlocuteurs ne se sautent à la gorge.
Les Suédois sont pragmatiques et ennuyeux, à l'image du "mobilier national" (IKEA), mais au moins ont-ils un projet de pays à leur taille, bordé, réalisable. Neutre depuis la Grande Guerre du Nord au XVIII° siècle, ce qui fut jadis une grande nation militaire se replia sur ses intérêts essentiels et traversa deux guerres mondiales à l'abri. Mais le royaume n'était pas coupé du monde et les opportunités saisies à l'occasion. Le Marché commun s'offrait-il en zone de libre échange bien plus vaste et riche qu'un hypothétique marché anglo-scandinave, que la Suède, après avoir changé son volant de côté¹, le rejoignit sans états d'âme. L'intégration monétaire risquait-elle de miner l'autonomie des politiques budgétaires et brider sa compétitivité internationale, qu'elle fut en revanche refusée.
Les aléas d'une collaboration euro-américaine sont amortis par la coopération inter-baltique sous la forme du Conseil nordique². Celui-ci reprend des couleurs depuis la crise des budgets latins et la germanisation de l'Eurogroupe ; à tel point que « L’État fédéral du Norden », dernier bouquin de l'historien Wetterberg qui remet en situation une vieille tentation scandinave, est un bestseller ! Si l'Allemagne réussit l'anschluss économique et financier de ses "clients" on reparlera sérieusement du Norden.

la famille en charge

Mais le royaume de Suède n'est pas qu'un pays de luthériens affairés. On y entend des rumeurs sur la Cour, on brûle des voitures à Husby et l'Etat peut montrer les dents comme dans l'affaire de Pirate Bay³. Le communautarisme y fait les beaux jours du parti xénophobe (20 députés) et on a essayé de tuer Lars Vilks pour ses caricatures du Prophète ; le chômage en banlieue est de 8,8% contre 3,6% en ville ! Entre-temps les Chinois ont racheté Volvo et Saab est mort. A travers ces vicissitudes, la Suède néanmoins ne se désunit pas. Sa croissance est positive (0,8% en 2012), le commerce extérieur rapporte des couronnes (6% du pib), ils vendent des roulements à billes (skf) et de l'air comprimé (Atlas copco) à tout le monde, et des avions de chasse aux Suisses. Que demande le peuple ?
Un roi, mais pas celui des grenouilles. Un roi accessible qui les aime et les représente bien. Une famille qui incarne la pérennité de la Nation, la continuation du Projet, une présence immuable qui permet de traverser l'obscurité de l'hiver, un phare dans la brume. Carl XVI Gustaf est roi de Suède depuis quarante ans (15/9/1973). Sa fille Victoria lui succédera, et sa fille ensuite, depuis le retrait de la primogéniture mâle de la loi de dévolution de la couronne. Le jubilé des 40 ans fêtera le 68ème roi de Suède et la pertinence d'une saga nordique inaugurée sur ce même territoire par Fjölnir, fils de Njörd, dieu de la Mer, du Vent et du Feu, au tout début de l'Histoire.



(1) La circulation passa de gauche à droite au matin du 3 septembre 1967
(2) Islande, Danemark (et Groenland), Féroe, Norvège, Suède, Finlande, Îles Åland, Estonie, Lettonie, Lituanie.
(3) Pirate Bay est un gros site multiplexé de téléchargement mondial dont les acteurs ont été traduits en justice en 2010.

Print Friendly and PDF