samedi 12 septembre 2009

Encore une semaine ordinaire

Brice H.Qún pet ! (quel pet) aurait dit Jacouti à Catinou, à entendre Brice Hortefeux cette semaine à Seignosse. Qu'il y ait trop de Sarrasins au sud de Poitiers est une déclaration osée, impromptue et populiste que 99% des Français acceptent aussi au nord de Poitiers. N'y voyez aucun racisme, mais un agacement général devant l'entrisme communautariste de la faction musulmane active qui se recrute chez eux. Il n'est pas un jour que la presse ne nous signale une dérogation ici, un avantage là, au bénéfice de la communauté musulmane, alors qu'on n'entend que très rarement parler des Chinois, Vietnamiens sauf à voir des images festives de Nouvel an par exemple, où processionnent des dragons de papier. Même les Indiens sont intégrés. On s'est aperçu que nous avions une communauté srilankaise conséquente à l'occasion de manifestations parisiennes contre la répression aveugle des Tigres tamouls par Colombo. Sinon, calme plat !

« C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». C'est vrai de tout "renfort" allogène dès lors qu'il refuse de se greffer sur le corps social résident. Un pays de grande immigration comme l'Australie se voit obligé de combattre le communautarisme dès lors qu'il exacerbe des tensions inter-communautaires graves. L'ancien premier ministre John Howard, libéral musclé, adepte du "cass'toi pôv'con" avait montré clairement la sortie aux immigrés qui entendaient établir leurs coutumes en lieu et place des traditions anglo-saxones australiennes au motif du droit de l'homme à emmerder autrui de ses exigences propres. C'était le programme "One Australia".
Les rixes de ce genre en France ne sont pas rares, et la qualification de "bagarre entre bandes rivales" masque souvent le composé ethnique de l'affrontement. Il aura fallu la mise au point du ministre de l'Intérieur Hortefeux sur la rixe mortelle du Pontet (Vaucluse) pour que cet angle d'approche soit médiatisé. Hélas, la campagne ridicule des couilles molles du PS qui ne savent à qui plaire avant de mourir, a obscurci la vérité de ce communautarisme offensif, derrière un "cuir" du ministre guetté par les journalistes en manque.

Nous ne ferons pas la liste des roquets qui aboient aux basques du rouquin mais ne pouvons résister à la citation du "plus con que moi tu meurs" que je ne nommerai pas : "La question n'est même pas de savoir s'il faut ou pas qu'il démissionne du gouvernement, mais que fait-il encore au gouvernement à cette heure-ci?"
C'est vrai que la seule démocratie qui vaille est la démocratie de voirie, où tout un chacun sanctionne les ministres à l'envi et "exige".

L'autre buzz de la semaine est le concert à Saint-Denis (rien à voir avec le Mémorial de France) de la sulfureuse Mylène Farmer dont le titre "Pourvu qu'elles soient douces" nous avait montré accessoirement que c'était une vraie rousse. Nous ne résistons pas au venin de sa prose en la laissant chanter dans ce court métrage anglais à la "Barry Lindon" tourné en forêt de Rambouillet ... il y a vingt ans (éloignez les enfants des scènes de guerre):



Entretemps, Brice Hortefeux a été invité à la rupture de jeûne chez les Musulmans d'Auvergne et a reçu le soutien du recteur de la Mosquée de Paris, en plus de celui de Jack Lang. On ne dit pas s'il a rencontré Mylène Farmer après le Stade.


Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

1 commentaire:

  1. J'ai oublié le centenaire Bugatti à Molsheim ce dimanche. Molsheim où Volkwagen assemble sa EB Veyron, le top du top en supercar.

    Une centaine de modèles anciens ont défilé.
    Sur les 7000 ou 8000 voitures produites par Ettore Bugatti en Alsace, environ 2000 roulent encore. Incroyable.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly