lundi 23 janvier 2017

Voter ou pas

A l'occasion d'une recension très travaillée du bouquin de Guennaël de Pinieux Voter : piège ou devoir ? (Chiré 2016), Gérard de Villèle achève son analyse par un appel à s'abstenir en ces termes :
«...face aux élections dans le cadre républicain, il n’y a qu’une décision à prendre : grossir le camp des abstentionnistes et le revendiquer à temps et à contre temps, pour tous les scrutins quels qu’ils soient. À force d’être le premier parti de France, l’on finira bien par représenter un chiffre qui rendra inéligible tous les candidats... C’est aussi cela l’Espérance ! mais, il faut figurer sur les listes électorales et s’y inscrire.» (Le Lien légitimiste n°72 - abonnement électronique à 10 euros/an-120 pages).

Dans un autre billet publié par La Couronne.org, Guy Adain de son côté achève son rêve de restauration sur un appel au vote blanc :
« La Démocratie a au moins cet avantage : Le Peuple peut se débarrasser légalement de tous ces importuns, encombrants politiciens qui ne briguent qu’une place au château de l’Élysée ! Un vote blanc, Non à tous, massif, nous libérerait de cette caste de nantis et de leurs sbires. Voilà qui donnerait à réfléchir et préparerait les esprits à l’organisation d’un scrutin plus sérieux.»

Slogan anarchiste
C'est tout le problème ! Combien de déçus, d'écœurés ont caressé l'espoir que les bataillons d'abstentionnistes, blancs ou nuls coucheraient au fossé les bataillons de la Prébende républicaine ! C'est sans compter avec le défaut d'amour-propre des politiciens parvenus aux affaires qui ne seront saisis d'aucun ridicule même si la participation des masses laborieuses et démocratiques descendait à vingt pour cent. Ce cinquième du corps électoral inscrit ferait encore neuf millions de suffrages qui seraient revendiqués comme un sondage géant bien meilleur que le sondage à mille-sur-quotas des instituts éponymes, et plus pervers encore, on proclamerait les résultats obtenus comme l'expression démocratique des seuls véritables citoyens, les abstenants étant voués à la géhenne des factieux, fachistes, sociopathes et autres tordus sans intérêt.

Ce n'est pas en retenant son vote qu'on peut marquer des points ; mais en retenant l'impôt. Raymond Barre , qui avait vécu les années poujadistes comme professeur d'économie politique, avait mesuré les effets de la grève de l'impôt des indépendants en 1953. Elle avait impliqué soixante départements jusqu'à faire redouter une jacquerie fiscale généralisée. L'effet immédiat fut la difficulté rencontrée par les trésoriers-payeurs généraux pour virer les traitements des fonctionnaires de leur département et ceux donc des forces de l'ordre. Il en parlait encore lorsque, maire de Lyon, il dénonçait la politique de pression fiscale du cabinet Jospin en 1997 et 98 et annonçait la révolte. L'alarme conduisit aux allègements fiscaux de 1999 et 2000. Barre savait qu'envoyer la gendarmerie mobile contre l'émeute urbaine ou les manifestations paysannes était assez facile. Mais faire marcher la territoriale pour percevoir de force les contributions directes chez le particulier ou le commerçant de quartier n'était pas imaginable. La Ferme d'antan était terminée.

Certes, on ne peut pas s'insurger sur tout le territoire au jour J, heure H. Il suffit de partir d'un point sensible, comme les Bonnets Rouges bretons le firent contre les portiques d'écotaxe de la péninsule, puis d'étendre l'insurrection en tache d'encre (l'huile est trop lente). La seule parade organisée d'un gouvernement menacé est de décréter préalablement le prélèvement à la source des impôts sur le revenu (CQFD!) et pour le reste, le prélèvement bancaire d'autorité après avoir mis les banques au garde-à-vous. Sauf que les impôts locaux, de plus en plus importants par la défaisance des responsabilités de l'Etat central, échappent à cette forme de séquestre qui ne dit pas son nom, tout comme les taxes à la valeur ajoutée qui, suivant les fluctuations des activités d'assiette, doivent être déclarées mensuellement et réglées à l'initiative des redevables. Le champ libre contient aussi les droits en tout genre perçus tout au long de la vie fiscale du contribuable. Nul doute que la chose soit étudiée de près par l'Administration. Nul doute que la vieille Anarchie s'en soit déjà saisie.

Et justement : selon eux, les limites de l'exercice appartiennent à la forme de l'organisation des luttes. Au chapitre "En Retour" de L'Insurrection qui vient il est dit qu'il n’y a pas à s’engager dans tel ou tel collectif citoyen, dans telle ou telle impasse d’extrême gauche, dans la dernière imposture associative. Toutes les organisations qui prétendent contester l’ordre présent ont elles-mêmes, en plus fantoche, la forme, les mœurs et le langage d’États miniatures. Toutes les velléités de «faire de la politique autrement» n’ont jamais contribué, à ce jour, qu’à l’extension indéfinie des pseudopodes étatiques.

Nous sommes prévenus qu'il va nous falloir inventer un truc, à moins d'aller voter finalement pour le moins mauvais des candidats... ou le moins bon de nos adversaires à la primaire de la Belle Alliance Populaire ! Quel est donc le pire candidat socialiste qui fera le lit de Sens Commun ?


share

4 commentaires:

  1. Ceux qui ont tout compris ne sont pas les millions d’électeurs qui ont participé à des élections privés et payantes (la couillonnade ultime) mais les 50 000 nouveaux adhérents à la fédération française de tir, faisant passer les membres de 140 000 à 200 000 adhérents en quelques mois. Ma carte de licencié me sert plus que ma carte d’électeur que je n'utilise plus. J'appréhende l'avenir avec sérénité. Façon John Wayne! D'ailleurs mon fils aîné, majeur et étudiant ne connait même pas le nom du nouveau premier ministre, n'a jamais mis les pieds dans un isoloir ni lu un autre journal que "L'Equipe" mais vient de vider ses premiers barillets(c'est un début)dans un stand de tir! Au pays des loups vaut mieux être un chien qu'un mouton!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai décroché du milieu et n'ai pas renouvelé. Mais passer le permis de chasse est aussi un bon moyen de s'habituer au bruit :)

      Supprimer
  2. Pour ma part, je ne crois pas à l’efficacité politique de l’abstention ni même du vote blanc puisque ce dernier n’est pas comptabilisé dans les votes exprimés. Les politiciens regrettent toujours un fort taux d’abstention car cela joue sur la légitimité de l’élection mais cela ne l’invalide pas.

    Concrètement ce ne sont pas les abstentionnistes qui ont dégagé Juppé, Sarkozy et Clinton aux USA ; ce sont les électeurs qui ont voté contre. Je pense donc qu’il faut voter quand on le peut mais il faut s’abstraire de l’influence des médias et des instituts de sondage et en faire qu’à sa tête.

    Je sais bien que les candidats sont souvent de médiocre qualité et d’une sincérité douteuse ; j’essaie de voter pour celui qui me semble le moins moche et le moins pire. Une fois que j’ai voté, je n’en attend rien et si parfois, j’ai pu contribuer à mettre à la retraite tel ou tel politicard, c’est déjà une bonne chose.

    Actuellement, les candidats soutenus par le « système » passent un sale quart d’heure ; c’est à cause du vote, pas à cause de l’abstention. A défaut de voter utile, on peut au moins s’offrir un moment de détente en regardant la mine déconfite des vaincus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De ma vie "citoyenne" je n'ai voté que deux fois "pour" et toutes les autres fois "contre". Et je ne me suis jamais abstenu, l'intérêt du pays (appelé bien commun) passant bien avant l'idéologie et les "principes".
      Merci de vos commentaires toujours utiles.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly