mercredi 28 octobre 2009

Angola gratte

quatre angolaisC'est l'affaire du jour. Enfin un jugement ! Pasqua au gnouf pour un an ? C'est ce qui est écrit dans la pièce, mais quand le rideau tombe à la fin de l'acte, le parrain fait appel, c'est aussi écrit. Condamné en première instance à trois ans dont deux avec sursis - vous voyez bien que la Justice ne ménage pas les puissants -, la peine sera réduite au tarif syndical de dix-huit mois avec sursis, j'en prends le pari. La Cour s'arrête de courir quand elle est sifflée hors-jeu.
Chacun a pu suivre les détails du scandale, mais est-ce vraiment un scandale de vendre des armes russes au président de l'Angola ? Pour les retardataires, le journal 20minutes a publié trois bons articles en février dernier à l'ouverture du procès fleuve. L'un décrit les "arroseurs", l'autre, les "arrosés" et le troisième, les politiques. A lire aussi le billet de Stéphane Ballong (Afrik.com) publié à la clôture des débats. Notre africanitude et quelques années passées au négoce international nous permettent de reclasser les poissons différemment...

missiles AAL'orque c'est Charles Pasqua, assisté du requin-marteau Marchiani. Tous les Etats ont besoin de ces grands prédateurs qui se salissent les mains pour que la femme de César reste insoupçonnable. Arrivés par la politique aux pupitres de commandes, leur tort est d'y retourner ensuite au lieu de professionnaliser leurs expériences et réseaux; Pasqua l'avoue clairement quand il affirme que sans sa déclaration de candidature à la présidentielle (2002) il ne lui serait rien arrivé.

Poissons de mer :
les vrais de vrai sont le ferrailleur russe Gaydamak et le marchand français de périssables Falcone. Arrachés au ruisseau de leur propres moyens, ils arrivent à prendre un gros bout de trottoir et passent du périssable au périlleux, négoce bien plus rémunérateur. Il faut avoir la grosse paire en bronze pour naviguer dans le complexe militaro-industriel kagibiste qui dévore le cadavre de l'Union soviétique. Ils y parviennent à force de voyages, repas, vodka, incitations en tout genre. On peut imaginer que la négociation à l'achat soit très dure avec le danger permanent d'être doublé ou traité au polonium. Mais charger et livrer 800 millions de dollars d'armes à Luanda n'est pas non plus un trafic de rosières. Chapeau quand même ! Falcone aura bien mérité de l'Angola qui le nommera ambassadeur à l'Unesco après l'avoir naturalisé. Gaydamak coule des jours paisibles en Israël, qu'il n'a pas volés non plus.

hélico russes en AngolaPoissons d'eau douce : c'est le canton des imitateurs. Ceux qui jouent au négoce international sans jamais prendre le risque commercial, ceux qui monnayent leur position éphémère sans s'investir dans la gestion compliquée d'une entreprise, ceux qui se haussent du col et ne valent jamais plus que les commissions qu'ils captent pour prix de leur silence.
Le plus connu là-bas est Papamadi. Fils à papa sans diplômes particuliers sinon de journaliste AFP, mais parrain du Cameroun, il avait organisé une sorte de bureau d'affaires qui comptait tout ce qui entrait. Pas un fût de bitume à l'import qui ne passât par eux. Tax ! Il s'insère dans le schmilblick et ramasse plus d'un million de dollars pour huiler la mise en relations des traders avec l'Angola (ça me fait penser aux 100.000 francs le coup de fil du carnet de Strauss-Kahn). L'affaire réussie, il encaissera en Suisse 14 millions de francs en 2004 sans jamais pouvoir dire quelles prestations techniques de sa part étaient par là réglées.
Tout à fait bien sur lui, il sera condamné en 2006 à trente mois de prison avec sursis et 600.000 euros d'amende pour fraude fiscale. Sa maman - déjà mise à contribution pour la caution de 5MF en 2001 - a-t-elle pu régler l'amende ? On s'en fout.

insruction AK-47L'autre pitre est le factotum Attali, le songeur du président Mitterrand. Venu faire ses courses chez son pote Papamadi, il soutient sans convaincre sauf les juges à qui on a téléphoné, que les 160.000 dollars reçus en 1997 pour s'entremettre entre Falcone et Hubert Védrine rémunéraient une étude sur le micro-crédit en Angola ! Ceux qui ont vu l'Angola à feu et à sang de 1997 (jusqu'en 2002) savent qui est le faisan.
On passera sur les autres accusés, ils sont quarante en tout, tous d'eau douce, les tapettes, les suceurs de roue, ceux qui ne créent rien, aucune valeur ajoutée. Le romancier Sulitzer (1 million FF), le directeur de RMC (1 million FF), le procureur Fenech (100000FF), le général Mouton (300000FF), etc.

Reste que le trafic d'armes n'a jamais traversé un territoire sous souveraineté française, ni passé nos douanes, et que la saisine de la Justice m'apparaît assez scabreuse. Il y a néanmoins un aspect "dégueulasse" dans cette affaire, mais pas où l'on croit. Les traders ont importé 170.000 mines antipersonnel en Angola. C'est aujourd'hui un des pays qui a le plus de gosses estropiés par explosion indédectable. (cf. Afrique Express)


miss mutilée
Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

3 commentaires:

  1. La requête de Pasqua à faire lever le secret-défense sur les ventes d'armes semble dire qu'il n'était qu'un profiteur parmi beaucoup et pas le mieux placé.
    C'est un peu gamin. Non ?

    RépondreSupprimer
  2. Essai de vengeance sans doute, mais ce système de défense (ou contre-attaque) ne marche jamais. La piste de l'incompétence territoriale est à mon avis plus sure et l'affaire serait requalifiée en délit fiscal.

    RépondreSupprimer
  3. Pasqua était l' invité de FOG hier soir sur France 2 . Je dois dire qu' il m' est apparu plutôt sympatique dans ce rôle de bête traquée par la machine judiciaire et salement laché par l' établissement . Sa conversation avec Laurent Deutsh était aussi agréable que surprenante ( ils ont été tous les deux classes l' un face à l' autre ) . Il régnait une certaine bonne humeur ainsi qu' un certain humour sur le plateau qui m' ont agréablement surpris . Le public n' était pas du tout hostile sur le plateau de FOG , et c' est là quelque-chose que je vérifie au quotidien auprès des gens et lambdas qui en parlent . Ils sont plutôt solidaires du vieux brisquard Gaulliste qui les fait encore sourire ... Une phrase d' un des commentateurs de l' émission m' a beaucoup fait rire ( et lui aussi d' ailleurs semble t' il ) : Charlie Bazooka va tout péter" ! Et effectivement , c' est un peu ce qui risque de se passer . Sale temps pour la famuille Chirac , qui doit quelque-part comprendre aujourd' hui que tricheries et trahison doivent se payer un jour ! Pour en revenir à Pasqua , je suis convaincu qu' il va regagner en popularité à travers cette sale affaire , puisqu' il donne l' image d' un homme seul et abandonné qui doit se battre pour ne pas aller en prison ... Et la vérité là dedans ?? Elle nous dépasse je pense , et beaucoup de Français finiront par se demander pourquoi le bon vieux père Pasqua est tout seul à devoir s' expliquer sur cette sombre affaire . Pasqua a toujours été ce "tonton flingueur" qu' on sait tout sauf être un ange . L' homme a sa part d' ombre qu' il assume , et les Français aiment ça en lui ! Hier soir , les spectateurs ont ri , ont applaudi , l' ont encouragé à balancer les noms et ses "fameux dossiers" ... La contre-attaque du vieux tigre est réussie ! Affaire à suivre . Cadoudal .

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly