mercredi 21 mai 2008

In memoriam Catai

gerbe funéraire
En ce troisième jour de deuil officiel en Chine, une pensée pour le peuple chinois confronté pour la première fois à une catastrophe naturelle de grande ampleur (1). Sel de la Terre, fils du Ciel, il n'ont jamais rompu le lien entre les Eléments et prennent le séisme de Wenchuan pour une punition envoyée par un monde inaccessible et symétrique au leur.

Le pouvoir, héritier d'un empire trimillénaire, mais athée, est littéralement acculé à la "transcendance" ancienne et se démultiplie comme il ne l'avait jamais fait auparavant pour conserver une légitimité écornée par les Eléments en colère. Hu Jintao ira-t-il au Temple du Ciel ?

le Temple du Ciel de Pékin
Saluons le travail admirable de l'Armée sur tous les fronts, la dignité des survivants, le courage des sauveteurs volontaires dès le premier quart d'heure ! Il n'y a pas de "18" dans les montagnes.

A force de respect humain et de conventions obscures, l'âme chinoise reste pour nous impénétrable, mais dans un réflexe de solidarité nationale de grande envergure, une Nation a montré sa force de cohésion et une opinion publique est née. Rien ne sera comme avant au plan de l'administration des moeurs sociales et du ressenti en Chine. Finalement, ils ont fait un pas vers nous, au moment où nous prenons nos distances avec le concept national.

une main
Il ne serait pas étonnant qu'une "réplique" au séisme parvienne jusqu'à nous et remette en cause la liquéfaction annoncée de nos Etats-nations, garants ultimes de la sécurité du peuple.

La collision des plaques tectoniques s'est produite à la charnière de l'Himalaya en son piémont tibétain et de la plaine chinoise. Gageons que de bons esprits y verront le signal d'une réconciliation nécessaire.

On ne peut manquer de joindre dans cette minute de recueillement une pensée pour le peuple birman, otage d'une clique d'ogres sans coeur ni talents qui approche de son Nuremberg. Eux, sont complètement abandonnés.

jonquille blanche
C'est effectivement la première fois que les actualités font des reportages sur une catastrophe d'ampleur nationale. Auparavant, les bruits couraient dans la population de quelque désastre quelque part ; sans plus.


Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

1 commentaire:

  1. Pour la première fois peut-être la solidarité populaire a convergé de toutes les provinces vers le Sichuan. Même la Mongolie intérieure a envoyé des vaches pour nourrir les sinistrés !
    Finalement une nation est née que l'on n'attendait pas, la croyant atomisée en millions d'adeptes du confucianisme dont la frontière de conscience sociale s'arrête à la grande famille.
    En dix jours la Chine et son gouvernement ont muté.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly