lundi 30 novembre 2009

La trompe alpine du muezzin

J'attendais le dessin de Chappatte dans Le Temps de Genève pour lancer ce billet. C'est bien de cela qu'il s'agit : la "grosse caricature" danoise. On frémit à l'idée des représailles islamiques envers le christianisme de la part de pays tolérants comme tous ceux du Croissant Vert ; surtout depuis que le vénéré Tariq Ramadan a légitimé par avance les réactions islamistes, et il s'y connaît.
dessin de chappatte

Plus saine a été ce matin la réaction du recteur de la Grande Moquée de Paris qui encaisse le résultat en déplorant que la communauté musulmane ait mis beaucoup trop de temps à dénoncer le fondamentalisme, du même Tariq Ramadan. Pour ma part, je suis à jeun d'avoir lu en France la condamnation islamique des islamistes (mais je ne guette pas particulièrement cette communauté), par contre résonnent encore dans mes oreilles moult explications "circonstanciant" les effets de la propagande nauséabonde des salafistes et autres wahhabites, et par l'UOIF intégriste souvent. L'affaire des caricatures danoises fut le révélateur de l'intolérance native de ce mouvement religieux. On le savait déjà sans avoir voyagé dans aucun de ces pays malades du fondamentalisme, mais on ne l'avait pas expérimenté sur notre propre sol. Les Suisses font rebondir la preuve.

trompeAinsi nos voisins confédérés ont-ils jeté la bienpensance aux orties et ont appelé un chat un chat. Ce qui ne se fait pas. Les cris d'orfraie de la presse suisse et européenne préparent la risposte politique... de la démocratie chrétienne, qui n'entend pas céder sur le juste partage des consciences. On va mettre sur les estrades médiatiques les opposants au décret d'interdiction, suisses de la plaine ou du désert, socio-européistes et surtout La Banque.
Mais chez nous, c'est l'ineffable Dr Kouchner, toujours en remorque de la politique arabe du Quai d'Orsay, qui ouvre le feu sur le vote ô combien démocratique de nos voisins : M. Bernard Kouchner s'est dit "un peu scandalisé" par ce vote suisse à la radio, vote qui constitue selon lui "une expression d'intolérance"; "c'est négatif pour ce qui concerne les inquiétudes même des Suisses parce que si on ne peut pas construire de minarets, cela veut dire qu'on opprime une religion".
Que le peuple soit quelquefois souverain dans le système républicain ne l'effleure pas une seconde. Il faut dire qu'il ne privilégie ce système que s'il lui rapporte gloire ou prébende. Ce grand olifant est de nulle part. Quelle outrecuidance de la part du chef de la diplomatie française de "juger" notre voisin qui n'obéit qu'à ses propres lois ! Napoléon pas mort !
L'identité nationale fait-elle débat chez nous ? Qu'on tranche donc par un référendum ! Question de couilles, pas plus. Vous n'y pensez même pas, comme les eunuques de la Cité Interdite, arriver aux Affaires à Paris commence par l'opération et l'enfouissement de la preuve en bocal dans une anfractuosité d'un mur du Louvre !

hannibal KEn attendant que la République française se virilise, concédons que l'argumentaire des musulmans des cantons et de leurs soutiens domestiques appelant à tolérer l'intolérant était un chiffon rouge agité devant la vache Milka. En même temps, la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste bloquait sur son sol deux ressortissants helvétiques depuis cinq cents jours en représailles à l'interpellation de Hannibal Kadhafi inculpé à Genève pour esclavagisme. Ils risquent maintenant de prolonger leur séjour tripolitain même si le Bédouin suprême récuse le terme d'otages.

La constitution fédérale étant depuis ce matin modifiée par l'interdiction d'ériger des minarets en Suisse, les muezzins helvétisants seraient bien inspirés de troquer l'appel du minaret impossible par la trompe alpine, au moins feraient-ils sourire, et pourquoi pas, attireraient-ils une sympathie qui leur a manquée hier. Et pour régler une bonne fois la question, avant d'aller devant des juges à Strasbourg ou La Haye, que le Saint Siège dépose donc des permis de construire en Algérie, au Soudan, en Arabie, au Koweït, en Iran, en Irak, etc... etc.
On s'amuse comme on peut.



Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

11 commentaires:

  1. « que le Saint Siège dépose donc des permis de construire en Algérie, au Soudan, en Arabie, au Koweït, en Iran, en Irak »

    Ce qu'il ne fera pas, se pensant (à raison) plus chevaleresque que nos amis les barbus. C'est très payant sur le plan de la bonne conscience, mais très coûteux pour le reste...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu votre article sur Criticus, mais je ne partage pas votre pessimisme immédiat.
    Le peuple suisse est certes manoeuvrable mais son régime politique le favorise au détriment de l'oligarchie.
    Les reculades des autorités tant sur l'affaire libyenne que sur le secret bancaire ont amoindri leur crédibilité et le vote de dimanche est aussi une motion de défiance.
    Quant aux pressions "européennes", elles pourraient bien provoquer le rallye de certains autres peuples, excédés par l'arrogance des clercs de petit pied, par exemple les Italiens sommés de retirer les crucifix des écoles.
    A quand le premier gnome cloué sur la porte de la grange ?
    :)

    RépondreSupprimer
  3. Espérons. Mais le temps presse. Dans quelque temps, un tel référendum ne pourra plus passer, pour des raisons très bassement démographiques...

    RépondreSupprimer
  4. Le NouvelObs ose écrire aujourd'hui que "les Européens ont largement déploré le choix des Suisses, qui ont voté à 57,5% l'interdiction des minarets à l'appel de la droite populiste, et ne cachaient pas leur crainte face aux conséquences d'une telle décision". Qu'en sait-il ?
    A-t-il sondé les "Européens" qui marchent dans la rue ou les rédacteurs de journaux et politiciens en limousines ?
    Vous me direz que les évêques déplorent...
    A confirmer aux pieux benêts le pouvoir de nuisance de l'Eglise catholique sur la réacosphère.

    RépondreSupprimer
  5. Ils voudraient vider les églises qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

    RépondreSupprimer
  6. Un référendum en cache un autre. Dimanche les Suisses votaient aussi sur le commerce des armes : Un résultat sans appel. 68,2% des votants ont refusé hier l’initiative pour interdire l’exportation de matériel de guerre. Tous les cantons ont dit non.
    Pendant les travaux à la mosquée, la vente continue.
    Gérard

    RépondreSupprimer
  7. Les Cantons de Vaud, Neuchatel et Geneve ont voté contre l'interdiction (ainsi que les germanophones de Bales-Ville: proximité de Mulhouse??????) Tous les autres ont voté pour l'interdiction!

    Le Français, langue des faibles!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. Geneve, Vaud, Bale sont les cantons qui donnent le plus facilement la nationalité suisse. Ce sont aussi les cantons les plus "cosmopolites", demandez la nationalité en Valais et vous verrez. par contre, il vous suffit de payer un bon avocat et il vous achète une "bourgeoisie" en Bale-campagne. Par contre allez dans le canton de Zoug ou de Schwitz, Fribourg ou du Valais et vous repartez dans vos 22. Faites le même référendum avec des symboles français, allemands ou italien et vous aurez le même résultat, c'est à peine l'islam qui est en cause mais l'identité fédérale suisse. La Suisse est un pays qui a décidé de défendre son identité contre nous (les frouzes) et contre les autres. C'est leur choix, pas celui d'une élite mais celui du peuple, alors...

    RépondreSupprimer
  9. Ils ont des problèmes avec les djeuns d'Annemasse.

    RépondreSupprimer
  10. « En réaction aux politiques de collaboration des gouvernements d’Europe, la résistance au colonialisme migratoire et à l’islamisme révolutionnaire devra venir des peuples eux-mêmes » (Carl Lang - Parti de France)
    L'électoralisme natif du système déviera-t-il la course folle de la classe politique et celle encore plus incompréhensible des évêques?

    RépondreSupprimer
  11. Le salut n'est nulle part ailleurs que dans la guerre, lorsqu'ont été imposées les conditions de la guerre.

    Les mots n'y peuvent rien. La construction de mosquées ne peut s'échanger contre des permis de construire des églises en pays musulmans. Qu'on leur fiche la paix. Qu'on nous fiche la paix.

    La résolution de toutes les questions d'enjeu mortel se fera avec des personnages neufs, non avec ceux qui par leur aveuglement ou leur stupidité ont collaboré plus que directement à la situation telle qu'elle est, qu'il s'agisse des partis nationalistes, ou de leurs avatars, ou de ceux qui ont soutenu l'actuel pouvoir aux commandes.

    Il est évident que certains continueront de s'entêter, de rien voir, de ne pas comprendre qu'il servent avec leurs divisions ou leur criminelle obsession de princes Incapables, l'ennemi de la civilisation, quelque soit la figure qu'il prenne et elles sont nombreuses. Point besoin malheureusement d'attendre que les camps de rééducation leur assainisse l'esprit, il est déjà trop tard. Et quand il est trop tard, les mots n'ont plus d'utilité. Il fallait y penser avant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly