Index alphanumerique

samedi 17 décembre 2011

L'Âne du Roi 2011

Les nominés sont cette année nombreux, moins que les gominés ou que les gros minets, mais il y a un barbu. Dans l'ordre de vrac en soute s'avancent la corde au cou en chemise de bure les grands bouffons d'excellence ayant marqué leur temps que sont :

(1) Mme Ginette Hess Skandrani, écologue, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple palestinien, co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la Vérité en Libye, qui a dévoilé l'implication quotidienne de la Conférence monarchiste internationale dans la rébellion de Cyrénaïque à travers ses brigades internationales du SYLM, véritables lansquenets modernes allant au plus offrant. Ils vinrent, virent et vainquirent, les immondes !
Pour sa perspicacité et l'intensité de la collecte d'informations insoupçonnées, elle coiffe la mitre de l'impétrant de première classe.


(2) Me Lévy Bernard-Henri, marchand de biens-philosophe, qui a confondu la bannière du roi Idriss et l'oriflamme d'une République dépoitraillée assaillant la barricade, concourant ainsi à l'insu de son plein gré à leur foutre la charia au baisser de rideau. Vive la Libye libre, ça s'arrose à l'eau du puits ! N'ayant tué personne de ses blanches mains, il coiffe la mitre de l'impétrant de seconde classe.


(3) Me François Baroin, surintendant des finances de SE le Chanoine-chevalier (de la Toison d'or), qui veut réduire la Dette par un déficit de 5% en période de croissance zéro, tout en ignorant notre extravagant déficit commercial de 75 milliards, et passe du catastrophisme sociétal à la docilité monastique pour que l'Etat français conserve son triple A de crédit international, puis le perde. Nous prenant, ce faisant, pour ce que nous sommes : c'est un "élu". Au niveau de milliards atteint, sa démagogie de girouette lui vaut la mitre de première classe avec pompons.


(4) M. Philippe Delorme, journaliste à Point De Vue & Images du Monde, qui refuse de reconnaître la tête d'HIV alors que c'est un levier médiatique efficace pour le royalisme. Faut-il être si riche à produire un journal people dans lequel on refuserait une matière de première qualité offerte gracieusement par un prince du sang, parce qu'on n'est pas l'inventeur de l'affaire ou qu'elle heurte le principe d'obéissance à ses fidélités ? Ce n'est que de la communication. Seconde classe la mitre !


(5) Bauffremont l'Ancien qui braque son prince au point de lui faire créer son propre institut de promotion de la maison de Bourbon, sans parvenir à élever son jugement plus haut que les dispositions réglementaires de la loi 1901 des associations en République. Vu le nombre d'avertissements sans frais délivrés par feu le prince Alphonse, le duc coiffe la mitre d'impétrant de première classe à houppes blanches pendantes.


(6) Le Premier Cameron qui a fait abroger l'Act of Settlement de 1701 par le Commonwealth pour en extirper la loi de primogéniture mâle et l'interdiction de catholicité du consort afin de faire "moderne". Les traditions anglaises devraient être inscrites au patrimoine de l'humanité tant elles sont télégéniques, et surtout défendues ardemment par les sujets de Sa Gracieuse Majesté, car elles seules peuvent équilibrer le cosmopolitisme vulgaire de la City de Londres, dernière industrie du royaume en capilotade. La mitre de seconde classe.


(7) SE l'émir Fayçal Bey, arrière-petit-fils de Lamine Ier, qui déclarait lors de la parution de son livre La Dernière Odalisque (Stock 2001) « je me considère comme un "ottoman". C'était un monde avec une extraordinaire ouverture d'esprit. Istanbul en était le coeur et toutes les religions se respectaient. La Tunisie est assez semblable. Nous aussi avons été envahis et avons assimilé nos vainqueurs. Tous ces gens, au cours des siècles, ont contribué par le génie, le sang parfois, à enrichir la civilisation tunisienne. La société tunisienne est bon enfant, provinciale, tolérante »; et qui après ce vibrant hommage à ses racines ne s'est pas montré lors de la révolution de Jasmin, alors qu'il s'était beaucoup investi dans le mémoriel, comme l'atteste un reportage du Monde (7/11/2001) élégamment titré, Tunis, la belle au bey dormant. Mitre de déception de seconde classe.




And the winner is ........... sous vos applaudissements :
Maître François Baroin, 43° ministre de l'Economie de la Cinquième République et maire de Troyes. Les circonstances atténuantes de son concubinage notoire avec mademoiselle Laroque n'ont pas été retenues.
Le prix sera remis tout à l'heure au Fouquet's en souvenir de la Ferme. Venez nombreux présenter votre carton d'invitation¹, une botte de carottes à la main en signe de ralliement. Les bonnets d'âne sont interdits dans l'établissement. Prière d'attacher le sien en terrasse.

Prix précédents :
L'Âne du roi 2008 qui fut décerné à M. Jean-Claude Juncker de Luxembourg
L'Âne du roi 2009 qui récompensa M. Stéphane Bern (du Grand Duché également)
L'Âne du roi 2010 qui sacra roi de Septimanie M. Georges Frêche, premier mort de la liste des lauréats

Note (1): il suffit de découper la vignette de l'ADR 2011 en haut de ce billet.
Print Friendly and PDF

1 commentaire:

  1. Très bon choix ! Il le justifie tous les jours qui passent !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".