vendredi 6 avril 2007

Appel aux jeunes princes

Ségolène RoyalLes quelques Mohicans qui suivent encore la piètre campagne présidentielle auront noté avant de fuir les interviews politiques, qu'aucun des quatre candidats en situation n'aborde la politique étrangère, encore moins l'Union européenne ni l'OTAN. Or dans le plus petit village de France on sait que de graves dangers s'accumulent qui mettent en cause ces domaines, et que tout n'est pas dit avec l'immigration, le CPC et l'identité nationale donnée avec le Smic !

On peut reprocher à juste titre aux journalistes d'utiliser le temps des candidats (surtout celui des petits) à leur poser des questions stupides plutôt que de pousser la question de leurs convictions intimes. Sur les chaînes numériques de seconde ligne les entretiens sont plus intelligents à croire que l'exposition du journaliste sur une "grande" chaîne l'abêtit. Leurs adresses tournent autour des mauvais sondages et de leurs consignes de vote au second tour. L'important est de désarçonner l'invité pour faire de l'audience chez la ménagère et cætera.

Mais les candidats seraient-ils si diserts que nous l'attendons s'ils étaient amenés sur ces terrains. On sait que non. Au motif que la politique étrangère n'intéresse personne en France - ce qui est faux quand on voit les élans de solidarité avec de lointaines victimes - nos ténors s'enrouent dans des querelles médiocres parce que le reste est miné. Un seul exemple, l'Union européenne : le vainqueur qui sera probablement un tenant du oui à la constitutions européenne, aura dû ramasser beaucoup de voix de nonistes pour arriver premier. Comment faire sinon se taire !

Ces questions réputées lointaines gèrent notre quotidien. L'invasion de produits manufacturés asiatiques destructeurs de nos lignes de production n'a aucune cause dans notre politique intérieure. Au lieu de perdre des milliers d'heures à construire le projet idiot des trente-cinq heures et des milliards à le vendre, le gouvernement responsable aurait mieux fait de travailler sur notre riposte à cette attaque économique. Ce n'est qu'un exemple, la liste est longue.

Jean d'OrléansQuand je regarde passer sur nos écrans les jeunes princes d'Europe je n'ai aucun mal à supposer qu'ils ont les connaissances requises dans ces questions internationales grâce à leur éducation familiale qui brasse toutes les nations d'Europe. Ces garçons parlent plusieurs langues, ont fait de bonnes études, sont pour la plupart férus de sport et s'intéressent au monde économique plus que ne le faisaient leurs parents. Ces jeunes princes sont dans le coup. Et même parfois leurs moeurs "modernes" déroutent les vieux royalistes.

Willem des Pays-BasLes conversations politiques qu'ils peuvent avoir avec leurs parents ou leurs amis qui sont aux "affaires" depuis un certain temps déjà, les enrichissent de bien autre chose que ne peut le faire la chronique discrète des magouilles républicaines pour nos candidats aux dents qui raclent ! L'expérience politique de monsieur Sarkozy se limite aux luttes d'appareil. Les bourdes, les bévues diplomatiques fleurissent de tous bords. On mélange gaillardement Sénégal et Côte d'voire, quant au Zambèze ... restons donc en Corrèze !

Emanuele-Filiberto de SavoieEmanuele Filiberto de Savoie a une ambition d'ingérence dans les affaires italiennes au motif que ce pays admirable en tant de domaines, et d'abord celui de la beauté féminine, mérite beaucoup mieux que les politiciens de rencontre qui le sucent. Il a créé en Italie une association "Valeurs et Avenir" comme socle de son activisme. Cela ressemble un peu à l'association "Gens de France" de l'héritier d'Orléans, sauf à souhaiter plus de vigueur à la transalpine.

Felipe d'EspagneQue pense Felipe d'Espagne de notre confrontation chaque jour plus dangereuse avec le sud de la Méditerranée ? Je l'ignore, mais le dernier voyage de Juan-Carlos en Algérie a dû être un cours complet pour le prince des Asturies. Parallèlement il doit tenir en piètre estime le freluquet Zapatero qui laisse diffuser des montages pornographiques de scènes pieuses pendant le Carême. Que les Espagnols supportent ce ministre-provocateur et somme toute très moyen, m'étonne. Sauf s'ils ont baissé les bras pour tout sauf leur bien-être personnel. Possible !

Frederik de DanemarkMais il y a aussi Willem des Pays-Bas, Frederik de Danemark, qui sont des princes de qualité de la même génération, capables d'indiquer les axes d'effort de la diplomatie européenne après synthèse des défis. Sans oublier Georg de Prusse qui se sert de la mise en valeur du patrimoine des Hohenzollern pour rappeler au peuple allemand que la République Fédérale actuelle aux liens distendus gagnerait avec sa famille la clef de voûte depuis toujours recherchée.

Georg HohenzolelrnQue ne forment-ils une Conférence "informelle" des princes d'Europe pour réfléchir ensemble à l'avenir de notre sous-continent ? Mais surtout de faire une synthèse de leurs réflexions à l'adresse des peuples inquiets. Il suffirait de confier la diffusion des recommandations de leur Conférence annuelle au prince Albert de Monaco pour qu'elles atteignent le plus petit village de la Creuse ou du Jura souabe.

En attendant, messeigneurs ...... les jeunes militants vous crient leur impatience ...
Oyez !

tract

4 commentaires:

  1. Cette "confédération" existe, et elle n'est pas seulement informelle.

    Ceux que vous citez n'en font pas forcément partie, et elle ne regroupe pas que des jeunes.

    Ce qui est aussi bien, à mon avis...

    RépondreSupprimer
  2. Je doute de ces convergences formalisées, et privilégierais le sang neuf pour un monde neuf ...
    Ce n'est qu'une opinion.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi "informelle" ??? Pourquoi des "recommandations" ? Nous voulons des décisions et des actes !!! Nous n'avons plus le temps.

    RépondreSupprimer
  4. A la réalité, il n'existe pas de confédération réunie autour d'un propos comme celui que vous décrivez.

    Ce qui existe, de façon informelle puisque les princes européens se connaissent, ce sont des discussions sur des sujets qui les concernent, eux, et par affinités. Il s'agit aussi bien d'héritiers que de princes qui ne le sont pas.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly