Index alphanumerique

mercredi 19 septembre 2012

Tester la dhimmitude

Charb le gonadobriseur
Cinquante marchands de charia, entourés de deux cents badauds des quartiers chauds, ont failli renverser la République. On comprend pourquoi toute déclaration ministérielle est formatée pour rehausser ce régime indispensable à nos "valeurs" et finalement à notre bonheur, puisque le moindre zéphyr pourrait le mettre bas. Le triangle du pouvoir Concorde-Gabriel-Faubourg St Honoré a été envahi par des mecs déguisés en sacs comme dans la daube californienne, qui est au cinéma ce que la radeuse des maréchaux est à l’étoile de l’opéra Garnier ! Et, nous disent les observateurs non rémunérés, il y en aurait eu bien plus si le RER B ne s’était mis en croix juste à ce moment-là.
Ces messieurs de la droite battue se précipitent pour dénicher la complaisance de la préfecture de police, quand le pouvoir braqué comme un bijoutier par un yougoslave jure sur la tête de Marianne et de Trierweiler qu'on ne l'y reprendra plus. Il lance toutes affaires cessantes une enquête, une commission, un observatoire, que sais-je, ah oui, un projet de loi anti-touristes pour gauler les stagiaires du Warziristan qui vont passer le permis de chasse aux drones.

Entretemps les freux pouffent ! Et remettent le couvert.

Un rien d'amadou et les autorités sont aux abois ? De quoi réjouir les barbus qui convoquent une « vraie » manifestation autorisée samedi prochain devant la Grande Mosquée, rue Geoffroy-Saint-Hilaire. Les festivités blasphématoires ont été relancées par l’hebdomadaire Charlie-Hebdo qui fait un testing à sa manière pour s’assurer que nous n’avons pas changé de pays. C'est bon à savoir, mais passons à la section raisonneuse.

Avant d'éclairer le divin lectorat du meilleur blogue à l'est du Pecos, je donne un mauvais point à Bernard Lugan (qui s'en fout) pour avoir insinué des choses bizarres sur l'ambassadeur Stevens mort à Benghazi. Qu'un ambassadeur travaille aux intérêts de son pays semble l'étonner. En vieux routier de la Françafrique il s'attendrait peut-être à ce que le diplomate ne cherche que le sien propre ou celui de sa créance. On peut aussi respecter un mort dans l’exercice de ses fonctions ; on le fait bien des soldats. Secondement, nous resservir la soupe froide de la fracture ethnique de la Libye est s'abandonner à la facilité.
Les Libyens s'efforcent d'aboutir à une nation malgré leurs différences tribales supposées qui en agacent beaucoup (des Libyens). Les nations ne sont pas issues de la génération spontanée, monsieur Lugan ; elles se construisent jusqu'à l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements (E. Renan). La révolte libyenne a commencé la procédure du "long passé". Laissons-lui un peu de temps et cessons ce ton d’expert qui nous fait furieusement penser à celui du kremlinologue communiste Alexandre Adler, habile à traduire en géopolitique les secrets d’alcôve des oligarques russes ou des généraux-proconsuls. Ce qui ne veut pas dire non plus que la Libye parviendra à faire aboutir son projet national, mais le pétrole fait des miracles.

Ainsi, le bon docteur Zawahiri a réussi à venger son directeur technique vitrifié en pleine force de l'âge par les vilains Américains (dont il a plié deux tours et des poussières). Les cellules affiliées ont allumé la mèche du blasphème comme elles le firent pour les caricatures danoises, et leurs "attachés de presse" ont vendu aux médias l'insupportable outrage fait au révéré prophète par une vidéo nullissime que personne n'a jamais vue, avant que n'explose partout en Islam un chahut spontané et sanglant pour fêter le Onze septembre. L’anniversaire était jusque-là plutôt festif et arrosé !

Chris Stevens
Profitant de la liesse populaire du Printemps arabe, les radicaux musulmans ont testé partout la résolution des gouvernements occidentaux et celle de leurs clients arabes. Au-delà des condamnations définitives qui ne coûtent rien, surtout quand elles sont assorties d’une condamnation symétrique de la provocation californienne (qu’il fallait ignorer), il semblerait que la fermeté nécessaire apparaisse où nul ne l’attendait : en Libye justement !
La police libyenne, pas toute vendue aux chefs tribaux à la mord-moi-le-bédouin, a raflé cinquante freux de tout ramage dont quelques agents d’al-Qaïda venus faire leurs courses à Benghazi au jour J et provenant du Sahara algérien et malien. Tiens, ils connaissent donc leurs frontières ? La réaction rapide étonne, mais le pouvoir de Tripoli a simplement saisi la balle au bond d’un émoi populaire sincère face au meurtre des diplomates américains pour construire une crédibilité. Ce n’est pas le cas en Tunisie où la complicité objective d’Ennahda et des sectionnaires islamistes n’est pas entamée par les déclarations lénifiantes des porte-parole officiels du nouveau régime, qui demandent un délai de grâce pour établir la vraie démocratie islamique, paisible et tout ça ! Les Tunisiennes adorent.

On peut s’attendre à ce que le prétexte mince de la vidéo californienne soit saisi par tous les caciques musulmans en quête d’audience, comme Hassan Nasrallah qui vient d’appeler à hurler en masse lundi prochain à Beyrouth-sud, Tyr et Baalbek. Pour ce qui nous concerne, nous connaîtrons samedi prochain l’état de dhimmitude des autorités parisiennes après la sommation de Charlie-Hebdo, et en face d’elles, la force réelle de mobilisation des islamistes en Île-de-France.
Il faudra en reparler après, sans attendre le prochain commentaire de Véronique Genest qui a déjà brûlé la politesse à Marine Le Pen.



Postscriptum du jeudi 20 septembre
Les autorités libyennes à Tripoli et la population de Benghazi ont rendu un hommage remarqué à l'ambassadeur Chris Stevens, mort asphyxié dans l'incendie du consulat provoqué par des radicaux islamistes hystériques et armés (dépêche AFP).
Print Friendly and PDF

10 commentaires:

  1. Charlie-Hebdo, l'autre allié américain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En un sens... !
      Depuis la Tunisie, une réaction vigoureuse mais élaborée en cliquant ici.
      Stéphane Charbonnier appellera-t-il son chien Mahomet comme les vieux de la vieille appelaient le leur "Sultan" ?

      Supprimer
  2. Philippe Bilger dans Justice au singulier dénonce la dhimmitude de la classe politique française. Extrait :
    On tremble, on courbe le dos, on cache nos libertés dans nos poches et on est paniqué à l'idée de ne pas faire preuve d'assez de compréhension. On s'abrite lâchement. Dans vingt pays les ambassades et les écoles françaises seront fermées. Une telle précaution, pourquoi pas, puisqu'à l'évidence les pires exactions sont à craindre des Fous de Mahomet ou de ces terroristes incendiant le monde non musulman mais est-on contraint pour cela, en plus, de baisser notre pavillon et de nous défendre d'être des démocrates et des exemples ? Il est probable que sont à redouter, peut-être, des événements aux terribles retombées, des représailles, des tragédies mais, outre que notre souplesse collective ne les réduira pas mais au contraire les multipliera, on ne saurait, avec cette diplomatie du compromis entre l'inacceptable imposé et l'inacceptable consenti, rendre rétrospectivement légitimes des atteintes scandaleuses à notre être profond et, derrière les affrontements politiques, malgré tout à notre civilité."

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part, je suis assez satisfait: même Charlie Hebdo voit clair dans le jeu des musulmans!

    Les "politiques" ne pourront pas longtemps nier l'évidence. Les musulmans commencent à se montrer sous leur vrai visage: celui d'une religion prosélyte et belliciste.

    Ce n'est pas dans le Coran? à vrai dire, il y a tout et son contraire dans le Coran. mais les sourates sont on ne peut plus claires. Ils veulent notre peau.

    La guerre va éclater... Ils sont 1, 7 milliards? Nous sommes ... le reste, c'est-à-dire environ 5 milliards.

    Alors, où est le problème?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où ? Mais le problème, c'est nous !

      Supprimer
  4. Allain Jules aussi est un con !
    Un aveugle qui salit la mémoire de l'ambassadeur américain sans raison puisque sa légende de la photo est fausse:
    http://allainjules.com/2012/09/13/scoop-quand-christopher-stevens-se-moquait-de-la-depouille-de-mouammar-kadhafi-photo/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un raisonneur en sofa qui n'a jamais chaussé de rangers et qui fait un SCOOP. C'est lui qui le dit.

      Supprimer
    2. Ben, il soutient Bachar el-Assad après Mouammar Guaddafi. C'est un grand libertaire ! Le parangon du faux-frère :

      Je suis Allain Jules M.
      Polémiste décomplexé, je suis un homme amoureux de justice, partisan de la liberté totale d’expression et adepte de sport et de politique. Je suis ancien chercheur en Histoire Médiévale à l’Université Paris IV Sorbonne, et suis aussi diplômé de l’Iris (3e cycle) (Institut des relations internationales et stratégiques) Paris, cursus permettant soit d’opter pour la diplomatie, soit pour le journalisme.

      Si c'est lui qui le dit ?

      Supprimer
  5. "Je suis fier d’être le président d’une grande région musulmane."
    Michel Vauzelle (PS), ancien Garde des Sceaux, 30 avril 2010, mosquée d’Istres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La région la plus mal gérée de France dans tous les classements, et il en est le patron depuis 14 ans ! Mais cela n'entame pas sa bonne humeur écarlate tant qu'il a la main sur la vanne à subsides.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".