samedi 13 octobre 2007

Islamisation rampante ?

belle du M'zabDans la barre commerciale de la Cité Rose voisine (c'est son nom), il y avait depuis longtemps une dent creuse où s'étaient succédés un réparateur de téléviseurs, un marchand de zizigougous, un fripier moitié laine tout coton, un bazar keeling de montres en or plaquées à l'acide 1 micron, un squat de cocacoleurs nocturnes et j'en oublie, tous calés sur les horaires du supermarché en tête de barre, qui d'ailleurs a la propriété du parking commun. Personne n'a su tenir longtemps dans ce local un peu maudit dont le pas-de-porte s'était effondré de découragement.

Alors est arrivé le Mozabite !
...

Fruits, légumes en devanture, promotions d'oignons et pommes de terre en gros, olives en seau, denrées sèches en vrac et en sac (riz long ou cassé une et deux fois, couscous fin et extra-fin), sodas, conserves de poisson, pois cassés, beaucoup de sodas, que des sodas, pas de pinard !
La réserve du fond a été reclassée en surface commerciale, les stocks de denrées servant de support de présentation des produits offerts à la vente. La vraie boutique du M'zab, il y manque les outils en fer doux et les chambres à air !

Après le comptoir de caisse encombré de tirages et grattages, deux cabines téléphoniques sur cartes prépayées, rachetées je me demande à qui, mais aux PTT bien sûr qui les trouvaient trop moches avec leur lourde porte de chêne verni protégeant les confidences de l'usager, et au fond là, tout le fond, un petit cybercafé avec 5 pupitres ... et la machine à café, dès fois que !

Ouvert de 8h à 22h, tous les jours, même le vendredi, sur une course-relais patron - papi - femme à voile - fils de 11ans - patron : les stakhanovistes de la distribution arabo-berbère ont en plus le sourire de ceux qui engrangent. Cherchez l'erreur ?

Ils osent gagner leur vie simplement en passant la journée à vendre biens et services dans leur boutique, parlent avec du monde, sont aimables toute la journée, connaissent le quartier et s'entraident. Où sont les contraintes dès lors que vous avez pu organiser votre espace et votre temps à votre guise, et si dans le cas présent vous avez le démon du bavardage en vous, et cette irrésistible attirance pour autrui qui révèle le bon commerçant ?

La famille tourne en équipe sur 100 heures par semaine et remplit une vraie fonction sociale. Il existe à Hong Kong une chaîne "Seven-Eleven" qui a franchisé le concept. Sans doute viendront-ils fédérer bientôt les aventures individuelles de l'épicerie-bagne. C'est de l'humour, des Chinois on en a trop déjà et qui bossent beaucoup trop en plus, les salauds !

épicerie arabe
Sur le parking de la barre je méditais du coin de l'oeil en feuilletant mon journal, sur l'islamisation rampante convoquée par notre propre paresse, quand je notais que venait de s'installer nuitamment au bout de la barre, dans le local d'un maître-teinturier parti à la retraite, une boucherie musulmane. Non, le quartier n'est pas musulman, et la boucherie n'est pas hallal. Le choix de viande y est apparu vaste, surtout en agneau et boeuf britanniques, et les prix tenus très serrés puisque c'est en fait une chaîne de chevillards marocains qui ouvre ces boucheries partout où ils décèlent des populations à famille nombreuse.
8h - 20h, même le dimanche ! Des fous !

Les Dessouches ne peuvent pas lutter puisque ces entrepreneurs ne jouent pas le jeu de la civilisation des loisirs sur crédit d'Etat ! Je suggère qu'on leur envoie des inspecteurs du Travail protégés par le GIGN, afin qu'ils rentrent dans le rang de la fainéantise générale, croulent sous les charges et disparaissent par le ferry de Marseille ! Non mais dès fois ! Qu'est-ce à dire ?

L'émoi des Français de terroir est légitime à constater cette colonisation d'une partie de la distribution et des services de proximité. Les Balkaniques ont raflé les échoppes de retouches après avoir monopolisé la manche à l'accordéon-musette. Mais ne devrions-nous pas nous poser la vraie question ? Notre paresse ne favorise-t-elle pas la prospérité des courageux. Que reprocher aux étrangers qui débarquent et travaillent dur dans des activités que nous n'assurons plus ? Qu'ils ne sont pas intoxiqués comme nous à la perfusion des 35 heures. Mon voisin arménien tire le fil à coudre de 9h du matin à 7-8h du soir sans coupure à midi, on ferme ensemble !

Le prolétariat a conquis de haute lutte l'amélioration de ces conditions de travail, tant et si bien qu'il ne reste par endroit que les conditions et plus de travail du tout ! Dans un monde dur pour les gens ordinaires, moyennement instruits, peu qualifiés, médiocres, lumpen-monde, où le muscle est mis en concurrence par toute la planète, on peut accepter que certains qui n'ont que leur courage (et des dettes) dérogent aux règles pour simplement s'en sortir.

Dans ma ville natale en province, préfecture de moyenne importance éloignée de la trépidante métropolis, des blacks ont ouvert au carrefour du faubourg une épicerie de nuit qui travaille. Crèvent les principes et les syndicalistes gras s'il faut sauver des familles, d'où qu'elles soient et de chez nous surtout bien sûr !

Que ce soit les Mozabites, les Arabes et autres Bamilékés qui décident d'entrer dans ce nouveau schéma est une autre affaire, pas d'hier non plus ! Le travail si décrié dès qu'il excède les règles établies permet la survie de nombreux foyers, même au noir. Où sont-ils pendant ce temps les fiers Gaulois ? Ils ne sautent pas même les moukères pour boucher le trou démographique !

Ils défilent pour les avantages acquis et la rente
et se plaignent ... qu'il "y en a trop"


Si l'article vous a plu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. J'ai bien aimé ce témoignage de prof en ZEP de la Creuse sur le ramadan au collège.

    Blog Libé "S'il n'y avait que les élèves".

    RépondreSupprimer
  2. Ce sont surtout les réactions très ras du sol sur l'Alsace Moselle et les Alsacons qui surprennent. On ne savait pas que l'Education Nationale de l'Est avait été envahie par les Nuls.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly