vendredi 20 mars 2009

Du grand Duduche au Berger allemand

hibouLa semaine écoulée n'est pas celle du pouvoir absolu. Ainsi le Nassau sera-t-il passé par les fourches caudines du parlementarisme, abonné lui-même à l'existentialisme corrompu de ce nouveau siècle qui pique ses vieux pour ne pas lui-même souffrir. Car ne vous y trompez pas, le "dépêchement" légal obtenu à Luxembourg soulage autant les familles du patient, encombrées d'un cadavre qui parle, que celui-là dont la DLC est échue.
Le prince a préféré la pompe de la fonction à son essence, ou n'a pas compris la minutie de la complication monarchique qui faisait de lui le dernier fusible du Bien commun, à charge d'expliquer non lui-même et ses vapeurs comme un casuiste de soupentes le lui a conseillé, mais le destin de l'espèce que Dieu lui a confiée, en usant et abusant d'une pédagogie jamais lassée.

Mais peut-être en ces temps de concurrence effrénée a-t-il succombé aux exhortation des cliniques et banques granducales, affolées de voir partir en Suisse mourants payants et espérances des hoirs. Portemont des Manants a tout dit ici...
Je conseille désormais à son altesse les plumes noires au bicorne, c'est tendance chez Chantal Thomass, et comme le flutiste du conte : restons-en là !

La bronca médiatique¹ qui a épargné le prince couché, n'a pas raté le pape. Je ne m'en serais pas ému plus que ça dès lors que la sexualité débridée du continent noir est à la racine de la pandémie comme nous le démontre sans tapage une étude de la Fondation genevoise pour la formation et la recherche médicales dont on peut prendre connaissance par ici.

On y lit que « la culture – en Afrique - est le plus grand obstacle de la prévention du sida pour les femmes. La culture est définie ici dans son acception élargie des rôles divers et respectifs qu’attribue une société à la femme et à l’homme ; ce qui fait dire à Asamoah-Odei "qu’être marié peut être le plus grand facteur de risque de contamination du virus HIV". C’est parce que la pratique sexuelle extra-conjugale est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, en raison des contraintes culturelles qui pèsent sur les femmes, mais aussi de la dépendance économique dans laquelle celles-ci se trouvent, qu’elles sont plus exposées que les hommes à la contamination ».
C'est en délayé l'histoire de la bite des noirs qui a tué la réputation de Pascal Sevran à la fin de sa vie.

papeDonnez-leur la capote, il ne se sentiront plus p... ! C'est ce qu'en termes plus choisis le Saint-Père a voulu dire dans l'avion qui le conduisait au Cameroun. Malheur à lui d'être aussi nul en communication. Haro sur le berger allemand insensible à la souffrance humaine ! Et de voir le rallye de la Guêpe de Bizerte et du Faux-bourdon de Dax au concert du Mépris, m'a signalé qu'il y avait un truc :
C'est des nègres, chère Médème ! On ne peut pas enseigner aux nations africaines que la meilleure prévention contre une MST aussi meurtrière que le Sida est de s'abstenir de jouir comme des babouins et que la plus sûre voie du bonheur est la morale et la fidélité conjugale. D'autant qu'ils doivent adopter avec les droits de l'homme notre civilisation de liberté à outrance jusqu'à la trithérapie qu'ils ne sauront jamais se payer. Enculons-nous, Folleville² !

Sont-ils donc des bêtes pour ne s'intéresser qu'à leurs accouplements ?
- Des bêtes, non, mais ... enfin quoi, vous voyez bien ...

Sans illusion sur le thuriféraire de la Jaquette, je ne savais pas en revanche que la québéquitude avait autant affaissé Alain Juppé qui envoie le spi vent debout !
C'est la permissivité globalisée qui pose problème, pas le pape !

Les évêques du Tchad avaient fait une déclaration en 2002 qui résume bien l'angle d'attaque de l'Eglise catholique : « Il est de notre devoir de dire qu’il existe des moyens meilleurs que le préservatif pour se préserver du sida : la fidélité conjugale, le fait de n’avoir qu’un partenaire, de le respecter, le fait de grandir dans la capacité d’aimer véritablement... Nous refusons, compte tenu de notre mission, d’entrer dans cette logique qu’à la question dramatique du sida, on réponde aussitôt préservatif ».

C'est clair et loin du mépris condescendant affiché dans la compassion hypocrite d'une élite en mal d'écrans, véhiculée par les médias affamés de scandales qui n'en sont pas mais qu'ils fabriquent pour vendre. Tous les peuples ont droit à s'élever.
Dans le projet que Dieu lui a confié, Benoît XVI est ici-bas pour servir le droit canon.
Otez-vous de la trajectoire !


Note (1): un exemple de la manipulation des cervelles sur le blogue philosophique de Libération "24 heures philo" où on atteint le "crime contre l'humanité", pas moins, dès lors que l'homme doit absolument baiser pour être raccord avec sa nature profonde. L'en priver contrevient à son "humanité"; c'est donc un crime contre l'humanité. Fallait oser ! No problem, puisque c'est contre le pape.
Note (2): ... l'Allemagne paiera ! Sinon le Sidaction.




Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

3 commentaires:

  1. Une fois de plus, vos outrances verbales signent autre chose qu'une appartenance idéologique : que vous marquez à côté comme jamais une seule fois n'ont manqué de le faire depuis cinquante les "anti-permissifs".

    Décidément, avec ces notions cornies, jamais on ne s'élèvera au-dessus de la braguette.

    Cette manière de considérer le monde avec les lunettes gauloises : d'où tenez-vous ce modèle, d'un peuple de Dieu confié au Grand-Duc, sinon de cette vision de sacristie empruntée aux rêveurs d'une monarchie française qui fut un lupanar béni et un échec patent ?

    En réalité, les confusions qui se trouvent dans les esprits des souverains d'aujourd'hui, puisent origine dans ce qu'il n'a jamais été effectué de mise à niveau pratique du fonds chrétien et de sa doctrine. C'est le monde qui a changé, non le Gd-Duc et cela met en relief qu'autrefois, il y a quelques décennies rien ne reposait de solide si ce n'est l'ordre des sociétés conventionnelles.

    Que vouliez-vous qu'il fît ? Qu'il démissionnât, pour ramener à une dimension personnelle ce qui n'est d'ailleurs pas un désaveu de sa personne, mais tout simplement le mouvement d'une société livrée sans contradiction au seul effet des destructeurs ? Auquel se joint, je suis désolé de vous le dire, votre fantaisie de bel esprit.

    Car au fond, à part exaspérer le monde, qu'est-ce que tous vos mouvements, chapelles, convents et champions- prétendants ont produit ? Ont-ils arrêté la marche du temps, ont-ils amélioré quelque chose ? Non, ils ont contribué pierre-à-pierre à l'équerre des déstabilisateurs, en servant leur braillerie comme repoussoir dans tous les domaines.

    Les pratiques sur le Continent noir ont toujours existé, elles ne produisaient pas le Sida pour autant. Et l'auraient-elles produit, que la solution ne doit pas se trouver dans une réponse fausse.

    Où le Pape ne met que maladresse dans ses propos, vous ajoutez la confusion ! Le malheur du Continent noir ne doit pas servir de prétexte pour "entrer" la conception chrétienne. Sinon on n'en finira jamais avec l'hypocrisie de ceux qui la confondent avec une partie de l'Ancien-Testament.

    Il y a quelque chose de nouveau à apporter aujourd'hui, notamment dans la conception monarchique , hors de références sans issue.
    Vous qui jonglez sans cesse avec les notions dramatiques au fil de vos articles, attendrez-vous d'être mort pour l'admettre et cesser d'être sourd à ceux qui manifestent, même encore embryonnaire, ce renouveau ?

    RépondreSupprimer
  2. Pour mieux fonder votre critique partez de la constitution du Grand Duché que vous devriez lire in extenso.
    Vous y verrez que les pouvoirs du chef d'Etat n'étaitent pas que protocolaires et qu'avec le gouvernement il formait un exécutif fusionné.
    Par ses dispositions, il avait des pouvoirs assez proches de ceux du prince de Liechtenstein et du prince de Monaco.

    Il est devenu maintenant le "reine d'Angleterre", le Commonwealth en moins !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour l'éclairage. Croyez-vous que le bras de fer, s'il avait eu lieu, aurait été en sa faveur ?

    La manière dont le corps politique unanime a contourné son autorité est éloquente...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly