lundi 26 mars 2007

Communautés européennes

Angela MerkelLa Communauté européenne a 50 ans. Son avatar ultime, l'Union européenne, se dispute la sciure du cirque constitutionnel au lieu de se battre sur le théâtre de la globalisation. Grâce aux Gaulois, épaulés par les Bataves, l'élan s'est brisé. Pour faire quoi ? Il n'y a pas de Plan B contrairement à ce que prétendaient les pourfendeurs du Oui. Angela Merkel dans sa déclaration qui va passer à l'histoire sous le nom de Déclaration de Berlin, n'est pas effrayée par la difficulté, elle qui a vu l'impossible, l'effondrement du Mur, de Berlin justement. Elle donne juqu'à 2009 pour qu'une règle du jeu efficace soit instituée quelque soit le nom qu'on lui donnera. "Si l'Europe est divisée, elle trébuche plus rapidement que certains ne le croient. Il faut sans cesse s'engager pour préserver et réaffirmer l'unification européenne, c'est la tâche qui sera la nôtre à l'avenir". Ce qui se traduit par : "Je prends la main !".
Cette finition institutionnelle est le champ magnétique qu'il faut appliquer à l'Union pour retrouver un "sens général". En attendant que les profiteurs polonais se décident et que les Allemands payent, occupons nous de la limaille de fer populaire et tâchons d'y mettre un peu d'ordre.

Concentrons nous sur un phénomène qui nous interpelle tous, nous inquiète tous, nous agace aussi : la mutation multiculturelle du sous-continent avec sa composante islamique qui en effraie plus d'un. Il y a collision entre la civilisation celto-greco-germano-latine des premiers occupants, les born-and-bred, et les valeurs et comportements sociaux apportés par nos anciennes colonies. Horrible, l'empire renvoie ses traites que nous refusons. Nous avons mis trois mille ans à construire notre civilisation hybride et la voila mise en péril en moins d'un demi-siècle par sa confrontation généralisée avec nos aliens. Avant de défendre pied à pied les valeurs extraordinaires portées par l'Europe, nous pourrions nous interroger sur cette sensation de ventre mou mental qui nous laisse subvertir par des concepts issus tout droit du Moyen Âge, période oubliée que nous avons quitté le 29 mai 1453 à 7 heures du matin à Constantinople.
Tiens, connotation musulmane déjà, bigre ! Le multiculturalisme n'est pas une option politique mais un fait ! Serait-ce l'avènement de l'Eurabia Heureuse que nous promettent les gnomes de Bruxelles ? Beaucoup y croient, certains y poussent. Et de nous expliquer doctement que le face-à-face" date de la Conquête maure, et que la poussée sur les digues n'a jamais longtemps diminué. L'interpénétration n'est pas nouvelle, et elle ne fut pas systématiquement néfaste ou inutile. On peut égrener de grands noms comme sur un chapelet qui nous rappellent l'échange permanent de nos cultures, surtout dans le sens des intrants. Les sept dormants d'Ephèse, Averroès, Maguelone, Aladin, [......], Shéhérazade, Atatürk, René Guénon, Mimoun et Louis Massignon, lequel aurait déclaré avant sa mort (1962) :
" Si l’Occident n’a rien à attendre de l’Orient, s’il n’a que la peur à lui opposer, alors il faut reprendre partout le même mot d’ordre d'Henri Massis : Défense de l’Occident. Si l’Orient estime qu’il ne devra son salut qu’en combattant l’Occident, alors, c’est le djihad qui commence. C’est une vision apocalyptique qui a d’ailleurs un sens spirituel. Mais si l’Occident et l’Orient devaient s’enrichir mutuellement, à commencer d’un point de vue culturel, comme Dante en son temps, et Goethe, et Mohammed Iqbal, et Ali Shariati au XXè siècle, alors les choses en iraient tout autrement. Il y aurait même espoir que l’Occident et l’Orient en viennent à se rencontrer sur un plan spirituel !"
Ce qui ne veut pas dire "religieux", mais Massignon avait fait le tour de la question par cette formule. "Défense de l'Occident" avec quelles armes et sous quels motifs ? On ne va pas refaire la bataille de Lépante, la prise de Grenade ou le siège de Vienne. Nous ne sommes pas envahis par des armées conduites par un pouvoir politique conquérant, même si d'éminents politologues font des droits avec la submersion islamique et la gangrène wahhabite et salafiste. Des gens que l'on croyait sérieux sont tombés dans ce travers, à peine pour eux de remonter maintenant sur la route. C'est quoi la réalité ?

danseuse du ventreNous sommes pénétrés par des gens qui fuient de mauvaises conditions de vie, mais qui sont marqués depuis leur plus jeune âge par des rites, des codes, des lois, étrangères à nos moeurs voire incompréhensibles. Les experts (?!) disent que vers 2025 l'influence démographique de l'islam toutes écoles confondues culminera à dix pour cent. C'est beaucoup, l'Europe n'en recense aujourd'hui que 3% ! En attendant que les gouvernements européens s'entendent pour une réponse continentale qui nous dépasse et si nous ne souhaitons pas nous placer sur un plan géopolitique où les intérêts stratégiques et financiers occupent tout l'espace, il nous reste à observer l’Islam européen au quotidien sans s'enferrer dans la question de Palestine qui nous ronge depuis 1917, ni dans celle de la Perse qui annonce une apocalypse que nous allons conjurer. Sans oublier les autres communautés exotiques non musulmanes ; les Chinois sont pas mal non plus dans la défense et illustration de leur supériorité nationale.

On peut réfléchir à une démarche de pacification vigilante. Deux points me semblent prioritaires.

(1) Déboutonner le col de la chemise républicaine.

Afficher nos valeurs sans timidité à commencer par cette valeur rare de l'Occident, la liberté individuelle de faire, dire et penser. En l'appliquant au comportement d'autrui. Que nous chalent les voiles sur la tête des écolières, c'est leur liberté essentielle de se vêtir comme l'entendent leurs parents. La République en a fait tout un fromage qui est passé pour une brimade inutile aux yeux de nos voisins et clients. C'est parce que notre Etat ne laisse plus aucun espace de liberté dans notre société qu'il se mêle de vêture. Décrétons plutôt la liberté des uns et des autres de prendre leurs responsabilités, parmi lesquels les directeurs d'école, en déchirant la carte scolaire. Idem pour les professeurs qui viendront déguisés en towelhead barbu ou en hijab. Certains établissements proscriront, d'autres pas. Et après ! Les petites voilées auront le choix d'établissements ouverts ou pas à leur choix. Il n'est pas bien loin le jour où les voiles - étoiles jaunes modernes - sauteront par dessus les moulins comme les voilettes de nos aïeules car ils sont malcommodes dans la vie de tous les jours. D'ailleurs la saveur de l'interdit qui soutient une bonne moitié des carnavaliers, disparaîtra aussi. Mais de là à institutionnaliser le code hallal, sihk ou casher au niveau du conciliateur municipal ou du tribunal d'instance comme en Angleterre ou récemment en Allemagne, il y a un pas qu'il faudra se garder de franchir. Les nouveaux venus doivent comprendre qu'il existe ici comme dans leur patrie d'origine, des lois qui visent à préserver un certain "bien commun" et que s'y soumettre est obligatoire.

(2) Comprendre les problèmes verticalement, agir horizontalement.

Puisqu'on nous rabache qu'il faut compter sur eux, comptons-les donc ! Cessons cette hypocrisie française d'abhorrer les listes ethniques pour se rabattre sur le 99 de la carte de sécurité sociale. Comptons ! Entre autres bénéfices sans doute plus importants, nous évaluerons si les pyramides ethniques sont déformées, si des disparités dangereuses se créent, si des rancunes couvent. La discrimination positive est un leurre et une injustice à cause du siphonnage, mais la discrimination est positive jusqu'à un certain point. Elle demande à la population minoritaire un surcroît d'effort pour accéder aux responsabilités et elle écrème les meilleurs. Si les plus anciens dans le grade le plus élevé, pour reprendre la formule militaire, sont les surdoués de l'immigration - certaines communautés font un véritable festival dans les multinationales -, soit nous créerons des rancoeurs mûries par des cerveaux en les barrant des postes qu'ils méritent, soit nous barrerons les primo-résidents en acceptant ces surdoués étrangers en lieu et place des premiers. Dans les deux cas on est mal. Alors gérons les !

Le ferment primaire du conflit civilisationnel entre nos communautés n'est ni la ségrégation en banlieue, ni la couleur, ni la religion. C'est l'argent ! Inutile d'injecter de l'argent dans des communautés poreuses ou moralement ruinées. Par contre il faut réparer l'ascenseur social pour faire monter les volontaires aux étages où on ne sent plus la merde. Les membres d'une communauté qui accèdent au travail, fondent une famille, et s'endettent pour un pavillon et une Mégane, sortent du problème et ne constituent plus une menace. Si l'on n'y peut réussir pour tous, faisons leur croire que c'est possible. Nous l'avons bien cru nous !

Agir horizontalement. Les grands débats démagogiques, les grandes campagnes de sensibilisation aux feux de voitures, les grands ministères sont inutiles, les Restos du Coeur vont-ils entrer au CAC40 ? C'est localement que tout se joue. Intégrer les populations allogènes commence (et finit ?) avec les enfants. La base est l'éducation civique à la vie en société. Mais le régime républicain du moule unique est inadapté au défi, et il est dommage que nous n'ayons pas ce protecteur de la diversité qu'est le roi. On reproche d'ailleurs si souvent à l'Education nationale son endoctrinement néfaste au retour du roi, qu'il ne devrait pas être si difficile, ci et là, d'instrumentaliser adroitement les acteurs scolaires pour inculquer les bons principes de la vie en commun à nos chères têtes bouclées, et ringardiser les soi-disant valeurs culturelles qui ne sont trop souvent que des scories d'une sauvagerie primitive.

De même ce n'est pas le énième plan Boorlo qui va trouver du travail aux jeunes avant qu'ils n'entrent dans la Carrière ... du shit. Ce sont les acteurs économiques locaux qui peuvent ouvrir ou fermer les portes. Le CPE de Villepin leur était destiné. Les étudiants qui n'étaient pas du tout concernés en ont fait une montagne. Or le message à l'adresse des entrepreneurs était simple et efficace, embauchez sans vous prendre la tête, débauchez sans vous prendre la tête. On n'a voulu retenir que la seconde partie. C'est une faute grave et les banlieues ne s'y sont pas trompées. Il faut réinstaurer le CPE sous un autre nom, ou casser le code soviétique du travail.

belle rêveuseL'Europe change. Le multiculturalisme que l'on avait gommé par les lois jacobines ressurgit. Mais il est très différent. La mutation est en cours sur tout le territoire européen, et ce foisonnement qui fait peur, risque aussi, par les débordements de la compétition des églises qui agiront comme repoussoir, d'accompagner un effondrement de la foi dans toutes les religions. Les laïcs d'origine musulmane sont déjà bien plus nombreux que les fidèles. Les Asiatiques sont passés au Veau d'Or dans les pas des Juifs ! Les derniers chrétiens s'abiment dans la Charité car ils ne comprennent plus le message catholique.


légende des 7 dormants
Voila ! Je pense que nos chantiers navals sont incapables de lancer suffisamment de navires pour rapatrier nos immigrants et qu'il serait plus efficace de réfléchir à la meilleure façon de les phagocyter. Sûr que ça ne va pas plaire ! C'est fait pour.

2 commentaires:

  1. Un article qui me semble intéressant mais qui lisse un peu trop les choses à certains égards.

    La première chose qui m'ennuie c'est quand vous prétendez qu'il n'y avait pas de plan B, or il me semble que les souverainistes de droite ont toujours eu une vision de l'Europe clairement affichée.

    La deuxième chose concerne le voile islamique qu'il n'est pas question de remettre au goût sous quelque apparence de liberté, il symbolise la soumission de la femme à une religion mortifère.

    La troisième chose qui me dérange est le diagnostic trop économique des problèmes de l'assimilation, laissant le culturel à la marge - c'est comme si on disait que les révoltes de novembre 2005 avaient un caractère anarchique ou ouvrier et pas francophobe. Le vrai problème c'est d'une part le renoncement des autorités à l'assimilation et plus précisément à la francisation, et surtout le fait que l'immigration est trop nombreuse. Immigration zéro, francisation, rétablissement de la double peine, fin du regroupement familial, réforme du code de la nationalité, préférence française, voilà le seul salut. Et puis, il ne faudrait pas oublier la taqya propre à l'islam - quand on croit à la laïcisation progressive de ces populations c'est parier un peu légèrement sur l'avenir.

    RépondreSupprimer
  2. Votre n°1 : s'il existe, ce plan B n'est à l'évidence pas mis en oeuvre. Donc on peut dire qu'il n'est pas sur la table de l'exécutif européen.

    Votre n°2 : de mon point de vue, l'image de la femme est le problème de la communauté qui l'écorne avant d'être celui de la république, tant que ses lois ne sont pas transgressées. Le voile ne transgresse pas. Il était obligatoire dans les églises catholiques il y a quarante ans.

    Votre n°3 : Cet article n'est pas une thèse, mais la question "argent" n'est pas souvent traitée. Quant aux émeutes de novembre 2005 ,je partage le point de vue de Jean-Marie Le Pen qui n'y voyait rien de fondamentalement ethnique. C'est une manifestation de l'Anarchie en face d'une société autiste.

    Merci d'avoir commenté.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly