mercredi 19 septembre 2007

Diplomatie et rigueur

L'idée du G7 fut de Valéry Giscard d'Estaing qui avait intégré que la gestion et l'impulsion d'un Etat étaient assurées, voire même incarnées, par une personne humaine, et qu'il était important que les hauts responsables du monde puissent apprendre à échanger librement leurs idées afin d'éviter autant que possible le jeu dangereux des incompréhensions stériles ou infondées.
G7 (modèle de Rambouillet (1975-76)) = les États-Unis, le Japon, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Italie et le Canada.
La Fédération de Russie de Boris Eltsine (na zdorovie!) sera invitée à rejoindre le G7 en 1998.

Le principe de convivialité a été dévoyé par Jacques Chirac en raout de copains invitant tout l'immeuble pour s'excuser du bruit. La convivialité studieuse des débuts laissa ainsi la place au staracamédisme, et les réunions furent l'occasion de distribuer des bons points à certains pays extérieurs au G8 en les conviant sous les sunlights à l'heure du pot d'adieu. On y a même vu l'Algérie de monsieur Bouteflika (PIB-06: 114000M$ derrière la Roumanie).
Le G8 n'en reste pas moins essentiel dans les temps que nous abordons et mériterait de revenir à la formule originelle à 6 ou 7, voire 9 mais pas plus, car au-delà la table ronde ressemble à une piste de cirque. Il y a pléthore de ces enceintes de défoulement dans les organisations internationales pour ne pas en créer une nouvelle. Il faut toutefois y intégrer la Chine de plein droit sans tarder.

Dans ce "G8" recentré la France a-t-elle sa place ? Autrement dit, l'effort diplomatique français du quinquennat sarkozien est-il assuré de quelque retour sur investissement ? Car finalement les hommes d'Etat se rangent entre eux dans un classement quasi-scolaire sur la grille de tri correspondant au sujet débattu. Et celui qui n'est pas au niveau requis n'est pas écouté à la Table Ronde.
Le tableau ci-dessous permet d'utiles comparaisons.

CLASSEMENTS COMPARES PIB - COMMERCE - DEFENSE
- en milliards de dollars us -
payspib
2006
paysexport
2005
paysdéfense
2005
monde
u.e.
u.s.a.
japon
allemagne
chine
u.k.
france
italie
canada
espagne
brésil
russie
inde
corée
mexique
australie
pays-bas
turquie
belgique
suède
suisse
48 245
14 527
13 202
4 340
2 907
2 668
2 345
2 231
1 845
1 251
1 224
1 068
987
906
888
839
768
658
403
392
385
380
monde
u.e.
allemagne
u.s.a.
chine
japon
france
pays-bas
u.k.
italie
canada
belgique
h. kong
corée
russie
singapour
mexique
taiwan
espagne
arabie
malaisie
suisse
n.s.
1328.3
969.9
904.4
762.0
594.9
462.0
402.4
382.8
367.2
359.4
334.3
292.1
284.4
243.6
229.6
213.7
197.8
187.2
181.4
140.9
130.9
monde
u.e.
u.s.a.
chine
russie
u.k.
japon
france
allemagne
inde
arabie
corée
italie
australie
brésil
canada
turquie
israel
pays-bas
espagne
taiwan
indonésie
1000?
n.s.
420.7
62.5
61.9
51.1
44.7
41.6
30.2
22.0
21.3
20.7
17.2
13.2
13.1
10.9
9.8
9.7
9.7
8.8
8.3
7.6
NB : Les chiffres d'exportations ne concernent que les biens à l'exclusion des services.

Commerce des dragons :
Hong Kong : réexports 272.0 + exports secs 20.1 = 292.1
Singapour : réexports 105.1 + exports secs 124.5 = 229.6
Les sources statistiques sont de la Banque Mondiale, l'OMC et du Arms Control Center


Sur le plan de la richesse produite nous ne sommes plus au niveau où nous avait laissé Louis XVI. D'accord ! Nous participons au recul général de l'Europe face à l'émergence d'empires immenses, avatars modernes de monstres économiques anciens qui faisaient déjà la loi quand nous n'étions que des provinces exotiques de l'Empire romain. Il faut faire avec !

Si notre richesse va rétrograder au classement mondial par une croissance anémique que nous ne retrouverons plus - notre économie tourne au ralenti - nous restons un acteur très visible dans le commerce mondial puisqu'en 2005 nous cumulions les 5° et 6° places. Ce qui n'est pas si mal avec 60 millions d'habitants seulement et les 35 heures, mais ce sont les données brutes qui comptent, sinon la Suisse ou le Luxembourg commanderaient tout le monde. Nous allons descendre l'échelle mais à nous de descendre lentement en attendant l'embellie d'une forte consommation de ces territoires surpeuplés.
Mais si les marchés intérieurs de la Chine et de l'Inde n'explosent pas assez vite pour absorber une plus grande partie de leurs productions nationales, l'invasion de leurs fabrications, qui d'ailleurs montent en gamme, va nous rétrograder encore plus vite dans le classement, et diminuer donc notre visibilité relative.

Reste le troisième classement pris en compte par les hauts responsables. Les dépenses militaires ou l'effort préparatoire à la guerre. Il faut raisonner ici aussi en données brutes. Israël est le plus offensif rapporté à sa population et à son budget, mais ne représente que peu de choses dans le classement mondial, surtout si on lui retirait la carte américaine.

La France se défend assez bien, en statistiques. Une partie d'ailleurs de nos exportations est de source militaire. EADS avec Eurofighter participe au contrat fabuleux signé par les Anglais avec l'Arabie séoudite. C'est son classement militaire qui a fait entrer la Russie au G7. Et c'est sans doute le nôtre qui pourra nous y maintenir, si nous avons les moyens de continuer.
Or nous sommes en grand péril selon les derniers rapports transmis à monsieur Morin, notre ministre de la Défense. Beaucoup de matériel en panne, des retards nombreux dans les programmes d'équipement, aucun succès notables de nos arsenaux et manufactures à l'exportation qui soulageraient l'amortissement des frais de développement d'armes. Qui avait dit au nouvel an : " Un deuxième porte-avions ? Avec quel argent ? La majorité [d'alors, ndlr] pousse une espèce d'énorme rocher, composé de nos engagements budgétaires, qui fait qu'on continue à annoncer des programmes et à vouloir investir, tout en poussant devant soi une énorme masse de choses non financée " : Hervé Morin, conseiller spécial de François Bayrou !

Il n'aura jamais les fonds du second porte-avions, dès lors qu'on refuse de cloner purement et simplement le premier. Il se dispute déjà avec les Dassault Bros sur le prix "exorbitant" des Rafales. Et le dossier "Armée modèle 2015" est surtout travaillé dans l'exigence du meilleur rapport possible pugnacité-prix, sauf que les crédits de recherches militaires appliquées ne suivent pas. Alors on risque bien de revenir à un format d'armée plein de vent du modèle "Jospin", et fatalement nos amis du G8, G9 ou G14 s'en rendront compte. Alors autour de la table ronde, il déposeront les écouteurs de traduction et reliront leurs notes quand la délégation française prendra la parole. La parole c'est toujours de l'air !

En conclusion, il y a urgence à mettre de l'ordre dans nos affaires budgétaires pour sauver notre place prépondérante (mais déjà indue) à la Table des "grands", et pour ce faire, réformer en profondeur l'Etat omniprésent et impotent, et notre système de liens sociaux ; dans l'esprit de ce que la Dame de Fer avait fait en Grande Bretagne. Autant dire que les jours prochains vont être durs pour les classes moyennes faibles !
Nous avons trop attendu la convocation de l'Histoire et c'est notre régime "médiatique" qui est chargé de pratiquer la saignée du malade !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly